Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Schopenhauer - Le Soir

Schopenhauer0001encoursPeut-être avions-nous un apriorisme positif quant à Schopenhauer, par exemple en raison du sous-titre du livre qui lui est consacré dans la collection "Apprendre à philosopher" du journal "Le Soir" : "La reconnaissance de l'irrationnel comme force dominante" et : “Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.” (Citation de Schopenhauer, que nous aimons replacer - en fonction des circonstances - face à nos détracteurs.)  Nous inviterons donc nos lecteurs à se faire leur propre opinion (comme toujours d'ailleurs) au cours de leur lecture de l'ouvrage - que nous conseillons.  Toujours est-il que nous l'avons dévoré et que, sans forcément adhérer à toutes ses idées (dont il n'est pas question ici au sens philosophique !) nous pouvons dire que nous les considérons néanmoins d'un bon oeil.

Voici, pour commencer, la 4è de couverture :

4è de couverture

Schopenhauer est entré dans l'histoire comme le philosophe pessimiste par excellence.  Dans son chef-d'oeuvre, "Le Monde comme volonté et représentation", il défendit la supériorité de la volonté sur la raison si chère à ses prédécesseurs des Lumières.  Une volonté irrationnelle qui pousse l'individu à chercher sans cesse des plaisirs qui ne le comblent jamais, lui infligeant une souffrance constante.  Il fut l'un des premiers penseurs occidentaux à embrasser d'autres traditions philosophiques, et il rejoignit le bouddhisme en prônant le renoncement aux désirs pour s'affranchir de la douleur de l'existence.

L'avis du CERPI

Nous l'avons dit, ce n'est pas sans une certaine sympathie, pour ne pas dire une sympathie certaine, que nous avons lu cet ouvrage sur Schopenhauer.  Bien entendu, il ne s'agit que d'un tour d'horizon, une présentation schématique de ses oeuvres et de ses pensées.  Il conviendrait de lire ses ouvrages afin de se faire une opinion plus profonde, obtenir des explications complémentaires et des détails.  Mais nous pensons que si Schopenhauer n'a pas mis dans le mille, en tous cas il a dû approcher sérieusement le but de ses études philosophiques et en donnant une hypothèse plausible du comment et du pourquoi de beaucoup de problèmes humains.  Il s'agit d'ailleurs de problèmes que nous rencontrons tous et qui se nomment, pour utiliser un terme générique "souffrance".  Aller jusqu'à considérer notre monde comme "une colonie pénitentiaire" est peut-être exagéré, l'auteur était un pessimiste avéré, nous l'avons dit.  Mais il n'a pas complètement tort, selon nous.

Ce qu'il considère comme la force qui régit la totalité de notre univers et qu'il appelle "la volonté" (terme qui désigne bien plus que ce que l'on entend dans le langage courant) peut effectivement se remarquer au quotidien, dans son concept de la représentation générale qu'il conçoit et à laquelle nous appartenons.  De là, à condition de savoir de quoi l'on parle (et pour cela il est nécessaire de lire l'ouvrage, nous n'allons pas tout vous expliquer !), on peut voir un trait d'union entre ses conceptions et celle du Yin et du Yang, ce qui n'est d'ailleurs guère étonnant vu la biographie de l'auteur.  Ainsi, par exemple, le Bien et le Mal seraient des polarités complémentaires qui n'existeraient que d'une manière relative et certainement pas en relation avec Dieu ou une divinité quelconque.  Schopenhauer n'acceptait pas les façons religieuses de voir les choses et trouvait d'autres manières de les envisager.

On peut aussi s'étonner sur sa vision des arts, des artistes, des saints, des ascètes et des génies.  Ses idées concernant l'art, d'une manière générale, méritent d'ailleurs l'attention de nos lecteurs et enquêteurs.

Nous dirons encore que nos lectrices considéreront sans doute Schopenhauer avec moins d'admiration que nous en raison de sa mysogynie caractérisée (ce qui ne l'empêchera toutefois pas de reconnaître les mérites de Mme Neyt, sur le plan artistique notamment, ce qui l'emmènera à voir en elle... un homme en devenir !)  Les vidéos ci-dessous donneront plus d'indications quant au remarquable travail du philosophe et sa valeur.  (merci de nous avertir si l'une des vidéos venait à ne plus être accessible).

NB : la mention "copyright" sur l'image de la couverture du livre "Schopenhauer" de la collection du journal "Le Soir" ne concerne nullement notre copyright, bien sûr !  Dans le cas présent, il s'agit simplement d'une disposition relayée par un procédé standard afin d'éviter le hotlinking avec propagation (dissémination) abusive.