Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Vent de panique à Dour ! (Tentatives d'enlèvements d'enfants)

Le CERPI ne dispose d'aucune prérogative policière et n'a donc théoriquement aucune raison de s'occuper des affaires d'enlèvements.  Sauf dans certains cas bien particuliers (par exemple si la police devait requérir les services d'un médium afin de retrouver le ou les disparus, ce qui s'est déjà fait par le passé).  Sauf aussi si l'affaire semble avoir un rapport avec celle de Dutroux que nous avions décrit comme un exemple (figuré) de croquemitaine, ce qui en faisait une "entité" particulière et sauf aussi que, pour le CERPI comme pour tout le monde en principe, les enfants c'est sacré et encore sauf que, dans le cas présent, se présentait un cas qui aurait eu lieu tout près de chez nous.  Dans ces conditions, comment ne pas se sentir concernés ?

Or, justement, l'actualité toute récente avait fait état d'une tentative d'enlèvement de quatre enfants (âgés de 8 à 9 ans), à Dour (Hainaut) par des individus cagoulés qui utilisaient une camionnette blanche.  La tentative aurait échoué, mais l'émotion était évidemment forte dans la région et le spectre de prédateurs pédophiles se profilait une nouvelle fois dans notre pays déjà si cruellement éprouvé dans le domaine.
https://www.lesoir.be/251430/article/2019-10-03/dour-tentative-denlevement-denfants-ages-de-8-et-9-ans
https://twnews.be/be-news/quatre-hommes-cagoules-tentent-d-enlever-des-enfants-a-dour

On le sait, la camionnette blanche a fini par faire l'objet d'une sorte de psychose en Belgique, notamment parce que de sinistres individus nommés Dutroux et Fourniret en disposaient à l'époque où ils ont commis leurs forfaits horribles.  L'actualité ranimait donc de cruels souvenirs dans l'esprit de chacun.

Le CERPI n'a nullement été sollicité par les autorités en la matière et n'a donc envoyé aucun enquêteur sur place en vue de réaliser une investigation, laquelle n'aurait donc de toute façon pas concerné ses objectifs traditionnels du groupement.  Mais cela n'empêche pas nos enquêteurs de pouvoir se pencher sur le sujet, à titre gratuit, à temps perdu ou "en guise d'entraînement" ou encore parce que certains d'entre eux, par leurs occupations professionnelles passées, ont le réflexe d'enquêter virtuellement sur le cas, en parallèle, dans l'ombre si vous voulez.

Une première question nous est venue à l'esprit, en plus de la constatation de l'inappropriation de certaines photos publiées dans les médias quant au lieu concerné : encore une camionnette blanche !  Pourquoi donc les ravisseurs d'enfants utiliseraient-ils toujours le même type de véhicule ou plutôt toujours un véhicule de cette couleur ?

Il se fait que de simples recherches sur Internet nous ont permis d'établir le fait que de très nombreuses affaires de supposés enlèvements d'enfants ne reposaient en fait que sur de mauvaises blagues, des affabulations, etc.  D'autre part, ce type de véhicule affiche un pourcentage naturellement élevé de ceux en circulation, simplement pour des considérations pratiques.  Et, en effet, en passant par là pour des raisons totalement différentes, nous n'avons pu que remarquer le nombre important de camionnettes blanches que l'on pouvait trouver un peu partout, soit en stationnement, soit en circulation et que cette propension était respectée en d'autres lieux.  De quoi mettre la puce à l'oreille !

Sans être pleinement déterminant, ce seul point faisait penser à une imposture.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/rumeurs-enlevements-enfants-psychose-camionnette-blanche-concerne-isere-2-reprises-deja-1645426.html

https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/25/camionnette-blanche-et-enlevement-d-enfants-l-increvable-rumeur_1717313

Mais nous nous sommes aussi interrogés sur les lieux de l'incident et, en resituant correctement l'endroit, nous avons pu mettre en évidence le fait que ce dernier était très fréquenté par les bus et les camions (le terrain de football comporte en effet une zone où l'on peut y trouver tracteurs et remorques, bus en pause et autres véhicules).  La rue elle-même n'est pas des plus tranquilles, on est loin de l'endroit désert, propice à ce type de méfait.  D'autre part, le terrain de foot attire lui aussi fréquemment de nombreuses personnes (et pour cause !).  Cependant, il avait été dit que les enfants avaient été abordés à l'arrière du terrain en question, dans un champ où les enfants récoltaient des pommes de terre.  Soit !  Le problème c'est que cette parcelle jouxte tout un paté de maisons d'où n'importe qui aurait pu être témoin des faits.  Autrement dit, l'endroit aurait été vraiment mal choisi par les kidnappeurs !
En dehors de cela, que dire de ces prétendus ravisseurs qui, alors qu'ils étaient à quatre, ne seraient pas parvenus à attraper un garçon et une fille de 8 ou 9 ans ?  Etait-ce donc des papys, des unijambistes asthmatiques profondément sédentaires et peut-être obèses ?  D'accord : les petits galopins pouvaient étre très vifs et profiter d'un terrain peu stable pour échapper un moment à leurs agresseurs.  Mais à moins d'être dans une condition physique vraiment déplorable et de manquer curieusement de subtilité, ces derniers auraient théoriquement du pouvoir en encercler au moins un et s'en emparer !  Or, tous les quatre avaient pu s'échapper !  Et personne n'avait rien vu ni donc noté le numéro d'immatriculation du véhicule (qui aurait cependant aussi pu avoir été dissimulé dans un fourré attenant au complexe)

Inutile de dire, donc, que cette affaire de tentative d'enlèvements nous paraissait hautement suspecte et nous ne nous étonnions guère de ce que les autorités préconisaient le calme en disant "qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter", ce que bon nombre de gens contestaient vivement en argumentant que cette phrase était sans doute facile à prononcer mais qu'il en allait tout naturellement autrement pour les personnes vivant là et s'inquiétant légitimement pour leurs enfants.  La police avait sans doute déjà vu clair et il en était de même pour nous.

La vérité a rapidement fini par éclater au grand jour : les enfants ont avoué avoir inventé cette histoire, de peur d'être punis pour l'état de leurs vêtements après leur escapade dans le champ !

https://theworldnews.net/be-news/tentative-d-enlevement-a-dour-les-enfants-ont-tout-invente

Petites causes, grandes conséquences : l'enquête devra se poursuivre pour les pandores de la commune, de manière à aller jusqu'au fond des choses.  La fausse déclaration n'est pas anodine et passible de poursuites.  En l'occurrence, les petits garnements auront eu une bien mauvaise idée !

Quant à nos enquêteurs, même s'ils n'étaient pas réellement sur la brèche, ils n'ont rien perdu de leurs facultés.