Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L'étrange créature d'Alençon

Ceux qui furent jadis les lecteurs de l’intéressante revue « Au-delà du ciel », qui n’est plus éditée en France, se souviennent certainement des articles remarquables qu’y fit paraître notre ami Alberto Fenoglio. Il  était présentement l’un des éminents collaborateurs de notre confère « Clypeus » et, dans l’extrait de son article « Anciens visiteurs du ciel » (Clypeus, Anno III, 3 page 13)  que je donne ci-après, on retrouvera cette connaissance précise du passé.

Cet extrait a été traduit par Mlle de Saint-Aubin à laquelle nous disons nos remerciements.

En France, près d’Alençon, en 1790, il y a eu un fait si étrange que l’on fit venir de Paris un inspecteur de police du nom de Liabeuf.  Son rapport dit ceci :

A 5 heures du matin, le 12 Juin, des paysans aperçurent un globe énorme qui paraissait entouré de flammes. Tout d’abord ils pensèrent que ce pouvait être, une montgolfière en flammes, mais la grande vitesse et un sifflement qui sortait de cette masse rendirent les paysans perplexes. Le globe ralentit, eut des oscillations puis se précipita sur la crête d’une colline, déracinant des plantes et arbustes sur la pente. La chaleur qui émanait était si grande que les herbes et les arbustes en furent peu après incendiés.  Les paysans réussirent à isoler l’incendie qui pouvait s’étendre à toute la zone.  Le soir cette sphère était encore tiède et il arriva une chose extraordinaire pour ne pas dire incroyable. Les témoins en furent deux maires, un médecin et trois autres autorités qui confirment mon rapport, sans compter les dizaines de paysans présents. Cette sphère qui aurait pu contenir un carrosse était intacte après tout ce vol ; elle soulevait tant de curiosité que les gens accouraient de partout pour la voir. Alors, subitement, une sorte de porte s’ouvrit, et là est l’intéressant, il en sortit une personne comme nous, mais vêtue d’une façon étrange, portant un habit adhérant complètement au corps, et, voyant cette foule, elle murmura quelque chose d’incompréhensible et  se sauva dans le bois.  Les paysans se reculèrent instinctivement, par peur, et cela les sauva parce que, peu après, la sphère éclata silencieusement, projetant des morceaux de toutes parts qui se consumèrent jusqu’à se réduire en poudre.  Des recherches furent entreprises pour retrouver l’homme mystérieux, mais il sembla s’être dissous,  car jusqu’alors on n’en a pas découvert la plus petite trace, à moins qu’il ait disparu d’un plan à l’autre afin de ne pas laisser de traces.  S’agit-il d’un être venu d’un autre monde avec cet étrange moyen ?  Je ne suis pas un savant : c’est une idée qui m’est venue à l’improviste ».

Ce rapport parvint ensuite à l’Académie des Sciences et fut accueilli par des sarcasmes des éminents savants qui nièrent d’un façon absolue la possibilité qu’un être vivant puisse arriver sur la terre. Ils considérèrent le rapport comme le produit d’un esprit imaginatif alimenté par les propos fantaisistes des paysans qui avaient vu ils ne savaient trop quoi dire.  Ces doctes personnages ne voulurent pas même se déranger pour aller sur les lieux afin de constater de visu l’excavation produite dans le sol par la sphère, et cependant ce trou resta visible pendant des années. »

le 1 Octobre 2015

Claude BURKEL