Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le CERPI dans une situation particulière (suite 1)

Avant d'aller plus loin - car on ne se plaindra pas d'abondance - il nous faut vous présenter la vidéo de R.I.P Less, dont on connaît maintenant les affinités avec le CERPI.  Il s'agit en fait de leur première vidéo "paranormale", réalisée en urbex dans la maison des suicides.  Mais avant de vous en dire plus, nous vous suggérons vivement de faire un tour par leur page pour visionner la vidéo en question : la page de R.I.P. Less. (De cette manière, vous en saurez déjà plus sur leurs activités, vous prendrez connaissance du groupe et pourrez visionner une autre vidéo).  Mais si vous n'avez pas cette patience, vous pouvez aussi la visionner tout simplement ci-dessous (Non, ce n'est pas du verbiage inutile, cela sert également pour le référencement !  Warf !)

Nous n'allons certainement pas nous permettre de critiquer la vidéo en question comme si nous étions nous-mêmes des spécialistes de la question alors que l'on serait loin du compte, mais nous allons uniquement nous centrer sur l'aspect "enquête" et "paranormal".  Pour le reste, les images sont belles, il y a quelques lenteurs mais, heureusement, on nous signale rapidement qu'aura lieu plus loin une séance de spiritbox, autrement dit une tentative de communication avec l'au-delà !  Waw !  Dans "la maison des suicides" cela promet.

Première remarque, sans entrer dans les détails toutefois, l'idée même de l'expédition était pour le moins osée lorsque l'on saura qu'un membre de l'expédition a précisément fait l'objet d'une tentative de suicide.  Voilà qui donne une tout autre relief à l'histoire.

Deuxième remarque, la fille perçoit des rires, lesquels ne sont toutefois pas enregistrés par la matériel, pourtant fiable et sophistiqué.  Ce n'est pas du matériel de bazar, loin de là.  Ne pourrait-on pas conclure que les rires n'ont en fait été perçus que par la fille, directement dans sa tête, comme s'il s'agissait d'un "message privé" ?  C'est juste une question...

Nous ne mettrons pas le matériel en cause non plus au niveau des communications et apprécierons tout particulièrement la remarque formulée en fin de vidéo.  Nous avons déjà parlé du problème des interprétations, de nombreuses communications supplémentaires auraient pu ausssi être relevées mais cela n'enlève rien au côté mystérieux de l'affaire, que du contraire.

La présentation avant la séance de spiritbox n'est pas mauvaise : "on n'est pas là pour vous ennuyer, mais en toute amitié, etc." c'est un bon début.  Un bon début qui contraste toutefois un peu avec les éclats de rire (nous ne savons pas à quel degré il faut les prendre mais nous pouvons imaginer que cela puisse être mal perçu par un défunt, suicidé de surcroît).

Ce qui devient plus préoccupant réside dans les occurrences où il est fait allusion aux démons familiers Zozo, Mimi et Crapoulet.  Oui, il existe, en démonologie de ces noms plutôt cocasses, mais leurs interventions, lorsqu'il y en a, le sont beaucoup moins ! Le groupe en sait d'ailleurs quelque chose.  Comment devrons-nous donc maintenant envisager les prochaines collaborations, si l'on admet désormais l'éventualité de présences secondaires ?  Et le fait est qu'il y a bien eu d'autres collaborations entre temps...

Voilà donc pour vous mettre l'eau à la bouche.  Quoi de plus normal à proximité d'une cascade ?

Il ne vous restera plus qu'à cliquer pour accéder à la suite de notre dossier : Le CERPI dans une situation particulière (suite 2),