Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Tom DeLonge a mis sa "menace" à exécution

Nous mettons "menaces" entre guillemets (vous savez, ces guillemets qui ont tant d'importance !) car il s'agit plutôt d'un élément de réponse au compte à rebours lancé récemment par l'ex-rocker Tom DeLonge.  Nous vous en parlions d'ailleurs récemment et il était question d'une divulgation (ou du moins d'un élément de divulgation, dirions-nous) pour la mi-décembre.  Apparemment, c'est pari tenu pour Tom DeLonge, lequel aurait été derrière les grandes annonces du New-York Times et du Washington Post (excusez du peu, comme le dirait Christophe Giltay, que nous saluons au passage !), lesquelles mettaient en évidence le fait que le Pentagone reconnaissait avoir enquêté sur le phénomène OVNI entre 2007 et 2012, à raison de 22 millions de dollars par an.  Jugez plutôt : 

https://www.nytimes.com/2017/12/16/us/politics/pentagon-program-ufo-harry-reid.html?src=twr%3Fsmid%3Dfb-nytimes&smtyp=cur&smid=tw-nytimes 

L'information n'est évidemment pas négligeable.  Selon nous, les américains n'ont jamais cessé d'étudier le phénomène OVNI depuis 1947 et la révélation concernant la période allant de 2007 à 2012 n'est qu'un os à rogner, ou la partie visible de l'iceberg.  Toutefois, ne péchons pas par excès d'enthousiasme et retenons le paragraphe final de l'article, qui se traduit comme suit :

M. Elizondo a maintenant rejoint M. Puthoff et un autre ancien fonctionnaire du ministère de la Défense, Christopher K. Mellon, qui était sous-secrétaire adjoint à la défense des renseignements, dans une nouvelle entreprise commerciale appelée Académie des arts et des sciences. Ils parlent publiquement de leurs efforts comme leur entreprise vise à amasser des fonds pour la recherche sur les OVNIS.

Dans l'interview, M. Elizondo a déclaré que lui et ses collègues du gouvernement avaient déterminé que les phénomènes qu'ils avaient étudiés ne semblaient provenir d'aucun pays. "Ce n'est pas quelque chose qu'un gouvernement ou une institution devrait classer afin de garder le secret du peuple", a-t-il dit.

Pour sa part, M. Reid a dit qu'il ne savait pas d'où venaient les objets. "Si quelqu'un dit avoir les réponses maintenant, il se trompe", a-t-il dit. "Nous ne savons pas."

Mais, a-t-il dit, "nous devons commencer quelque part".

Voilà qui est bien, mais ne fait pas avancer le schmilblick d'un seul pas pour autant.  Cela renvoie tout simplement - de manière très prévisible si l'on a un tant soit peu de stratégie - à la TTSA avec le (très gros) risque de commercialisation d'un sujet qui mérite bien mieux, mais dont les dérives - sur lesquelles nous reviendrons - risquent fort de mettre l'ufologie classique en péril, sinon la détruire complètement !

Cette fois, cependant, le monde des médias a bougé, sinon tremblé (un peu), voyez plutôt ici dans Paris Match :

http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Revelations-sur-le-programme-ovni-du-Pentagone-1421576

Dans le Daily News, Tom Delonge annonce quant à lui qu'il ne s'agirait que d'un début et qu'il y a encore beaucoup plus de choses à venir...  Mais pouvait-il dire autre chose, lui qui est un acteur majeur de cette entreprise commerciale auprès de laquelle il a tout intérêt à réunir un maximum de clients potentiels.  Le fait qu'un certain Bigelow - qui est loin d'être un (milliardaire) inconnu en ufologie - ne change pas grand chose de manière (que nous entendons) positive.

Dans le Dailystar, il est question de la récupération d'un cadavre d'alien que l'on n'a aucune peine à situer à Roswell.  Voyez l'article :

https://www.dailystar.co.uk/news/weird-news/657464/Extraterrestrial-life-aliens-UFO-news-Roswell-crash-Cold-War-Tom-DeLonge

Disons-le carrément, au CERPI nous avons d'autres raisons de croire (fermement) que l'affaire de Roswell ne repose aucunement sur un canular, n'en déplaise aux sceptiques, debunkers et autres zététiciens, avec ou sans autopsie (nous y reviendrons d'ailleurs, et ces mêmes sceptiques - armés de leurs armes tradtionnelles pourront bien peu de choses contre nos arguments !), mais nous doutons que ce genre d'article émeuve beaucoup la communauté scientifique, même si l'on assimile cette dernière à une bande d'autruches, et l'opinion publique même si cette dernière fait preuve d'un immobilisme légendaire.

On peut toutefois, avant d'en venir à nos conclusions, jeter un oeil sur l'éventail de réactions et de publications médiatiques réalisé par le Paradigm Research Group

http://www.paradigmresearchgroup.org/newsitems.html

où l'on constate sans mal le poids que commence à prendre la TTSA et ses acolytes. (Non !  En cette période de fêtes, vous ne risquez pas un test-antiacolyte)  Raison de plus pour tenir ce sujet étroitement à l'oeil et, éventuellement, à prendre les mesures qui s'imposent.  Pour autant, bien entendu, qu'elles s'imposent bien.  Car - et tout le problème est là - si elles ne s'imposent en aucune façon et que les intentions sont pures et dures, si nous sommes réellement aux portes de la Grande Divulgation tant attendue, alors nous aurions bien tort de vouloir la contrarier.  Quoi que...

Les résultats actuels de la TTSA

A l'heure actuelle, on peut dire que la TTSA a au moins réussi une première mission : celle de se faire connaître au grand public (une partie de l'intérêt porté à cette structure est issue d'une forme de dérision et de ridicule généré par l'ex-rocker de Blink-182, mais la publicité - même négative (du moins lorsque l'on accède à un certain niveau de popularité, et c'est bien le cas) - peut se révélér positive en fin de compte car quels que soient les motifs pour lesquels Pierre et Paul jettent un regard sur la TTSA, cela fait d'une manière ou d'une autre autant de personnes qui apprennent son existence.  Mais évidemment, ce qui était en vue résidait dans "La Grande Divulgation".  Sur ce point, jusqu'ici c'est le fiasco et, dans le meilleur des cas, on ne peut parler que d'un glissement vers une future divulgation progressive, laquelle serait déjà en cours.  Un parfum de déception, mais aussi d'entourloupette !
Dernièrement donc, la TTSA a enfoncé le clou dans ce sens en révélant l'activité du Pentagone mais aussi et surtout le fait qu'elle ait pris le relais de cette institution.  En même temps, ses motivations financières, son caractère clairement commercial sont désormais avoués, clairs comme de l'eau de roche, nous ne nous étions pas trompés au moins sur ce point et il était tellement évident que l'on se demande comment certains ont pu ne pas le voir !
Le fait que le programme du Pentagone ait été stoppé dans le but d'économiser 22 millions de dollars par an est à la fois politiquement correct sur le plan économique (quoi que...) et donc populiste, mais en même temps cela justifie l'appel de fonds de la TTSA qui pourtant se revendique d'un milliardaire bien connu en rapport avec la NASA.  Ce qui gène, à ce niveau, c'est que d'un côté on est aux prises avec une autorité qui a tout mis en oeuvre pour ne rien révéler (et, pis : tout occulter !) pendant set décennies et de l'autre on a un personnage évoluant pour une NASA très décriée en ce qui concerne la transparence par rapport aux OVNIs et à son domaine.  Entre les deux, on place une entreprise commerciale (emmenée par un rockeur-punk douteux, habitué au choses du show-biz) et, pour nous, cela déclenche aussitôt une sonnette d'alarme que, pensons-nous, n'importe qui à notre place ferait tinter !

Car, en fait, pour l'instant quels ont été les résultats concrets (et non médiatiques) de la TTSA ?  En matière de divulgation, il n'y a RIEN !  Nous avons bien Luis Elizondo qui affirme haut et fort que le phénomène OVNI est bien réel (Merci de le confirmer, mais c'est bien ce que prétendent les ufologues depuis des dizaines d'années !)  Il prétend aussi que l'armée a découvert des corps dans le crash de Roswell et il sous-entend tout un tas d'autres choses (voir nos articles précédents), lesquels ne s'accompagnent toutefois d'aucune preuve concrète !  Voilà qui est très dommage et constitue aussi la raison pour laquelle notre appel auprès de RTL n'a pas du tout été entendu malgré nos sommations fictives, car nous étions bien conscients de cette problématique.  Nous avons tenté, par ce biais, d'ouvrir indirectement les yeux des ufologues, mais là non plus nous n'avons pas été entendus.  En tous cas pas de tous !
C'est pourtant un impératif fondamental réclamé par tout sceptique qui se respecte : les preuves ! et, dans l'autre cas, on pourrait crier à la simple croyance, fondée sur RIEN !

Comme nous l'avons signalé à plusieurs reprises, les éléments évoqués jusqu'ici sont bien connus des ufologues, n'apportent donc rien de nouveau et certaines avancées sont même contradictoires puisque d'un côté on parle de la récupération de cadavres d'aliens et que de l'autre on en est toujours à douter de la visite sur Terre d'extraterrestres ou même de l'existence de ceux-ci !  La phrase-réponse que nous évoquions plus haut (en gras) est aussi éloquente et révélatrice de ce que, apparemment, les chercheurs du Pentagone ne sont encore nulle part !  Cela signifie : RIEN !

Il y a toutefois une différence récente : l'accès à certains documents militaires jusqu'ici inaccessibles, lequel donne du crédit à ces observations, inquiète la Défense et justifie une réaction, la mise en oeuvre de recherches (il serait temps, après 70 ans !)  Mais le principe a déjà été mis en oeuvre et depuis bien longtemps, sans le moindre succès.

Les perspectives et l'avenir de la divulgation

A notre avis, après cette période de tapage médiatique destiné à rassembler des clients potentiels dans le plus grand nombre pour le plus grand bénéfice (on peut mettre ce bénéfice au crédit de la recherche, mais il n'y a aucune raison que ce soit d'ordre public uniquement), la TTSA va mettre (pardon :  a déjà mis !) en pâture au badaud tout un ensemble de produits destinés - poudre aux yeux magistrale ! - à procéder à la divulgation progressive dans l'optique de "préparer la population au bouleversement". 

Mais quel bouleversement puisque l'on n'est encore nulle part ? 

Il s'agira de musique rock-punk du style "Aliens Exist" (non, merci : pas pour nous !  Mais chacun ses goûts !  Et si vous considérez que cela vous apprend quelque chose, bon.  C'est que vous n'êtes vraiment pas difficiles !), de livres, des thrillers du style Sekret Machine, qui n'apprennent strictement rien aux ufologues, mais seulement - peut-être - à ceux qui n'y connaissent strictement rien en ufologie (Voilà qui, en cas de succès commercial généralisé, permettrait une mise à niveau de la population, afin que chacun sache ce qu'il devrait déjà savoir depuis des dizaines d'années grâce au travail acharné et bénévole des ufologues classiques !), des t-shirts à l'acronyme de la TTSA et des films à la Spielberg ou Ridley Scott. 

Nous pensons, quant à nous, que si l'ufologie devait se contenter de cela, elle serait bien pauvre ! 

Pourtant, la TTSA se propose, à notre avis, de présenter tout cela comme une terrible richesse, un trésor, que tout le monde devrait s'offrir, à  prix coûtant alors que tout est déjà à disposition sur le Net et dans les librairies !  Préparez donc vos portefeuilles pour ne rien apprendre de nouveau !  Ruinez donc le travail, au moins intellectuel, de dizaines d'ufologues qui auront travaillé pour rien (au propre comme au figuré) tout en donnant cet argent à ceux qui n'ent feront rien d'autre que de vous tromper ! Tel est en tous cas le risque !

Un autre risque, très insidieux, prévoit l'arrivée des nouvelles générations et de la communication.  De nos jours, le Smartphone connaît un succès manifeste, omniprésent, indiscutable : les jeunes en sont drogués !  Mais les jeunes de maintenant seront les adultes de demain.  Et les adultes d'aujourd'hui sont condamnés à disparaître !
Via ces mêmes smartphones, bourrés d'applications particulières, complètement maîtrisables par une autorité centralisée, une très large population MONDIALE composée de la quasi-totalité de ses représentants va finalement se trouver sous la férule d'un organisme qui lui proposera du vent, du désuet, de l'obsolète, du ringard et peut-être aussi, si tout va bien, ce qu'il voudra bien dire qui n'appartienne pas au secret militaire.  Car comment pourrait-on imaginer qu'une grande puissance livre ses secrets les plus sensibles au tout venant, risque de faire s'effondrer les religions en provoquant le chaos, fasse s'effondrer les lobbies juteux en avouant une exploitation scandaleuse vieille de... très longtemps !
Dans tout cela, les ufologues ne seront plus écoutés, plus entendus, ils perdront leur raison d'être, il n'y aura plus d'enquêtes de terrain, puisque les observations seront transmises non pas aux associations déjà existantes mais bien à l'organisme central (la TTSA ou bien l'un de ses avatars !).  Une fois que les témoignages et l'information leur seront supprimés, les ufologues disparaîtront.  Du moins les ufologues classiques, lesquels ne pourraient plus travailler que sur la théorie et les hypothèses, privés de l'essentiel.  Toute contestation étant ainsi mise de côté, le gouvernement américain aura ainsi les coudées franches, la maîtrise totale, il sera débarrassé de la divulgation, des théories du complot et de tout le reste ennuyeux pour lui, sans coup férir et tout en engrangeant, en même temps et de surcroît, des sommes colossales !

Nous ne prétendons pas que c'est ce qui va se passer.  Nous prétendons seulement présenter quel serait le risque que pourrait nous faire courir la TTSA et ce qui va avec et qui, pour le moment, nous apparaît encore comme un vaste nuage de fumée, une opération de propagande commerciale, un grand attrappe-nigaud dangereux.

Au moins : nous l'aurons dit !  Nous aurons prévenu !

Puissions-nous avoir tort !

Le CERPI réagira-t-il ?

Le CERPI réagira de toute façon, mais - bien entendu - en fonction de l'évolution (encore inconnue) des choses.  Comme nous l'avons signalé plus haut, pas besoin de réagir si tout se passe bien !  D'un autre côté, notre organisme est bien trop insignifiant pour pouvoir prétendre s'opposer à une telle force "à l'américaine".  Le(s) destroyer(s) du CERPI, si puissants et courageux soient-ils, ne pourraient pas grand chose contre l'armée des USA.  Mais nous avons encore quelques atouts dans notre jeu et quelques beaux coups à jouer, ou du moins à tenter !  Chacun connaît l'histoire de David et Goliath !