Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Énigmatique race des Cagots

Les tempestaires et le peuple des nuages

Navires volantsAttirée depuis de nombreuses années par le paranormal, mon attention fut piquée, il y a quelques mois, par un reportage télévisé consacré aux Cagots.  Curieusement, je n’avais que peu entendu parler de cette « race ».  Malgré mon manque de connaissances sur le sujet, je fis immédiatement le lien avec un texte ancien dont j’avais lu la traduction dans un ouvrage dédié aux mystères lyonnais.  N’ayant pas noté les références du livre, je suis, aujourd’hui, incapable de le citer fidèlement mais, grâce à internet, j’ai pu en reconstituer la teneur :

En l’an 800, ou en l’an 832, un « navire volant » s’écrasa en catastrophe place du change, à Lyon. Trois hommes et une femme s’en extirpèrent, secoués par la violence du choc. La foule, aussi surprise que terrifiée, s’empara des nouveaux venus et les traina devant l’archevêque Agobard, réclamant la mort des supposés sorciers. Le prélat écouta les uns et les autres et, contre toute attente, décida de relâcher les intrus.  Les quatre étrangers prirent aussitôt la fuite. 

Bien des années plus tard, cette aventure aurait été relatée en ces termes, par l'abbé Mautfaucon de Villars : « La cité tout entière se rassembla autour d'eux, criant qu'ils étaient des magiciens envoyés par Grimaldus, Duc de Berreventum, l'ennemi de Charlemagne, pour détruire les moissons françaises.  En vain, les quatre innocents se défendirent en disant qu'ils étaient des leurs et avaient été emportés peu de temps auparavant par des hommes extraordinaires qui leur avaient montré des merveilles dont on n'a jamais entendu parler, et ils avaient désiré leur faire eux-mêmes le récit de ce qu'ils avaient vu.  La populace déchaînée ne tint aucun compte de leur défense et était sur le point de les jeter dans le feu ».

Ce récit doit cependant être lu avec recul.  Je n’ai pas personnellement eu accès au texte original, qui, par ailleurs, aurait été modifié par Jocob Grimm (célèbre pour ses contes).  L’anecdote a été immortalisée par l’artiste contemporain Jean Fusaro, dans une toile exposée à l’église de Saint-Jacques-des-Arrêts dans le Rhône.   À en croire les nombreuses pages du web consacrés aux OVNIs, l’évènement sus-relaté n’aurait rien eu d’original.  Ainsi, dans les « Chroniques », un manuscrit qui serait conservé à la bibliothèque nationale, l'archevêque de Lyon, Agobard (779-840), aurait écrit qu’aux alentours de l’an 800, Lyon et ses environs auraient été survolés pas « des créatures voguant sur des navires aériens ».  Les lyonnais, pensant qu’il s’agissait d’attaques ennemies, se seraient jetés sur les « aériens » tombés du ciel, les auraient torturés, avant de les crucifier morts ou vifs et de les jeter dans les eaux du Rhône et de Saône.  Le but étant que les suppliciés soient vus pas leurs congénères restés dans les airs et que ce châtiment dissuade ces derniers d’atterrir.

Faisant preuve de plus de retenue que ses ouailles, l’archevêque Agobard aurait indulgemment remarqué que « ces gens ne comprenaient absolument rien à notre langage.  Lorsqu'on leur demandait, sous la torture ou les coups, s'ils étaient sorciers, ils acquiesçaient d'un hochement de tête quel que soit le ton avec lequel on leur parlait. 

Toile de Jean Fusaro dans leglise de Saint Jacques des Arrets

Par une fatalité inconcevable, ces malheureux poussaient la folie jusqu'à convenir qu'ils étaient sorciers ». 

Et l’invasion ne se limitait pas à Lyon ! En ces temps lointains, la France entière aurait été survolée par de nombreux engins spéciaux.  Si bien que le Roi Charlemagne aurait émis des édits interdisant de troubler les airs et d'engendrer des tempêtes « par des moyens magiques et la pratique des mathématiques ».  En effet, ces manifestions détruisaient les récoltes et couchaient les blés (crop circles ?). 
En 789, il aurait même promu une loi interdisant les contacts avec les « peuples des nuages ». 

Peu intéressée par le phénomène OVNI, je pensais que la « vague extraterrestre » était beaucoup plus récente.  Que les services de police et de gendarmerie avaient commencé à recueillir des témoignages à partir des années 1950.  Vision édulcorée, certes…  Cependant, estimant qu’un peu de scepticisme ne nuit pas, j’ai consulté, toujours en ligne, la traduction d’un ouvrage d’Agobard, intitulé « De la grêle et du tonnerre ».  L’archevêque y évoque la mésaventure arrivée aux quatre étrangers faits prisonniers par les lyonnais.  Il rappelle qu’en ce temps-là, le peuple croyait qu’il existait, dans le ciel, une cité nommée Magonie, d’où partaient des navires, voguant sur des nuages.  Les habitants de Magonie avaient conclu un pacte avec les « tempestaires », des individus pouvant contrôler les phénomènes climatiques, grâce à la magie.  En s’approchant de la Terre, les vaisseaux déclenchaient les éléments, la pluie, la grêle, la foudre.... En échange de quoi, les tempestaires fournissaient au « peuple des nuages », les fruits tombés pendant les orages.  À cette époque, où les gens vivaient essentiellement de l’agriculture, la météo était un sujet délicat, et les tempestaires étaient craints.  Pour l’homme de foi, la cité céleste de Magonie, les bateaux volants et les tempestaires n’étaient que des balivernes.  Seul Dieu avait le pouvoir de déclencher les éléments.  Ainsi, lorsqu’on lui présenta quatre individus tombés du ciel, il ne les prit pas au sérieux et refusa de condamner à mort de simples charlatans. 

Toujours dans la traduction de « De la grêle et du tonnerre », l’archevêque Agobard raconte que, dans les mêmes temps, de nombreux bœufs périrent.  Le peuple en conclut que Grimoald, Duc de Bénévent et ennemi de l’empereur, avait organisé un empoissonnement massif.  Plusieurs personnes furent arrêtées et accusées de rependre une poudre blanche meurtrière à travers tout le royaume.  Comme les malheureux ne parlaient pas la langue en vigueur, ils avouaient, sans comprendre et sous la torture, tous les crimes dont ils étaient accusés.  Déclarés coupables, ils étaient alors attachés à des planches et jetés à l’eau.  Pour l’archevêque Agobard, il s’agissait là encore d’une méprise.  Comment une poudre blanche aurait-elle pu ne nuire qu’aux bœufs ?   Personnellement, je trouve que la sentence réservée aux empoisonneurs de bestiaux ressemble curieusement à celle imposée aux hommes tombant du ciel.  Les deux évènements ayant eu lieu à la même période, une confusion me semble possible.  Chacun se fera son opinion.

Dessin d'un navire volantMême si cette histoire de navires survolant la France a été amplifiée, voir déformée, par la magie du web, elle n’en demeure pas moins troublante. Aucun appareil ne volait au moyen-âge.  Alors pourquoi le peuple aurait-il cru et colporté ces chimères ?  D’un autre côté, l’homme médiéval était perméable à l’irrationnel et au fantastique.  Il croyait que les sorcières se déplaçaient dans les airs en chevauchant des balais, que les orientaux possédaient des tapis volants… 

Venons-en à présent au second thème de cet article : Les cagots. Cagot, nom choisi parmi d’autres, car les appellations désignant ce « peuple » ne manquent pas. 
Dans les Pyrénées, françaises et espagnoles, « cagot » signifiait mauvais, grossier, malade, haïssable, et même excrément. 
En occitan, déféquer se dit « caguer ». 
Dans le Béarn, où les cagots étaient nombreux, on les appelait « cacous », « caqueux », « gahets » ou « gahouillet », qui signifiaient lépreux, ou encore « agotes », « chrestians » et « crestiaas », qui signifiaient chrétiens ou croix (en référence au triste sort réservé aux aériens ?)
Au Pays Basque, on les nommait « agoteaks » ou « agotz ».
Dans les Landes, c’était des « gézitains » ou des « agotas »
En Gascogne, on les appelait « gahets » ou « capots ».
Du côté de Bordeaux, on parlait de « agotas », de « ladres » et de « ladron », qui signifiaient voleur, ou de « capos » et de « gaffos » qui signifiaient lépreux.
En région toulousaine, on les nommait « cascarots » ou « cangoths ».
En Bretagne, on parlait de « cagueux », « caquins » ou « caquous ».

Bien des noms pour un seul peuple. Un peuple à part, méconnu, haï, rejeté, forcé de vivre au ban de la société.  Et pourquoi ? 

Portrait d'un cagotÀ priori, les cagots ont été exclus à cause de leur physique ingrat.  De petite taille (généralement moins d’un mètre trente).  Chauves.  Peau blafarde. Pieds et mains palmés.  Lobes d’oreilles inexistants ou collés.  Bref, les populations locales craignaient qu’ils soient malades.  Afin d’éviter la contamination, les cagots devaient s’installer à l’écart, séparés des villages par un cours d’eau ou un bois.  En ville, ils étaient parqués dans des quartiers spéciaux.  Ils ne pouvaient pas entrer dans les moulins pour moudre leur grain, devaient laver leur linge dans des lavoirs réservés à leur usage, pénétrer dans les églises par une porte de côté...  Contraints de vivre entre eux, par groupes de deux ou trois familles, les cagots ne pouvaient ni jouer, ni danser avec leurs concitoyens.  Afin d’être facilement identifiables, ils étaient tenus de s’habiller de rouge, ou encore, selon la région, de porter, cousue sur leur vêtement, une pièce de tissu rouge, une patte d'oie ou une patte de canard (peut-être afin de rappeler la palmature de leurs doigts ?)  Evidemment, les cagots ne pouvaient se marier qu'entre eux.  Afin éviter la consanguinité, l'homme allait chercher son épouse dans une autre communauté de cagots.  Quelques mésalliances eurent cependant lieu.  Les enfants nés de l’union d'un cagot et d’un individu lambda étaient appelés « macho ». 

L’iniquité se poursuivait devant les tribunaux, où les témoignages de quatre à sept cagots étaient nécessaires pour contrebalancer celui d’un autre sujet.  Les choix professionnels leur étaient limités.  Le commerce leur était interdit.  De cette interdiction de vendre le produit de leur exploitation, découlait l’interdiction d’élever du bétail, si ce n’est un cochon et une bête de somme, réservés à leurs besoins personnels.  Les cagots étaient cantonnés au travail du bois, de la pierre et du fer, matériaux qui, le pensait-on, ne permettaient pas la transmission des maladies.  En fonction des régions, ils furent bûcherons, sabotiers ou tonneliers.  Il leur arrivait aussi de fabriquer des cercueils ou des instruments de torture et, par extension, d’être fossoyeurs, métiers qui ne redoraient pas leur image.  Habiles ouvriers, certains cagots furent reconnus pour leurs compétences en tant que charpentiers, menuisiers, tailleurs de pierres...  Ils ont ainsi participé à la l’édification de nombreux monuments français, tels que des halles, des châteaux, des églises, et même la cathédrale Notre-Dame de Paris. 

Pour les familles de ces artisans de talent, le terme « cagot », considéré comme injurieux, céda progressivement le pas à des appellations plus honorables, telles que « mestres » (maîtres dans le travail du bois) ou « charpentiers ». 

Cagote de la region de LuzLa faculté la plus troublante attribuée aux Cagots, serait leur don de guérisseurs.  Ils connaissaient les plantes et savaient les utiliser à des fins médicinales, mais pas seulement.  Ils avaient aussi la capacité de soulager.  Avant que les professions de sage-femme ou de médecin ne soient encadrées, les Cagotes étaient des accoucheuses prisées. Ainsi, la population, qui officiellement craignait la contamination, n’hésitait pas à recourir aux Cagots pour soulager ses douleurs.  Au XVIème siècle, on estimait que les Cagots représentaient environ dix pour cent de la population locale.  C’est à cette époque que, sur ordre du Roi Henri II, le Docteur Ambroise Paré examina, pendant plusieurs semaines un groupe de Cagots.  Il constata que c’était des êtres petits, à la température corporelle au-dessus de la normale et au sang de couleur bleu-vert.  Il nota aussi que les Cagots étaient capables de momifier un fruit, juste en le tenant dans leurs mains.  Ils devaient, pour ce faire, dégager un fort magnétisme, qui pourrait être à l’origine de leur réputation de magiciens et de guérisseurs.  Les conclusions médicales rendues par le Docteur Ambroise Paré étant pour le moins surprenantes, le Parlement de Toulouse demanda, le 13 juin 1600, à plusieurs médecins, d’expertiser un groupe de vingt-deux Cagots.  Les scientifiques ne détectèrent aucune pathologie. Peu après, en 1611, afin de lever les doutes persistants à leur égard, les Cagots du Béarn demandèrent au Gouverneur de la province d’ordonner une nouvelle expertise médicale, laquelle conclut à l’absence de toute trace de maladie. 

À partir de 1683, afin de renflouer les caisses royales, Monsieur Dubois du Baillet, Intendant de Béarn, offrit la possibilité aux cagots d'acheter leur affranchissement et, de fait de devenir des citoyens à part entière.  Progressivement, les interdits se sont faits plus rares, permettant aux cagots de se mélanger aux populations locales.  En 1723, un arrêté du Parlement de Bordeaux, interdit d’injurier les prétendus descendants de la race de Giezy, en les traitant d'agots, cagots, gahets ou ladres, sous peine de recevoir 500 livres d'amende.  Le même arrêté ordonna que les ex-cagots soient admis dans les assemblées générales et particulières, aux charges municipales et aux honneurs de l'église où ils seraient traités et reconnus comme les autres habitants des lieux, que leurs enfants soient reçus dans les écoles et collèges des villes, bourgs et villages, et soient admis dans toutes les institutions chrétiennes indistinctement.  En 1768, un cagot fut ordonné prêtre pour la première fois.  La révolution française, se voulant à l’écoute des opprimés, acheva leur intégration en leur accordant enfin, à la fin du XVIIIème siècle, le statut juridique de citoyens à part entière.  Jouissant des mêmes droits que n’importe qui, ils purent se fondre dans l’anonymat et achever la dissolution de leurs caractéristiques.  En 1809, le sous-Préfet d’Argelès écrivit au ministre de l’Intérieur :

« Elle (la population cagote) s’est tellement fondue et mélangée par les alliances avec les autres communautés du pays que tous les caractères physiques et moraux, s’il en existe, ont entièrement disparus, et que ces familles ne sont plus distinguées que par l’ancienne tradition locale dont le souvenir s’efface chaque jour ».

En Espagne, la ségrégation prit officiellement fin en 1819, sur décision parlementaire.  En 1847, dans « Histoire des races maudites de la France et de l'Espagne », Michel Francisque indiquait que « À Montgaillard, sur la route de Tarbes à Bagnères, il y a encore des Cagots et en assez grand nombre ».  Les derniers représentants de la race cagote se sont éteints récemment, dans les Pyrénéens.  Ne reste aujourd’hui que quelques livres et des thèses, des noms de rues et de places, un cours consacré à « l'énigme des Chrestians », à la faculté d'histoire, et un « musée des Cagots de France », situé dans le château médiéval de Nestes, à Arreau, dans les Hautes Pyrénées.

D’où vient ce peuple énigmatique, qui a vécu huit à neuf siècles de ségrégation, ici-même, en France ?  C’est là que réside tout le mystère. L’origine des Cagots est incertaine.  Aucune explication, juste des hypothèses.  Les Cagots sont apparus en France au moyen-âge (le premier texte qui en fait mention date de 1070).  Or, le moyen-âge, vaste période qui s’étend du Vème siècle au XVème siècle, a été ponctué par des guerres et des invasions : Les Barbares, les Arabes, les Maures, les Sarrasins, qui venaient d’orient, mais aussi les Huns, qui venaient d’Asie, les Wisigoths et les Ostrogoths, qui venaient de Germanie.  D’ailleurs, le mot « cagot » pourrait être une déformation de « can-goths » et signifier « chiens de Goths ».  Sans oublier les nombreux conflits internes, tels que les Cathares, fuyant le Languedoc (les Cathares eux-mêmes se définissaient comme de « bons Crestians »). 
Les Cagots sont-ils des descendants d’une armée de pilleurs qui, après le départ des leurs, ont été forcés de se cacher dans les forêts et les montagnes de crainte des représailles ?  Dans une France pieuse, les Cagots furent soupçonnés d’être juifs, et, par conséquent, bannis de la communauté chrétienne…  Selon Marc Alain Descamps, les descendants de plusieurs peuples exclus auraient pu se mélanger.  Par exemple, des guerriers d’origine étrangère, vaincus par les Francs et fuyant les combats, auraient pu s’unir à des groupes de parias ou de malades, mettre en commun leurs cultures et donner naissance aux Cagots. 
Le moyen-âge a aussi connu de terribles épidémies, ce qui explique la méfiance du peuple envers les cagots, au moins pendant les premières années de cohabitation.  Les maladies de peau, donc visibles, étaient assimilées à la lèpre.  Les malheureux contaminés étaient chassés des bourgades, tenus de vivre en vase clos afin d’éviter la propagation de l’épidémie.  D’autant que, dès le XIIème siècle, l’Église a désigné la lèpre comme une punition divine infligée aux hommes de mauvaise vie.  La crainte qu’imposait les cagots, tout comme leurs supposés pouvoirs de magie et de sorcellerie, s’expliqueraient s’ils étaient les seuls rescapés de campements d’où personne n’était censé revenir.  Mais cette possibilité a été mise à mal par le Docteur Yves Guy du CNRS, auteur du rapport sur « Les origines possibles de la ségrégation des cagots » qui, ayant eu à soigner des lépreux, nota que la notion de « lèpre blanche », qu’on pensait jadis potentiellement héréditaire, est invalidée par l'étude contemporaine de cette maladie.  Les cagots ne pouvaient donc pas être des descendants de lépreux.
Selon le sculpteur Xabier Santxotena, lui-même descendant d'agotes, les cagots seraient issus d’un groupe de constructeurs de cathédrales.  Ils furent exclus à cause de leurs convictions religieuses, différentes de l'orthodoxie catholique en vigueur.  Par exemple, ils incinéraient leurs morts, ne reconnaissaient pas la hiérarchie de l'Église…  De ce fait, ils furent considérés comme porteurs d'une sorte de « lèpre spirituelle ». 
Xabier Santxotena a fondé un musée, à Bozate, en Espagne.  Dans le parc, il expose ses œuvres.  Une annexe couverte, ouverte en 2003, montre la vie quotidienne de ses ancêtres cagots.  Cette connotation hérétique du mot « cagot » se retrouve en littérature.  Ainsi, en 1535, Rabelais utilise ce terme dans un passage de Gargantua, au sujet de l'abbaye de Thélème : « une inscription sur la porte en interdit l'entrée aux hypocrites, bigots, cagots ».  L’Académie Française, dans son édition 1932-1935, donne comme définition de cagot, « celui, celle qui a une dévotion fausse ou mal entendue ».  L’Académie Française, toujours, dans son édition de 1986, accorde deux sens au mot cagot : 1) Anciennement, lépreux ; descendant de lépreux. 2) Personne qui a une dévotion hypocrite ou mal comprise. 
Alain Guerreau, Directeur de recherche au CNRS, s’est penché sur les conditions favorisant l’exclusion d’un groupe d’individus.  Selon lui, l’organisation de la société française, aux XIIe et XIIIe siècles, a mis de côté certaines personnes (exemple : des fils cadets, sans terre) et, par assimilation d’idées, ces bannis ont pu être considérés comme des lépreux, car également rejetés de la société.
Fabrice Wehrung a développé une hypothèse selon laquelle les Cagots seraient des descendants directs des hommes préhistoriques.  Selon lui, des néandertaliens auraient pu survivre dans les forêts profondes, au moins jusqu’au moyen-âge, avant de se fondre, progressivement, dans la population issue de sapiens, par mixage des gènes issus de croissement.  Ce brassage ethnique aurait marqué certaines familles plus que d’autres, d’où l’émergence des Cagots, au moyen-âge.

Venons-en à l’hypothèse la plus rocambolesque, celle d’une origine extraterrestre.  Les témoins jurant avoir vu des extraterrestres sont nombreux.  Certains ont vu des géants, d’autres des êtres velus, d’autres encore des personnes revêtues de scaphandres…  L’imaginaire populaire actuel retient cependant une description, plus courante que les autres : Un être de petite taille, environ un mètre dix, au teint gris-vert, chauve, à la tête grosse et au visage dépourvu de nez et d’oreilles. Une description largement inspirée de l’Alien qui aurait été découvert lors du crash d’un objet spatial à proximité de Roswell, et dont l’autopsie, controversée, diffusée en 1995, a rapidement fait l’objet d’un démenti.
Une description qui n’est pas sans rappeler, non plus, celle faite des premières générations de Cagots, apparues en France durant le moyen-âge, sensiblement à la même époque que les événements relatés par Agobard, alors Archevêque de Lyon.

D’autres similitudes existent entre l’affaire Roswell et l’ancienne légende des navires volants.  Le 8 juillet 1947, pour la première et unique fois de son l’histoire, l’armée américaine affirma, avant de se rétracter, avoir découvert les débris d’un « disque volant ».  L’évènement semblait alors corroboré par d’autres manifestations.  En effet, au cours des trois jours précédant le drame, quatre-vingt-huit apparitions d’OVNIs ont été recensées dans vingt-quatre états.  Or, en France, dans les années 700-800, les croyances populaires en la cité aérienne de Magonie, et dans le « peuple des nuages », devaient bien reposer sur des observations, même si elles étaient mal interprétées. 
Juste après le crash de Roswell, deux témoins affirmèrent avoir vu des cadavres d’extraterrestres.  Le premier, l’ingénieur Grady Barnett prétendit avoir découvert un disque de huit à dix mètres de diamètre, ainsi que quatre corps : « Ils avaient de grosses têtes.  Les vêtements qu’ils portaient ressemblaient à de la soie.  L’un d'eux était encore en vie ».  Mais les militaires, présents sur place, empêchèrent Grady Barnett de poursuivre ses investigations.
Or, à Lyon, quatre étrangers, prétendus sortis d’un navire volant, furent présentés devant l’archevêque Agobard.  Le second témoin, Glenn Dennis, était employé des pompes funèbres et ambulancier.  Sa petite-amie, une sous-lieutenant qui travaillait à l’hôpital militaire le jour du crash, lui aurait confié avoir vu les médecins examiner trois corps étrangers, dont deux étaient très mutilés.

the_baltic_sea_ufo_peter_lindbRoswell n’est pas le seul évènement récent à faire frémir les amateurs d’ufologie.  En 2011, une énorme sculpture en métal, qui serait vieille de 140 000 ans, a été découverte en en mer Baltique.  L’équipe suédoise « Ocean X », en charge des recherches, a photographié un objet mesurant environ soixante mètres de diamètre pour huit mètres de haut, dont les lignes droites, les bords réguliers, les escaliers, sont dignes d’un film fantastique.  L’équipe « Ocean X » a révélé à la presse un fait troublant : Tous les appareils électroniques présents sur leur bateau ont cessé de fonctionner lorsque l’embarcation se trouvait directement au-dessus de l’objet, et se sont remis à émettre dès qu’elle s’en est éloignée.  Un dysfonctionnement électromagnétique, voilà qui pourrait également expliquer les nombreux accidents survenus autour de zones tristement célèbres telles le triangle des Bermudes, le triangle du Dragon ou, à moindre échelle, leur homologue français, le triangle de Burle.

Le triangle de Burle doit son appellation au violent vent du même nom.  Ce triangle maudit, qui relie approximativement les agglomérations de Saint-Etienne, Le Puy-en-Velay et Valence (trois villes proches de Lyon) s’est bâti une solide réputation dans la région Auvergne Rhône-Alpes.  Il détient le triste record des catastrophes aériennes en France.  Depuis la seconde guerre mondiale, une quarantaine d’accidents aériens ont été recensés dans cette zone.  Crashs d’avions de tourisme, crashs d’avions de chasse…  Mais aussi, crashs de rien, c’est à dire accidents aériens, attestés par des témoins, et pourtant sans preuve matérielle. Comme en 1980, lorsque plusieurs brigades ont été mobilisées suite au signalement, dans le secteur, d’un avion enflammé, en perdition. Les recherches entreprises n’ont pas permis de localiser l’épave et aucune disparition n’a été signée.  Les explications de ces crashs sont multiples mais incertaines : Région brumeuse et venteuse, conflit de masses d’air, zone magnétique, zone tellurique, présence de volcans éteints…  Fort heureusement, de nombreux avions ont survolé le triangle de Burle sans encombre.  Quelques pilotes racontent néanmoins avoir été déstabilisés par des événements inattendus, une force magnétique puissante, qui dérèglait les instruments de navigation, et la présence d’objets ou de boules de feu, volants dans les airs aux côtés de leur appareil.
Boules de feu, trainées lumineuses, sphères argentées…  Plus que des avions fantômes, des témoins estiment avoir vu des OVNIs.  Ainsi, en 1943, le rapport transmis par le pilote du bombardier Halifax, quelques minutes avant de s’écraser, fait état de remous, d’instruments de bord qui ne fonctionnent plus et d’une chaleur soudaine dans l’habitacle, aussitôt suivie par un froid glacial.  Impuissant, le personnel au sol, observa le bombardier en chute libre, et nota que l’appareil était entouré de « petites lumières multicolores », ce qui est surprenant car il naviguait tous feux éteints. 
Quelques années plus tard, en 1965, six soucoupes entourant deux avions en perdition auraient été signalées. 

Le Tchier de BoreeÀ noter, les observations d’OVNIs semblent plus nombreuses à proximité de sites mégalithiques.  Or, le « Tchier de Borée », une reconstitution moderne composée de soixante-dix pierres, dressées tels des menhirs, a été inauguré 1er mai 2008 en Ardèche, dans une zone couverte par le triangle de la Burle.  Sans lien apparent avec les accidents, dont la multiplicité a commencé longtemps avant la présence de ce musée à ciel ouvert. 

Disfonctionnements électriques et variations de températures sont communs aux phénomènes de hantise et aux observations d’OVNIs.  De même, la présence d’OVNIs a souvent été relevée dans des lieux spirituellement chargés.  Ce thème a récemment fait l’objet d’une étude, menée par Daniel Robin, et publiée en 2015 sous le titre « Fatima, le quatrième secret ; La plus grande entreprise de communication entre l’Humanité et les extraterrestres ».  Or, la communauté cagote était très implantée dans les Hautes-Pyrénées, à proximité de l’un des lieux d’apparitions mariales les plus célèbres au monde : La ville de Lourdes. 

La possibilité qu’une race extraterrestre se soit installée sur Terre, vivant parmi les humains, se mélangeant à eux, relève à ce jour de la science-fiction, même si cette hypothèse a été récemment évoquée dans un article référencé par le CERPI, sur recommandation de Gilbert : « Les Dropas, une race extraterrestre sur Terre ? » : http://www.elishean.fr/la-tribu-des-dropas-une-race-extraterrestre-sur-terre/ 

Les Dropas, tribu troglodyte vivant en République Populaire de Chine, seraient arrivés sur Terre il y a 12 000 ans.  Afin de se cacher de la population locale, à laquelle ils faisaient peur, les Dropas auraient trouvé refuge dans une zone montagneuse, peu accessible, proche de la frontière avec le Tibet.  Ainsi, selon cette hypothèse, les ancêtres des Dropas se seraient écrasés sur Terre alors que les humains commençaient à peine à se sédentariser.  Bien que techniquement avancés, ils n’auraient pas réussi à réparer leur machine et auraient été contraints de s’adapter à leur nouvel environnement.  De leur planète d’origine, ils auraient conservé des disques de pierre mais aucun débris de leur engin spatial.  Leurs congénères ne leur ont pas porté secours…  C’est triste.  À moins qu’il n’y ait d’autres explications ?

Les derniers CagotsSi les nombreux OVNIs observés au fil des siècles sont bien d’origine extraterrestre, alors la Terre fait depuis longtemps l’objet d’une étude interplanétaire.  Aussi, il serait envisageable que quelques-uns de nos observateurs se soient fondus dans la population humaine à des fins expérimentales, allant de la recherche anthropologique à la colonisation passive.  En effet, leur approche ne semble pas belliqueuse.  Voilà qui expliquerait l’absence des engins spatiaux, repartis dans l’espace.  Une théorie actuellement plébiscitée prêterait aux extraterrestres de bonnes intentions.  Ils auraient pour volonté de nous transmettre des connaissances et même, de nous guider sur le chemin de la spiritualité.  Or, comment mieux nous aider qu’en se mêlant à nous ?

Bien évidemment, le fait que les Cagots soient apparus en Europe à une époque où la population croyait en la cité volante de Magonie ne suffit pas à faire d’eux des descendants d’extraterrestres.  D’autant que leur contribution aux progrès de l’humanité semble mince.  Certes, ils ont participé à la construction de monuments majestueux, alliant esthétisme et confort, et leurs travaux ont contribué à l’essor de la société moderne.  Sans oublier que, d’un point de vue spirituel, les bâtisseurs sont considérés comme des modèles bibliques (Saint-Joseph, patron des artisans, était charpentier).  Mais n’en est-il pas de même pour toutes les ethnies ? Chacune participant à sa manière à l’élévation de l’ensemble de l’humanité.

Un article de Sylviane P.

Remarques du CERPI

Nous remercions vivement Sylviane pour cette excellent article, que l'on pourrait même qualifier d'étude, à propos de l'énigmatique "race" des Cagots.  Nous profitons de l'occasion pour rappeler que les correspondants peuvent évidemment eux aussi écrire des articles pour le site du CERPI.  Il s'agissait même théoriquement de leur occupation principale jusqu'il y a peu.  Entre temps, une nouvelle tendance a consisté à varier les contributions, ce qui n'est peut-être pas plus mal.  Pour notre part, nous apprécions le conformisme de Sylviane, surtout lorsqu'il est de cette veine !

Sylviane soulève aussi une bonne question à propos de la théorie extraterrestre qui accompagne l'histoire des Cagots, ou celle des Dropas, etc.  Pourquoi donc leurs congénères ne seraient-ils pas revenus les chercher, afin de les soustraire à un sort qui s'est avéré peu enviable, comme elle l'a très bien décrit ?

Nous savons forcément peu de choses sur les voyages extraterrestres.  Avec un esprit anthropocentrique et sur base de nos propres voyages spatiaux, on sait déjà qu'il y a peu de place pour l'improvisation dans ce genre de périples.  On peut supposer que, comme c'est déjà le cas pour nos astronautes, il soit impérativement question du respect de certaines "fenêtres" ou configurations spatiales, voire spatio-temporelles.  Qui sait, d'ailleurs, si les individus qui se sont extirpés de vaisseaux crashés n'étaient pas eux-mêmes des renégats en fuite par rapport à leurs fratries ? 
Nous remarquons, à propos des débris des engins, que dans le cas russe de Dalnegorsk, peu de choses ont été retrouvées.  Certes, les débris apparemment bel et bien récupérés ne manquent pas d'étrangeté ni de propriétés époustouflantes, mais ils furent le fait de recherches scientifiques relativement récentes bénéficiant surtout d'un éloignement temporel bien moins important. Quant au crash de Roswell, il semble que les autorités militaires aient tout simplement tout mis en oeuvre pour que l'individu lambda ne puisse plus se baser sur le moindre élément afin d'élaborer des théories ou hypothèses rocambolesques.  Ces éléments auraient pourtant eux aussi bel et bien existé !
Il reste aussi l'éventualité de l'autodestruction automatique de sécurité.  Dans les cas extrêmes, où un vaisseau viendrait à se trouver en difficultés et à se perdre en territoire "non autorisé", l'appareil se désintégrerait tout simplement, ne laissant ainsi aucune trace, ou seulement des traces minimes qui étonneraient sans doute, mais ne permettraient que peu de conclusions péremptoires, sinon pas du tout. Gageons que si cette propriété n'a pas encore été découverte par l'être humain, les besoins en matière de contre-espionnage et de rétroingénierie auraient tôt fait de combler cette lacune.  En tous cas, ne serait-ce que durant la seconde guerre mondiale, les Allemands avaient à coeur de saboter les engins qui 
risquaient de tomber aux mains des ennemis et qu'ils ne pouvaient pas faire exploser.  Parfois même, ils alliaient les deux techniques, c'est-à-dire qu'ils sabotaient leur matériel de telle manière qu'il explose dès que quelqu'un tenterait de s'en servir ou de l'explorer !

En étant plus imaginatif encore, on peut penser à une hypothèse plus osée et néanmoins assez plausible.  Admettons pour cela que les vaisseaux qui transportent ces êtres surfent en fait, pour parvenir à leurs exploits de déplacements interstellaires qui dépassent largement nos possibilités, sur des notions paradoxales faisant intervenir le temps et l'espace.  Tout se passe bien tant que l'appareil est "branché", en fonctionnement.  Mais dès que ce n'est plus le cas, il redevient non seulement inerte mais également sujet au paradoxe sur lequel il surfe.  Dans ce cas, il serait alors tout "naturel" qu'il disparaisse tout simplement, sa présence sur place devenant subitement une impossibilité physique.  Il n'est déjà pas évident, pour nous qui vivons au XXIè siècle, d'imaginer ce genre de choses.  Alors, imaginez donc ce qu'auraient pu en penser les gens du moyen âge !

Au sujet des Dropas, sans doute s'agit-il d'une simple coïncidence mais nous remarquons l'analogie avec le verbe "to drop" en anglais, qui signifie : laisser tomber, lâcher, déposer...

Attention : nous ne revendiquons en aucune manière la paternité des images présentes sur cette page.  La mention "copyright" fait l'objet d'une mesure automatique destinée à éviter la propagation abusive et le hotlinking et ne concerne donc PAS notre propre copyright, le copyright d'origine éventuel pourrait donc relever d'autres instances.  Nous nous sommes toutefois permis d'insérer les images en question parce que ces dernières semblaient d'accès libre sur les pages consultées.  S'il devait en aller autrement, nous demandons au(x) webmasters concerné(s) de bien vouloir prendre contact avec nous afin de remédier aussi vite que possible à cet état de choses.