Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le CERPI relativement inquiet...

Lorsque l'on examine la situation mondiale, l'inquiétude semblerait devoir animer tout un chacun.  Tous le savent, mais beaucoup haussent les épaules, fatalistes :  ce qui se passe à l'autre bout du monde ne nous concerne pas (première erreur !), que pouvons-nous en ce qui concerne ce qui se passe chez nous?  Sous-entendu : rien ou bien peu de choses (deuxième erreur !)  S'il s'agit bien sûr le plus souvent de politique, un sujet sur lequel nos objectifs ne nous permettent pas de rebondir, en revanche le CERPI a d'autres sujets de préoccupation.

Il ne s'agira pas de l'éruption du super-volcan du Yellowstone, qui pourrait entraîner une fin du monde à chaque instant car cette possibilité existe depuis bien avant l'existence du groupement et se poursuivra très probablement bien longtemps après sa disparition, mais - d'une part - de la très intense activité d'espionnage actuelle, de cyber-attaques, de l'évolution des menaces quant aux libertés individuelles, des mouvements de troupes (OTAN - Russie - USA), autant de sujets dont l'intensité réelle n'apparaît pas clairement dans les médias main stream mais parfaitement dans nos sources, en principe accessibles au commun des mortels qui voudraient s'en donner la peine mais qui sont doublés d'autant de points à lire entre les lignes et non moins inquiétants.

Un premier point qui nous semble digne d'intérêt réside dans cette intervention militaire, sous la forme d'une escorte de deux F-16 déployée par l'armée hollandaise à l'occasion d'une bagarre survenue dans un avion survolant alors l'Allemagne.  On remarquera évidemment que ces deux pays, l'Allemagne et les Pays-Bas nous sont limitrophes et, vu l'exiguité de notre territoire, très proches.  La procédure est exceptionnelle et semble démesurée par rapport aux faits, relativement anodins (un individu serait devenu agressif mais aurait pu être maîtrisé par les membres de l'équipage assisté de passagers, difficilement il est vrai - certains ayant été légèrement blessés).  L'avion a pu atterrir à Amsterdam, l'individu aurait été intercepté par la police et aurait été transféré dans un hôpital psychiatrique.  Il faut toutefois signaler que les F-16 étaient équipés de missiles air-air et se méfier des sources d'information.  En effet, certaines ayant eu recours à leur photothèque pour l'illustration, présentent un AWACS à la forme très reconnaissable (surmonté d'un disque très caractéristique) alors qu'il s'agissait d'un avion de ligne. D'autres précisent assez mystérieusement que le nom de la compagnie aérienne concernée serait tenu secret.  D'autres encore stipulent clairement qu'il s'agissait de la KLM.  Mais peu se demandent quelle aurait été l'utilité des avions de combat en la circonstance !  On voit mal comment ils auraient pu obliger le zinc à atterrir autrement qu'en risquant une catastrophe aérienne.  Tout au plus pourrait-on évoquer le souci de prévention qui aurait consisté alors à prendre la difficile décision d'abattre carrément l'avion de ligne à coups de missiles afin d'éviter qu'il s'écrase dans une agglomération à forte densité de population... une forme de nouveau 11 septembre.  Sacrifice de l'équipage et des passagers... Bon !  Admettons !  Mais d'aucuns prétendent aussi qu'il s'agirait d'une démonstration de ce que l'OTAN surveille, tout en présentant ses F-16.  De là, on commence à étaler des chiffres, ceux des F-16 que l'on compare aux MIG russes... Certains, quant à eux, prétendent que soit tout cela est bidon soit on nous cache des choses.  Et si les deux possibilités étaient de circonstance ? Et si toutes ces tensions, toutes ces activités en coulisses, tous ces murs qui ont de (grandes) oreilles nuisaient à la confidentialité de nos enquêtes vu l'étrangeté et les coïncidences que nous rencontrons dans certaines de celles-ci ? 

Devrions-nous rappeler, par exemple, que nous avons figuré parmi les premiers à évoquer l'existence d'une base secrète, située en Belgique, à laquelle bien peu voulaient croire.  Cette base existe pourtant bel et bien et se visite même de nos jours, au même titre qu'une autre, également située dans notre pays, dont nous avons récemment parlé.  Ces bases pourraient toutefois ne pas être innocentes dans nos recherches et expliquer certaines choses, au moins partiellement - car nous ne serons pas naïfs au point d'imaginer qu'on nous laissera faire.  Aussi, nous le répéterons une fois encore, nul ne devra s'étonner outre mesure si d'aventure le CERPI devait connaître un sort funeste.  On devra simplement comprendre que nous avons eu le nez (trop) fin, à défaut de l'avoir trop long à l'instar de certains Pinocchios !

Serait-ce de la parano que de parler ainsi ?  Peut-être !  Toujours est-il qu'il ne devait certainement pas s'agir de coïncidences lorsque, au début de cette décennie, notre site fut piraté, que notre nom de domaine fut détourné, que notre téléphonie fut mise sur écoute (aux portes de l'affaire Snowden, comme par hasard !) et que des rôdeurs se manifestèrent à nos portes !

Parano ou pas, les mêmes dérives de l'information semblent toujours de mise, principalement lorsqu'il s'agit d'extraterrestres et d'OVNIS.  En effet, certains prétendent que les observations seraient en chute libre (et non !  il ne s'agit pas du tout d'une allusion à Roswell !), des propos qui rejoignent assez bien l'idée du paradoxe de Fermi que l'on évoque aussi volontiers actuellement.  Peu soucieux de la contradiction, d'autres évoquent la possibilité d'une seconde vague belge (qui serait en fait une quatrième, l'esprit réducteur est vraiment partout, à moins qu'il ne s'agisse que d'ignorance !) et les mêmes (ou d'autres, pardonnez-nous de rester dans le vague, à défaut de le mettre au féminin !) oublient (ou refusent) de signaler les avancées de la TTSA.  Ils ne peuvent pourtant pas prétendre ignorer ces faits puisque nous leur en avons parlé !  Il s'agit donc bel et bien d'un choix délibéré d'occulter une certaine forme d'information, quitte à obliger l'usager à se renseigner lui-même ou à subir une information sujette à caution !  On remarque souvent ce genre de dérives de l'information lors de guerres, ou avant celles-ci, ou encore lorsque l'opinion publique risquerait de devenir menaçante, à moins que ce soit carrément la population qui soit menacée.

Dans tout cela, on en oublierait presque la fameuse affaire Sunspot, que nous avons abondamment relayée et qui demeure mystérieuse, au même titre que d'autres sujets que nous avons évoqués et qui sont restés sans explication jusqu'ici.

Mais pour en revenir au OVNIS prétendus en voie de disparition, nous ne pouvons que nous inscrire en faux : rarement ceux-ci n'ont été aussi présents qu'actuellement, à la différence près que d'aucuns s'évertuent à en nier l'existence par tous les moyens - et compris et surtout en dissuadant les observateurs de se manifester, par l'ironie, la critique acerbe et les explications complètement bidon, la médiatisation parfois calomnieuse, qui côtoient hélas les oeuvres de ceux qui, en quête d'une gloire éphémère, inventent des observations.  Les extraterrestres, ou les manifestations mystérieuses qui se cachent derrière, se présentent toujours - tant et plus - mais également sous des formes différentes, plus subtiles (en plusieurs décennies, depuis 1947 et même avant - l'Homme n'est évidemment pas le seul à pouvoir évoluer !) et plus redoutables !

Par ailleurs, des preuves flagrantes, au mains des scientifiques, existent de longue date et attestent à tout le moins que le phénomène OVNI est bien réel, voire qu'il soit d'origine extraterrestre.  D'autre part, vu l'augmentation exponentielle du nombre d'exoplanètes récemment découvertes et la prise de conscience de l'immense probabilité de l'existence d'une vie intelligente dans notre univers, reléguer l'ufologie aux oubliettes aurait autant de sens que de nier la science et sa physique quantique ou de prétendre qu'Einstein n'aurait jamais existé !

Nous sommes bien curieux de voir si l'Ufologie disparaîtra au cours des dix prochaines années.  Ce qui pourrait se passer, en revanche, c'est que l'Humanité ne soit plus présente et que, dès lors - forcément - plus personne ne puisse relater la moindre observation même si nos cieux étaient noirs d'OVNIS.  Plus raisonnablement (osons-nous espérer !), bon nombre d'Ufologues vieillissants auront pris une retraite bien méritée ou ne seront plus de ce monde et ne seront peut-être remplacés que par de mièvres "passionnés", qui n'auront d'ufologues que le nom et seront de toute façon déjà bien cuisinés à la sauce sceptique et de désinformation.

Pauvre monde que celui de ces (sur)vivants, tellement habitués à vivre avec des oeillères, le nez rivé dans leurs smartphones tout en évitant les déjections canines, qu'ils ne seront même plus vraiment conscients des présences qui les côtoient pourtant au jour le jour !  Un phénomène pourtant observable, dès maintenant...