Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La maison d'Arc-Wattripont sur 30 histoires...

Les-30-histoires-les-plus-extraordinaires_w193h144Ce vendredi 23/03/12, la chaîne de télévision française TF1 à diffusé dans son émission "les 30 histoires les plus extraordinaires", le reportage concernant la célèbre maison réputée hantée d'Arc-Wattripont

Cette fois, bien qu'assez court - mais comme à l'habitude - le reportage était tout à fait correct.  Les journalistes ne se sont pas seulement montrés sympathiques avec nous, ils ont aussi bien fait leur travail et ce qui a été montré à l'écran ne trompe pas effrontément le spectateur, comme cela a parfois été le cas en d'autres circonstances et avec d'autres protagonistes.

C'est vrai aussi que, sur quelques mois, le CERPI avait considérablement progressé dans l'enquête concernant cette affaire retentissante survenue en 1993 et c'est une fois de plus grâce au groupement belge qu'un média a pu présenter, pour la première fois, le témoignage partiel d'un ex-gendarme (sous-officier) évoluant à visage découvert, premier intervenant sur les lieux, lors du premier jour correspondant au premier pic d'intensité des phénomènes, soit la nuit du 5 au 6 janvier 93.  Ce n'était déjà pas rien.  On a aussi eu droit à certaines photos judiciaires (nous disposons de leur totalité).  Mais il est tout de même important de signaler que le gendarme en question n'est pas le seul à avoir été contacté par les services du CERPI: c'est la quasi totalité des premiers témoins qui a été interrogée par nos soins et dont le témoignage sera relaté ultérieurement.  Bien sûr, on s'en doute, près de vingt ans après coup, il n'allait pas être possible de toucher tout le monde.  Il n'empêche que la performance du CERPI est peu courante et sans commune mesure avec "l'enquête entre guillemets" que l'on a voulu présenter dans un simulacre d'investigation qui aurait tout aussi bien pu faire le bonheur d'un magasin de farces et attrappes!  A chacun sa spécialité, nous, nous faisons dans le sérieux...

Il faut dire aussi qu'un "travail" précédent, médiatisé ailleurs, avait révolté les pandores et l'affaire leur était restée au travers de la gorge.  Comme de fait, la plupart se sont donc fait un plaisir de rétablir la vérité.  Et pourtant... pourtant... si on veut parler de cette affaire, se limiter à cela est encore bien insuffisant.  Comme le disait Jean-Marie Tesmoing, qui nous a hélas quitté pour l'autre monde le lundi 19 mars 2012, dans des circonstances scandaleuses, (suivre notre lien), le Net est très carentiel sur cette énigme.  En même temps, il en connaissait les raisons.  Quant à nous, nous les avons découvertes, mais chut!  Chaque chose en son temps!  Ce que l'on nous en a dit jusqu'ici, d'une manière générale, est encore "du pipi du chat".  Mais pour pouvoir l'apprécier il fallait être sur place à ce moment-là. Ou alors se montrer patient et travailler dur car c'est vraiment d'une investigation corsée dont il s'agit.

A ce sujet, ce n'est pas le CERPI qui prétendra le contraire.  Nous ne savons que trop bien ce que cette enquête nous a coûté.  Il est évidemment dommage que Jean-Marie n'ait pas pu voir cette émission, voilà qui lui aurait mis un peu de baume au coeur.  Seulement voilà...

Quelques petits correctifs tout de même; la perfection n'étant pas de ce monde: comme nous le signalions dans une précédente newsletter, certains écrits mentionnent une affaire encore en cours, comme si les phénomènes perduraient depuis 20 ans.  Ce n'est pas exact. 

Quelques temps après les événements des 5 et 6 janvier, les phénomènes se sont estompés et ont fini par disparaître.  Quant à savoir ce qui a provoqué cet arrêt, c'est une autre histoire (que nous relaterons aussi, soyez sans crainte!).  Il n'y a donc plus actuellement de "hantise", ce n'est pas la peine de "hanter" les lieux à la recherche de sensations fortes, cela a déjà été fait, au propre comme au figuré (et vous pouvez nous croire, nous avons aussi eu notre dose!)  Quant aux propriétaires, ils ne désirent évidemment plus être importunés, ce qui peut se comprendre.

De nos jours, ils ne se plaignent plus que de faits que nous qualifierons de "mineurs" et que nous nous garderons bien de corroborer.

Il a aussi été question d'exorcisme et il est vrai que ce type de rituel a été bel et bien présent à Arc-Wattripont (oh que oui!) mais ce qui a été omis, c'est qu'il ne s'agissait pas, en l'occurrence, d'un prêtre traditionnel mais bien d'un évêque gallican.  Soit, nous y reviendrons.  Ce n'est pas sans importance, mais nous aurons tout le loisir de développer le sujet en long et en large.

Si l'on excepte ces petites imperfections qui ne ruinent pas nos efforts, nous sommes plutôt satisfaits de cette émission.

Mais il est important d'insister ici sur deux points au moins:

1) D'une part, il est certain que l'affaire a été émaillée de certaines supercheries.  Elles sont incontestables.  Mais elles n'impliquent nullement la totalité des phénomènes ni l'étrangeté de l'affaire et ne se situent pas forcément là où certains les ont situées.  En parlant d'éléphants, les mêmes se trompent lourdement et même "pachydermiquement" (ne cherchez pas trop au dictionnaire...)

2) D'autre part, certains points résistent encore et toujours aux enquêteurs des camps retranchés de Cerpiorum et Consortium et c'est bien ce qui reste encore de plus mystérieux.