Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le CERPI a travaillé dans l'ombre sur un sujet un peu inhabituel...

Le CERPI ne dispose d'aucune prérogative judiciaire et ne s'occupe, en principe, pas des personnes disparues.  Cela dépend toutefois un peu du contexte et notamment, par exemple, si la médiumnité entre en jeu puisque, dans ce cas, cela s'insère dans notre domaine.  Ce n'était toutefois pas le cas ici.
L'affaire était beaucoup plus classique mais présentait tout de même des points d'ombre et un côté émotionnel inévitable.  Car lorsque l'une des nôtres (nous ne citerons aucun nom ni aucune coordonnée pour des raisons évidentes) évoque la disparition de sa meilleure amie, mère de famille et dans des circonstances suspectes, disparue avec un enfant en bas âge de surcroît, il nous est évidemment difficile de rester de marbre !
En l'occurrence, pas de pendule ni de déploiement de matériel radiesthésique, mais bien une petite enquête parallèle dont nous avons le secret... C'est que notre Président est aussi un ancien détective privé.  Certes, il n'est plus en fonction depuis belle lurette, mais la technique d'enquête est toujours bien présente dans sa mémoire, et elle nous sert pratiquement au quotidien.

Dans un premier temps, puisque l'opportunité nous en était offerte, nous avions imaginé une procédure d'affichage et le recours à des moyens que nous ne pouvons évoquer dans notre récit mais qui, le cas échéant, auraient pu s'avérer très efficaces... si toutefois la police elle-même n'en avait pas décidé autrement.

Il faut dire que la maman en question était disparue dans des circonstances particulièrement louches et dans une région qui, forcément, n'arrangeait pas les choses.  Or donc, nous étions un peu en présence d'une affaire qui se présentait comme l'intervention du croquemitaine dans le brouillard londonien, avec le spectre de nombreuses nuisances potentielles en filigrane.  Le grand méchant loup, sinon le loup-garou lui-même pouvaient ne pas être bien loin...

L'enquête a été rondement menée et a rapidement permis de déceler quelques incohérences pour le moins troublantes, mais elles n'avaient aucun pouvoir rassurant pour autant et n'aboutissait en tous cas à aucune solution.
Le recours à Child Focus, qui a bien voulu nous fournir quelques indications non confidentielles mais tout de même utiles, nous a permis de mieux cerner le sujet et de comprendre les réticences de la police que l'on soupçonne souvent trop facilement d'être composée d'individus seulement capables d'attraper la grippe plutôt que les voleurs et autres truands.  Dans le cas présent, en tous cas, elle a fort bien fait son travail et très bien "flairé" le topo.
Sans que nous puissions nous en occuper à temps plein car notre planning était déjà fort chargé, une petite semaine a suffi pour débroussailler l'affaire, être pleinement rassurés à propos de l'enfant et localiser la maman, laquelle avait d'ailleurs déjà quitté nos frontières.
Pour autant que l'on puisse s'exprimer ainsi, avec une petite note d'humour, notre enquête a donc accouché d'une maman avec son enfant et les trois se portent bien !
S'agissant finalement d'une affaire de famille dans laquelle il ne nous est aucunement permis de faire ingérence, nous avons clos le dossier, "mission accomplie".

Elle n'était pas vraiment dans nos cordes, mais nous avons relevé le gant et réagi avec punch.  Match gagné en quatre rounds et tout est OK.  C'est toujours mieux que le chaos...