Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Johnny le guerrier

Johnny-guerrierNous avons hésité quelques temps avant de rédiger cet article car, dans les circonstances présentes surtout (cf. voir en fin de page), on aurait pu nous accuser de vouloir faire de la récupération.  Cela n'a jamais été notre fait.  Nous profiterons au contraire de la présente pour rendre hommage à un être exceptionnel, un battant, un quasi-compatriote, et nous ferons le trait d'union avec nos objectifs en parlant de la prédiction dont il fut l'objet mais aussi peut-être de la malédiction dont il fut aussi victime.  Peut-être que l'un ne va pas sans l'autre.  Peut-être qu'il existe un processus compensatoire. 

En effet, le blond Johnny a connu des heures difficiles dans ses premières années et la gloire dans ses dernières.  Alors que rien, ou pas grand chose ne le laissait supposer, c'est bien une gitane qui l'a décrit comme un "élu" promis à un avenir grandiose.  La suite, on la connaît généralement.  Ce n'était donc pas le livre de Gilles Lhote : "Johnny, le guerrier", qui allait nous l'apprendre, mais c'était l'occasion de vérifier, au travers de cet ouvrage, si ce que l'on dit du chanteur était vrai.  Car les choses vont semble-t-il bien plus loin que la simple malédiction ou des prédictions d'une gitane, il est question aussi de pacte avec le diable.  Rien que ça !

Pour ce qui est de la prédiction de la gitane (qui aurait pu servir de muse à un Serge Gainsbourg inspiré pour la rédaction de paroles truffées de jeux de mots douteux), nous en avons facilement trouvé la trace.  Cela n'a rien d'étonnant dans la mesure où nombreuses sont les personnes qui, durant leur vie, on au moins une fois croisé ce genre de personnage et se sont fait tirer les cartes ou lire les lignes de la main.  Ce n'est pas là que réside le "problème" mais bien évidemment dans le fait que la prédiction se soit réalisée.  Il est en effet courant qu'une diseuse de bonne aventure annonce certaines choses plus ou moins grandiloquentes à propos de son requérant (ou client), il arrive même qu'elles se réalisent.  Il est plus rare que les prédictions soient à ce point "énormes" et rencontrent le succès.

Et pourtant, les choses ont bien failli ne pas se passer comme ça du tout.  On en veut pour preuve le fait que le petit Johnny, encore Jean-Philippe en culottes courtes était allé jouer dans un champ de mines de la seconde guerre mondiale, le long du littoral français.  Voilà un point que nous ignorions et qui figure bien dans le livre.  Y figurent aussi, bien sûr, l'accident de Lamborghini, la tentative de suicide, la consommation de drogue, de tabac et d'autres substances illicites.  Ce que beaucoup ignorent par contre, c'est qu'il a joué à la roulette russe, qu'il a failli connaître un sort assez semblable à celui de Claude François en se produisant sur scène sous une pluie battante et en échappé par miracle à un accident d'avion.  Au fur et à mesure que l'on parcourt le livre de Gilles Lhote, on se rend compte à quel point l'artiste a joué les trompe-la-mort, et pas seulement sur le plan de la santé.  Un point pourtant déjà bien chargé qui, on le sait, a fini par avoir raison de lui.  Ce qui ne transparaît pas dans le livre, en revanche, est cette histoire de pacte avec le diable.  Nous allons voir pourquoi...

Nous avons trouvé la vidéo ci-contre sur le Net, au terme d'une recherche dans un moteur.  Celle-ci est construite de manière assez pernicieuse, en présentant les choses comme si... Johnny avoue parler avec le diable.  Mais qui ne l'aperçoit jamais dans ses rêves, lui ou un autre démon ou bien ce qui y ressemble ?  Certains parlent avec Dieu, ce qui ne signifie pas qu'il soit concrètement présent ni même qu'il existe.  Il y a le nombre 666 qui, bien sûr, interpelle.  Il s'agit en effet du nombre de la Bête.  

 Est-ce parce que le chanteur se l'est fait tatouer qu'il aurait pactisé pour autant ?  Non : un pacte avec le diable, c'est autre chose.  Il est question dans ce cas de lui vendre son âme en échange de certains bienfaits ou avantages.  L'allusion réside ici dans l'impression dans la chair, le nombre et le fait qu'il y a probablement eu du sang qui a coulé à cette occasion.  Rien d'étonnant avec les tatouages, mais conclusion hâtive quand même.

On voit par la suite le texte de l'une des chansons "bizarres" il est vrai du fameux JH, lors d'une de ses recherches d'identité ou opérations caméléon (on a eu Johnny Hallyday en de nombreuses versions et notamment en rocker (bien sûr), en biker, en crooner, en hippie, en gladiateur, en boxeur, en acteur, en extraterrestre (Dans ce dernier cas, il était plutôt l'ange aux yeux de laser...) etc.  Et l'interprétation de ce texte est complètement fallacieuse.  Dès la première phrase, la méprise est évidente : "Je suis un démon fils de Lucifer, je sème le mensonge".  Stop !  Lucifer, c'est une confusion courante, n'est pas un démon.  Il s'agirait plutôt d'une sorte d'alter ego de Dieu lui-même.  Constatez par vous-mêmes s'il vous reste quelques notions de latin issues des bancs de l'école : nous avons Lux = lumière et ferre = porter.  Lucifer est donc le "porteur de lumière", et pas vraiment de ténèbres...  Voyons la troisième itération :

"Vous êtes mes humbles serviteurs.  Vous combattez Jésus Christ et je vous maudit pour cela".  Oublions la faute d'orthographe mais remarquons l'incohérence : pourquoi donc un démon maudirait-il ses sujets si ces derniers combattaient effectivement son adversaire ?  cela n'a guère de sens ou bien c'est très mal exprimé. En fait, il s'agit simplement d'une phrase destinée à fourvoyer, à donner une fausse impression.  Passons à la quatrième :

"Faux dieu et sorcelleries - je suis la raison du plus fou et du plus talentueux".  Rebelote pour l'orthographe.  Ensuite, si dans "Veau d'or et Vaudou" il est bien fait allusion à de faux dieux, les "sorcelleries" semblent un peu excédentaires ou extrapolées, quant au "talentueux", il s'agit d'une pure invention destinée seulement à faire allusion à l'artiste.  La cinquième, "pour la route" ?

"J'ai crée votre idole, Johnny Hallyday".  Impossible donc d'avoir une phrase sans faute.  C'est un enfer au moins pour l'orthographe !  Le reste est divagation et interprétation totalement libre.  Vers la fin de la vidéo, on comprend enfin grâce au texte le but réel poursuivi.  Il s'agit d'un blabla chrétien traditionnel : "suivez Dieu, lui seul vous sauvera", un "truc" comme ça.  Au CERPi, on n'a rien contre ce genre de propos.  Chacun est libre de ses croyances.  Mais diaboliser à tort et à travers est aussi stupide qu'inutile.  Plutôt qu'attaquer quelqu'un lâchement car il n'est plus de ce monde pour se défendre, certains feraient mieux de considérer les choses positives réalisées par l'artiste et son entourage.  Enfin, il faut distinguer le jeu de scène, éventuellement sulfureux d'un rocker, de la personne profonde en privé.

Johnny Hallyday a bel et bien chanté "Le diable me pardonne".  En voici un exemplaire complet. 

Au cours de celui-ci, JH lui-même explique qu'il parle d'un tiers.  On constate la présence de l'humour et la sauvegarde de la morale puisque le fautif est bien mis en prison !

Par ailleurs, la plupart des chansons de JH ont été écrites par d'autres personnes.  Il n'en est donc pas l'auteur mais l'interprète.  Même la chanson sur le Veau d'Or ne représente pas une louange à un prétendu démon mais bien la dénonciation d'un travers humain représenté par l'argent.  Lorsque l'on se met à interpréter les paroles de chansons à l'aide de "n'importe quoi", on peut faire des démons avec n'importe qui...  Ce que ne semblent pas savoir les youtubeurs qui s'expriment de la sorte, c'est que le mot qui revient le plus souvent dans les chansons de Johnny Hallyday est le mot "Amour".  Curieux pour un démon, n'est-ce pas ? (http://people.bfmtv.com/musique/amour-vie-jour-les-mots-les-plus-utilises-dans-les-chansons-de-johnny-hallyday-1

323818.html)

De la même façon, nous avons parcouru le Net à la recherche d'une preuve concrète selon laquelle Johnny Hallyday aurait réellement fait un pacte avec le diable ou aurait été sataniste et nos recherches ont été vaines.  Il n'y a rien de sérieux à se mettre sous la dent.  Il y a par contre un tsunami de bêtises, de seconds voir de troisièmes degrés, avec des tas de personnes qui suivent stupidement.

Comme le disait quelqu'un, si les cons se mettaient à voler, il ferait subitement beaucoup plus sombre !

betise-humaine

Remarque de dernière minute :

Nous ajoutons ce commentaire le 2/02/18 à 23h22 pour que les choses soient bien claires.  En début d'article, nous parlions de nos scrupules à présenter cet article en redoutant que certains s'imaginent que nous ferions de la récupération sur le décès récent de l'idole des jeunes.  Nous réitérons notre affirmation selon laquelle ce n'est absolument pas le cas.  Le seul sujet qui nous a intéressé était le volet un eu occulte de la vie du chanteur.  Toutefois, au moment où nous rédigions ces lignes, nous ignorions totalement qu'allait éclater cette dernière affaire d'héritage mêlant Laeticia  Hallyday.  Nous resterons en dehors de toute considération à ce propos, considérant que l'on connait finalement bien peu de choses sur la vie privée des différents protagonistes et leurs relations, ce qui rend tout jugement difficile.  Il ne nous appartient d'ailleurs pas de juger quoi que ce soiten la matière.
Pour en revenir au cadre de notre objet, si cette nouvelle affaire semble vouloir ternir l'image de l'artiste, elle ne nous semble pas de nature à remettre en question l'existence éventuelle d'un quelconque pacte avec le diable.  Elle illustre par contre très bien le pouvoir dont dispose l'argent pour dénaturer tout ce qui évolue dans son sillage...