Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Après Roswell, Aztec et Dalnegorsk, Saint-Ghislain ?

Lorsque Bruno Deheneffe disait, dans son article de "La Dernière Heure" que les gens n'osaient plus témoigner, notamment par peur du ridicule, sans doute ne croyait-il pas si bien dire.  Plus exactement, cela illustre assez bien les propos de notre Président, que le journaiste a retranscrit fidèlement.  En effet, quoi de plus frustrant que de se trouver à deux pas du lieu où vient de se produire une manifestation ufologique intéressante et d'en être le dernier informé ?  C'est pourtant ce qui vient de se produire !

Or donc, ce samedi dernier, une observation d'OVNI assez importante a eu lieu à Saint-Ghislain (Hainaut - Belgique) à quelques kilomètres à peine du CERPI, et personne ne nous en a avertis.  Nous avons des correspondants directs sur place, mais personne n'a bronché.  Comble de l'ironie : c'est l'Académie française d'Ufologie qui nous en a informés, en nous indiquant un nouvel article du journal "La Dernière Heure".  C'est le monde à l'envers ! 

Mais que s'est-il donc passé ?

Nous reprenons ici dessous (en mentionnant soigneusement la source !) l'article précité :

 

Un OVNI s'est-il écrasé à Saint-Ghislain ?
S. Ha. Publié le



Plusieurs témoins ont affirmé avoir aperçu un objet mystérieux s'écraser sur le sol samedi matin.

C'est l'étrange histoire de la semaine.  Samedi aux aurores, la police boraine a été contactée par une dame qui affirmait avoir vu quelque chose tomber du ciel à Saint-Ghislain.  L'objet en question se serait ensuite écrasé sur le sol pour laisser place à un dégagement de fumée. 

Par la suite, d'autres personnes ont également contacté les services de police pour témoigner de la même scène. Tous expliquent avoir aperçu une sorte d'éclair dans le ciel et un objet tomber. 

Contactés, les usines des environs ainsi que Belgocontrol, le service de contrôle aérien, ont déclaré qu’il n’y avait aucun incident, aucune lumière suspecte à signaler de leur côté.

Sur place, les équipes de police dépêchées n’ont rien trouvé de suspect ou d'anormal. L’enquête se poursuit...

************************

Pour M. Vanbockestal, Président du CERPI, les choses se sont passées de manière quelque peu différente, avec un côté à la fois anecdotique et savoureux.  Ce mercredi matin, chauffeur de bus de son état, il était en service dans la région montoise et même plus précisément à... Saint-Ghislain.  Un collègue de travail lui avait bien touché un mot à propos d'une observation d'OVNI, de la part d'une dame, mais cela se limitait à cela.  Rien de plus.  Aucune précision.  De toute façon, étant alors en service, il ne pouvait pas faire grand chose, principalement quant à un fait relativement banal.

Notre Président, dans ses fonctions, a déjà connu des situations pour le moins cocasses.  Il y a quelques temps de cela, un âne traversant la route (et il venait de droite, soucieux de la priorité en vigueur !) lui avait bloqué le passage.  On imagine la communication avec le dispatching, relatant le fait qu'un "ongulé" lui bloquait la route.  Surtout si la communication avait été de mauvaise qualité et qu'il aurait été possible de mal interpréter le terme... Dernièrement, c'est la nacelle d'un camion de travaux qui s'est déposée sur le toit de son bus, heureusement sans causer de dégâts.  Bref, notre homme semble coutumier des situations inhabituelles et, face à un supérieur hiérarchique, il avait fait remarquer que si un OVNI se posait un jour sur le toit de son véhicule, ou lui barrait la route, il ne faudrait guère s'en étonner !  Et, finalement, cela aurait en effet très bien pu se produire !  Mais revenons à la réaité...

En fait, les choses semblent aller bien plus loin qu'une simple observation insolite dans le ciel.  Il s'agirait plutôt d'un crash non identifié (Un OCNI ou Objet crashé non identifié)  L'un des "problèmes" réside dans le fait qu'il n'y a pas eu qu'un seul témoin, mais plusieurs, lesquels relatent le même phénomène et ces témoins sont allés jusqu'à avertir les services de police.  Même Belgocontrol a été consulté en l'occurrence.  La police a ouvert une enquête et... n'a rien trouvé.  En principe, pourtant, si crash il y a eu, on aurait du trouver des débris... A moins que, comme à Roswell...  Il y a bien un terrain d'aviation non loin (à l'entrée de Tertre), il y a aussi plus important à Chièvres, ou encore - plus du côté de Mons, le fameux SHAPE, mais apparemment aucun appareil ne manque.  Aucune trace au sol, non plus.

Alors ?  Une rentrée atmosphérique ?  Le retour d'une ferraille en ballade, envoyée en orbite depuis belle lurette ?  Une météorite ?  Un éléphant rose en difficulté ou un petit bonhomme vert en perdition ?  Pour le moment, les versions ironiques sont bien plus faciles à formuler que les hypothèses sérieuses.  Mais l'explication fait toujours défaut.  Or, il existe une autre hypothèse dont l'exposé semble stupide mais qui, à défaut, reste excellente et bien documentée, c'est "le crash de rien".  Jacky Kozan, coordinateur de l'Académie, nous a fourni à ce sujet le lien vers une vidéo intéressante du bien connu Joël Mesnard (LDLN), en voici la substance.  Mais il faut savoir que Jean Sider, bien connu des ufologues, en parle aussi très bien dans ses ouvrages.  C'est que, comme expliqué dans un cas ou dans l'autre, tout cela est loin d'être innocent.

A l'heure actuelle, le CERPI a mis deux agents sur le coup.  Mais vu le peu d'informations dont nous disposons, ils sont plutôt en stand by.  De son côté, le siège a pris quelques dispositions et nous devrions disposer de plus d'informations dès demain.  Dans l'immédiat, nous en sommes réduits à faire un appel à témoins.  Nous invitons donc toute personne qui aurait vu quelque chose de cette manifestation à se manifester auprès de nos services, via la page "contact".

La bonne volonté ne nous manque pas.  Loin de là !  Mais si nous ne pouvons pas nous entretenir avec le ou les témoins (un au moins !), si nous ne savons pas où le "machin" s'est crashé, si la police n'a rien trouvé sur place et que Belgocontrol ne dispose d'aucun élément et lorsque l'on voit que les faits dateraient déjà de quatre jours, on comprend que notre enquête s'annonce très difficile !

Retenez donc, chers lecteurs, que non : "cela n'arrive pas qu'aux autres" ; non : "ça ne se passe pas toujours seulement aux Etats-Unis"; non : "Nous n'allons certainement pas nous moquer de vous" ; et non : "ca ne vous coûtera pas un centime" ; mais si vous ne nous contactez pas pour décrire le phénomène que vous auriez vécu, nous ne pourrons certainement rien faire !  C'est une évidence !