Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le CERPI va faire peau neuve !

Le CERPI, au même titre que la plupart des organisations poursuivant les mêmes objectifs, se doit d'évoluer en tenant compte des nouveaux paramètres de l'évolution.  Force est de constater que ses éléments sont vieillissants (ce qui en fait aussi sa qualité, mais ne contribue pas à sa pérennité car - hélas - nous n'avons pas trouvé, au cours de nos recherches, l'élixir de longue vie !)

Par ailleurs, le caractère extrêmement vaste de notre domaine de recherches procède à une dispersion énorme du temps consacré par nos éléments, déjà saturés de longue date.  En outre, on peut le concevoir, la plupart de nos enquêteurs se lassent un peu des enquêtes de base, dans un apriorisme que l'on pourrait certes blâmer mais que permettent de comprendre des décennies d'investigations, en privilégiant les "grandes affaires", celles qui seront les plus susceptibles d'aboutir à des avancées significatives en matière de parapsychologie ou d'ufologie.

D'un autre côté, le fonctionnement d'un groupement tel que le CERPI s'avère très onéreux, non seulement en matière d'investissement de temps, mais également sur le plan financier, principalement lorsque ce dernier s'évertue à rester totalement bénévole.

Au cours des prochains mois, de nombreux changements verront donc le jour dans notre formation.

En nous basant notamment sur les statistiques de fréquentation du site, les sujets les moins prisés seront donc abandonnés au profit des autres. Sans grande surprise, seront certainement maintenus : l'ufologie, la parapsychologie (et notamment les poltergeists, la médiumnité, les orbes), le sujet des Templiers, ainsi que les grands classiques (fantômes, vampires, entités, hantises, possessions, démonologie, etc.)

Pour le plus grand plaisir (et le soulagement) de nos lecteurs, cette disposition aura pour effet de maintenir les sujets croisés, ce qui représentera encore un volume de matière réellement impressionnant.

Qu'est-ce qui devrait donc disparaître ?

Rien n'est encore formellement décidé pour l'instant.  Il est probable que des thématiques faisant figure de parents pauvres de notre étude, tels que les voiles ectoplasmiques, la cryptozoologie, l'écriture automatique ou  encore les affaires criminelles, disparaîtront.  Sur ce dernier sujet, certaines objections seront sans doute formulées mais ne devraient guère résister lorsque l'on considère l'absence de prérogatives judiciaires du CERPI.  En effet, lors de cold cases, nous de disposons partiquement d'aucun moyen pour accéder aux pièces primordiales, les autorités n'ont aucune raison de nous aider dans notre tâche (et moins encore si elles occultent l'aboutissement des enquêtes mêmes de leurs subalternes), les chances d'aboutir à une révision de l'enquête officielle sont extrêmement minces et le sujet est situé à la limite du conflit de patrimoine.  En finalité, au bout de longues et difficiles enquêtes, il n'est pratiquement jamais possible d'authentifier les capacités extrasensorielles d'un médium autrement que par un faisceau de présomptions qui n'entraîneront jamais l'assentiment total officiel.  Par ailleurs, le cas échéant, ces enquêtes peuvent raviver la peine des parents de disparus ou de victimes de tueurs en série, etc.

Dans le même ordre d'idées, une limite chonologique devrait être fixée au-delà de laquelle le CERPI n'interviendrait plus (prescription) sans préjudice toutefois d'éléments réellement nouveaux et susceptibles de modifier la donne qui pourraient survenir entre temps.  Ces sujets pourraient encore être évoqués mais dans leur forme initiale, sans réouverture d'enquête.

De même, la bibliothèque du CERPI, déjà en restructuration depuis belle lurette, ne devrait plus accepter de nouveaux ouvrages qu'avec une extrême parcimonie (Nous avons déjà souligné ailleurs le fait que le nombre d'ouvrages présents dans notre collection était largement supérieur au temps de vie de n'importe quel individu qui ne se consacrerait qu'à la lecture pendant toute son existence !) - au profit de l'exploitation de cette dernière, notamment dans sa présentation, encore très lacunaire (environ 20% des titres sont actuellement répertoriés et selon un mode de classement devenu désuet).  Rappelons à toutes fins utiles que la plupart de nos présentations de livres doivent être entendues comme autant de portes vers des développements ultérieurs.

En résumé

Au niveau du site : le CERPI travaillera notamment à la clarification des rubriques de manière à favoriser la recherche tant il est vrai que le développement des sujets ajouté au rapatriement d'articles émanant d'anciens sites ou sites connexes contribuent à donner au répertoire, dossiers et sous-dossiers l'apparence d'une "usine à gaz".  Or, il faut au contraire que tout soit bien agencé, subdivisé intelligemment, etc., surtout que le domaine se prête tout naturellement à une ramification exubérante qui ne peut susciter que les mélanges et les confusions, voire la perte d'informations.  Des pages disparaîtront donc ou bien seront archivées, selon la formule qui nous paraîtra la plus appropriée.

D'importants travaux de maintenance, de sauvegardes, d'établissement de bases de données, auront lieu dans les mois qui viennent.

Dans son apparence extérieure, l'Internaute ne verra les changements du site que de manière très douce et progressive.

Au niveau de la bibliothèque : Le CERPI n'achètera plus que le strict nécessaire et/ou au rabais et privilégiera le classement, l'exploitation, la présentation et - bien sûr - la lecture de la matière existante, largement suffisante (Pour rappel également, la bibliothèque du CERPi se répartit en plusieurs locaux présents en plusieurs domiciles distincts...)

Au niveau des sujets étudiés : Comme nous l'avons dit, seuls les sujets les plus porteurs seront maintenus - ce qui signifie aussi le maintien d'une quantité importante de thèmes et, avec ceux-ci, tous les grands classiques.

Au niveau des enquêtes : la meilleure formule n'a pas encore été déterminée mais il est probable que le CERPI délèguera les "petites affaires" ou affaires courantes à des espaces amis, des débutants prometteurs et pleins d'avenir susceptibles d'assurer la relève, à charge pour nous de leur venir en aide le cas échéant.  Cette supervision devrait, à long terme, générer une nouvelle génération d'enquêteurs et - nous l'espérons - assurer l'avenir.  Nos grosses cylindrées devraient s'occuper, quant à elles, des cas les plus complexes.

Au niveau des conférences : le sujet reste à discuter auprès de nos partenaires, mais nous donnerons priorité aux conférences de qualité, réalisées dans des conditions optimales au niveau matériel et auditoire.

Nous tiendrons nos lecteurs informés au fur et à mesure de la mutation du CERPI, mais qu'ils soient d'ores et déjà rassurés : nous oeuvrons en faveur de l'amélioration générale et du développement harmonieux en fonction de l'évolution générale.