Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Origine - Dan Brown

OrigineNous avons lu - ou plutôt "dévoré" le dernier Dan Brown (oui, l'auteur du Da Vinci Code) et ne pouvons que le conseiller car c'est vraiment un excellent bouquin.

On retrouve évidemment le spécialiste en symboles Robert Langdon, lequel sera accompagné pendant un bon bout de temps par la future reine d'Espagne, excusez du peu et, pour faire bien, d'une intelligence artificielle.

Langdon se rend à une conférence de l'un de ses anciens élèves, Edmond Kirsch, devenu milliardaire, inventeur et chercheur qui s'est posé une question fondamentale, celle que tout le monde se pose : "D'où venons-nous" et "Où allons-nous ?"  Rassurez-vous nous n'allons pas spoiler, ce serait trop bête.  Mais en même temps, il va nous être difficile de ne pas aborder, au moins sous la forme de discussion (que vous ne serez pas obligés de lire) la question centrale émanant de la conclusion de cette conférence se proposant de livrer la conclusion très inattendue des recherches de Kirsch.

Problème : évidemment, les cathos craignent que les conclusions en question ne remettent en cause l'Eglise tout court, l'oeuvre de Dieu, l'existence de ce dernier, ce qui - bien entendu - serait catastrophique.  Mais cela pourrait être catastrophique aussi pour d'autres religions, dès qu'il serait démontré que leur dieu n'existe pas non plus et que seules les lois physiques auraient pu suffire à expliquer la naissance de la vie (humaine) sur terre.

Aïe !  On voit venir le coup : Kirsch aurait tout aussi bien pu trouver la preuve que l'origine de la vie sur terre proviendrait des extraterrestres ou de la panspermie, enfin bref : il y a pas mal de possibilités mais pratiquement toutes dérangent et ce qui devait arriver arriva : Kirsch se fait assassiner en pleine conférence, avant d'avoir pu révéler le pot aux roses.  Ce qui fait bien les affaires de certains dans un premier temps, sauf que cela va aussi occasionner tout un remue-ménage.

Bon !  Pas besoin de donner beaucoup plus de détails sur l'intrigue, nous en avons déjà dit assez et il va falloir en venir à la fameuse conclusion (que vous n'êtes donc pas obligés de lire).

Attention, la partie ci-dessous dévoile une grande partie de l'intrigue principale du livre !

On sait qu'avec Dan Brown, il convient de se méfier des arguments avancés.  On a l'expérience du Code da Vinci et même en sachant qu'il ne s'agit que d'un roman, même en sachant que ce n'est qu'une fiction, il y a toujours danger d'autant qu'une page annonce que pratiquement tout ce qui y est évoqué est parfaitement exact.  Donc, nous avons ouvert l'oeil !  Et voilà...

Il se fait que Kirsch se serait basé sur l'expérience de Miller-Urey destinée à démontrer l'origine chimique de l'apparition de la vie sur terre.  Bien vu, l'expérience a bel et bien existé, elle a été reproduite et... cela n'a pas fonctionné.  Si l'on excepte toutefois peut-être certains acides aminés (mais ici, c'est nous qui nous aventurons peut-être abusivement).  Et pourtant, on y avait mis de la bonne volonté !  Ah !  Mais... c'est que sans Dieu, c'est dur, évidemment !
Alors Kirsh a imaginé que les ingrédients utilisés n'étaient peut-être pas suffisants et il a donc quelque peu modifié la recette initiale (les produits chimiques utilisés)... sans plus de succès.  Il s'est dit malgré tout qu'à partir de cette "soupe prImordiale" quelque chose pourrait peut-être sortir à condition de lui donner le temps car la terre ne s'est pas formée en un claquement de doigts et on a pu apprécier les premiers résultats de Miller et Urey que sur quelques années.  Il faudrait pouvoir revoir la question dans quelques milliers, voire quelques milions d'années, ce qui bien sûr n'était pas possible.

C'est alors qu'il se base sur l'intelligence artificielle pour créer une sorte de machine à remonter le temps (ou à aller dans le futur, si vous préférez;  en tous cas pouvoir le visionner) dont le principe se base sur un truc qui nous fait penser à Philippe Guillemant dans son expérience bien connue avec le billard et les boules...  Encore une fois, ici aussi, Philippe Guillemant existe bel et bien, de même que son expérience sur le billard et avec les boules, l'individu est un ingénieur physicien spécialiste de l'intelligence artificielle, bon !  Et grâce à l'appareil en question, il peut visionner le résultat en accélérant virtuellement le temps pour voir enfin ce qui va se passer...

Et, bien entendu, les acides aminés ne sont cette fois plus seulement une suposition, ils sont d'abord bien présents mais en plus nombreux, ils s'organisent et apparaissent les premiers êtres vivants et puis l'homme, cqfd.
Et donc, plus besoin de Dieu, Adam et Eve peuvent aller se rhabiller : nous savons que nous ne provenons que d'un heureux hasard chimico-physique !  Bingo !

Cela dit, il reste à répondre à l'autre question et, après "d'où venons-nous ?" : "Où allons-nous ?"  Et c'est là que l'on aboutit à une fameuse surprise : une surprise de taille !  Car en fait, nous n'allons nulle part ou en tous cas pas bien loin : l'Homme en est au dernier stade de son existence et sa civilisation va disparaître, vers 2050 (ce qui est conforme aux prédictions de la NASA, soit-dit en passant !)  Pourquoi ?  Parce qu'en schématisant l'évolution de l'homme sur un écran on voit apparaître une nouvelle structure qui, en fait, va l'absorber ou l'éliminer.  Le truc dans ce genre de lutte entre "civilisations" (quoi que, ici, le terme ne soit guère approprié) c'est qu'il y a élimination de l'un ou de l'autre ou, parfois, une forme de symbiose qui s'installe.  Ce n'est plus une élimination franche mais plutôt une fusion entre les deux.  Mais quelle est l'autre partie ?
Roulements de tambours : nouvelle surprise (qui n'en est pas réellement une si l'on réfléchit bien...) c'est la technologie !
L'homme deviendrait donc une sorte d'hybride entre l'organisme tel que nous le concevons et un ensemble de technologies annexes et/ou principales.  Et, encore une fois, nous avons été particulièrement avisés de lire ce livre tout à fait par hasard car il correspond à nos préoccupations de toujours et actuelles ainsi qu'avec une situation actuelle parfaitement compatible avec ce scénario !  Progressivement, l'homme est de plus en plus envahi - généralement pour son plus grand bien - de prothèses, d'implants et d'accessoires connectés, on voit que cette tendance se développe de manière accélérée, il est facile de se projeter dans un bref avenir où tout cela pourrait devenir réalité.

Mais nous avons oublié une étape, celle de l'entropie qui gouverne l'univers et dont le but serait en fait de dissiper l'énergie.  Bon.  Si on veut, cela peut se tenir.  Il y a tout de même un hic avec l'expérience de Guillemant, c'est que si nous avons bons souvenirs et pour autant que nous ayons bien tout compris, l'expérience en question démontrait seulement qu'au bout de très peu d'itérations il devenait absolument impossible de prévoir l'endroit où se trouverait les boules.  Donc la machine accélératrice du temps, virtuelle ou pas, serait une utopie et le recours à Guillemant, bien qu'exact au départ, serait "frauduleux" en seconde intention.  Donc, l'arnaque serait là et de toute façon nous n'avons aucun moyen de le vérifier : Kirsch est mort, le seul enregistrement disponible figurait dans les lignes de code de Winston, l'intelligence artificielle qui s'est auto-détruite après avoir fait d'incroyables révélations quant à la partie judiciaire de l'affaire (nous ne vous dirons pas lesquelles, na !)  finalement, le tout n'apparaît que comme une théorie assez plausible, une hypothèse qui s'annonce solide.

Mais Dieu n'est pas mort pour autant.  Et de toute façon, dans la famille on a tendance à ressusciter rapidement.  Donc...