Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le tour d'honneur du CERPI - 7 - la fin du GESO

Le retour du GESO au premier plan, ou en tous cas "avec une vitrine sur le monde", constitue un pas de géant par rapport à la première mouture de départ.  Ce que l'on ignore encore, c'est que ce n'est qu'un début, un tremplin et on est surtout loin d'imaginer un seul instant jusqu'où tout cela va nous mener...

Cela va en tous cas, dans un premier temps, permettre à d'anciennes connaissances de refaire surface et à d'autres, de disparaître complètement dans la nature, en dépit de nos recherches.  Ce sera le cas de Théophiel Christiaens, dont nous n'entendrons plus parler et cela nous a toujours semblé à la fois très dommage, car c'était quelqu'un de bien, un bon camarade plein de potentiel, à la fois légitime (peut-être s'est-il offert une nouvelle vie aux Bahamas, qui sait ?) et à la fois un peu étrange... Mais... bon !
Bref : l'équipe s'étoffe de plus en plus et ses possibilités augmentent.  Cc n'est encore rien par rapport à ce que deviendra le CERPI mais c'est déjà bon à prendre : incontestablement, on est dans la bonne direction.

L'évolution inévitable

M. Vanbockestal aurait bien aimé que le GESO reste le GESO à tout jamais.  C'était le groupe initial, avec son nom d'origine, peuplé de tant de souvenirs et d'aventures... Et puis, ne venait-il pas justement de renaître de ses cendres ?

Le GESO n°2 a bien eu son existence !  Sans lui, rien n'aurait été possible.  Il a notamment instauré son site Internet ce qui - pour l'époque - était déjà beaucoup, repris ses occupations, rencontré un beau succès, rassemblé (une grosse partie de) ses effectifs et s'en est adjoint d'autres.  Il a incontestablement progressé, mais...  But !  Comme disent les Anglais, because there is a but ! (parce qu'il y a un "mais" !)

Au bout d'un certain temps, notre leader s'aperçoit de certaines choses qui, aujourd'hui vont sans dire mais qui étaient bien moins évidentes à l'aube du XXIè siècle : le GESO avait certes adopté d'emblée une bonne formule, basée sur un scepticisme ponctué d'ouverture d'esprit (comme c'est toujours le cas actuellement), un humour de bon aloi - qui plaisait à la plupart - des textes intéressants (bien que parfois un peu longuets...) mais il y avait aussi une concurrence féroce, une évolution utrarapide du Net ainsi que de nouveaux impératifs...  Cela devenait évident : le GESO devait évoluer d'une autre manière !

Un peu de sérieux, voyons...

mvb-jn2Notre leader, en bon webmaster, conçoit bien que les gifs animés qui étaient encore amusants hier sont devenus naïfs aujourd'hui.  Plus aucune entreprise sérieuse ne s'embarrasse encore de ces artifices puérils : on est à l'heure du flash (il s'opposera toujours à cette tendance, alors très répandue, de la page d'ouverture se présentant sous la forme d'une séquence filmée, grandiloquente, qu'en moins de deux les Internautes auront vite skippée !), on est à l'heure de la différence par la charte graphique, qu'il considérera toujours comme un tape-à-l'oeil intempestif mais nécessaire.  De l'ablation de l'humour dans ses pages, il ne voudra jamais en entendre parler : trop témoin des premières heures mémorables du groupement.  Mais il faudra le modérer.  En fait, il faudra tout de même changer plus que cela...
A commencer par le nom.  Car GESO, pour certains, cela s'apparente trop à Jésus.  C'est stupide car il n'y a rien de commun entre l'acronyme et le prénom. N'empêche !  Puis, surtout, il y a la signification "Groupe d'Etudes des Sciences Occultes". 
Pourtant, tout y est apparemment bon. 
Sauf peut-être le "occulte" qui fait de l'ensemble une appellation un peu ténébreuse, secrète, sombre, voire suspecte.  Derrière cette appellation, faisant fi du terme "sciences", certains imaginent peut-être des rites sataniques, des incantations, des sortilèges et que sais-je encore ?

Et après bien des hésitations, notre webmaster prendra la décision qu'il fallait et qui, sans le savoir, allait de nouveau tout bouleverser : pour le pire et le meilleur.  Surtout le meilleur.

C'est ainsi que le GESO changea de nom et devint non pas le CERPI mais bien le CEPI pour "Centre d'Etudes des Phénomènes inexpliqués".  L'apparence changea notablement, non seulement pour la page d'accueil - tout en conservant la même équipe, les mêmes objectifs et la même déontologie - mais aussi dans la présentation globale intérieure, se faisant plus sobre, plus claire, moins fantaisiste.  Le CEPI s'orientait résolument vers un contenu plus scientifiquement correct.

Le CEPI n'allait lui-même connaître qu'une durée de vie assez limitée.  Il allait encore connaître une période de transition.  Mais n'allons pas trop vite car ceci est une autre histoire !

Suite du dossier (bientôt)