Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

FRÉQUENTATION DES CATACOMBES

Tout ce qui est sombre, situé sous terre amène inévitablement des gens à y aller par goût de l'étrange, pour vaincre les interdits parfois et pour être tranquille. Havre de paix il est vrai, pendant des années, des hommes des femmes n'hésitent plus à côtoyer les os de leur concitoyens, sans éprouver aucune peur  (il est vrai qu'il y a généralement bien moins à craindre des morts que des vivants!), aucune gêne, aucune appréhension de rencontrer - pourquoi pas - des fantômes !

Le lieu est idéal, car les Catacombes sont d'immenses tombes où chacun aime côtoyer la mort, où chacun peut se réfugier, et parce qu'elles déclenchent surtout de la curiosité et parfois le frisson ! Les Catacombes en fait eurent comme usage initial de rendre de nombreux services à des personnes, des groupes aussi différents les uns des autres.

Ainsi durant la seconde guerre mondiale notamment, elles firent office de lieux fonctionnels pour le marché noir en tant que dépôt, les Catacombes étant immenses, au risque de se perdre même, les plans étaient utilisés pour circuler sous terre pour éviter aussi les troupes allemandes. Les résistants connaissaient bien ces lieux où ils étaient à l'abri et ne se gênaient pas pour l'exploiter, accompagnés de bougies, et d'électricité aussi.

Détail historique à la fois "amusant" et révélateur de l'immensité des catacombes, les nazis et la Luftwaffe y avaient un bunker sous le Lycée Montaigne et la Faculté de Pharmacie tandis que le PC de la résistance se trouvait sous la Place Denfert-Rochereau. C'est à partir de ce dernier que le colonel Rol-Tanguy et l'état major des FFI coordonnèrent la libération de Paris en Août 1944.

Et puis, quoi de mieux pour écouter de la musique le plus fort possible, faire des boums, aider aussi les étudiants en médecine pour venir chercher devinez quoi? Des crânes. Ils sont fortement renseignés avec leurs plans, leurs livres, il semble qu'ils connaissent alors plus Paris sous terre que Paris «sur terre». Il est vrai que dans le premier cas, on peut avoir un "Paris by night" même à midi! Mais, nous l'avons déjà signalé, il convient plus que jamais de rester tout particulièrement prudent et de n'accorder qu'une confiance très modérée aux livres et plans.

Prolonger la fête est certes souvent une bonne idée.  Il reste à ne pas viser l'éternité.

Cliquez sur l'image ci-contre pour obtenir un agrandissement dans une nouvelle fenêtre