Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Pentagone et CIA s'expriment sur les OVNIs

Nous avons reçu un texte dérivant d'un article de la TTSA dans lequel, paraît-il, Pentagone et CIA s'expriment à propos des OVNIS.  Le voici, avec nos commentaires.

Source

Cinq caractéristiques uniques des PANs

(tiens... ce n'est plus des UFOs)

16 février 2018

Il y a cinq observations constantes qui sont uniquement associées aux phénomènes aériens non identifiés ou aux PANs.  La compréhension de ces caractéristiques et de leurs applications nécessite d'avoir une très bonne compréhension de la physique avancée au niveau quantique. (NDLR : Ah voilà la fameuse physique quantique dont on atend tant de merveilles, dont à peu près tout le monde parle, mais que presque personne ne comprend vraiment.  Il semble vrai que la quantique pourrait nous apporter des éclaircissements.  Elle présente en tous cas des propriétés très étonnantes, mais au niveau subatomique, or les choses semblent se passer au niveau macroscopique.  Mais n'extrapolons pas anticipativement, voyons la suite...)

Ces cinq observations peuvent être classées comme suit:

1 - Accélération soudaine et instantanée.

Les objets se déplacent de telle sorte qu'ils sont capables de manoeuvrer soudainement, délibérément et parfois d'aller dans la direction opposée.  Dans certains cas, ces manœuvres impliquent un changement de direction et d'accélération dont nous sommes conscients qu'il va bien au-delà des limites de ce que tout système biologique peut supporter. Les effets anticipés de ces forces d'accélération sur le matériau peuvent même défier nos capacités technologiques actuelles de fabrication. (NDLR : c'est, en quelque sorte, une forme de divulgation.  Mais une divulgation quelque peu négative puisque dans le cas d'une éventuelle récupération-rétro-ingénierie des matériaux de Roswell ou d'ailleurs, cela aurait alors été peu profitable sur ce plan.  La récupération effective éventuelle se situerait probablement en matière d'équipement et de matériaux mais pas au niveau des performances.  Ne devrait-on pas pouvoir en conclure que toute confusion entre un OVNI et un prototype militaire serait donc à écarter ?  Remarquons aussi au passage qu'aucune indication n'est formulée quant au premier point mais que les constatations énoncées concernent apparemment toutes des observations à distance.  D'une part, on est donc toujours dans l'absence de preuves et, d'autre part, la matière à divulguer paraît bien faible !)

2 - Vélocités hypersoniques sans signatures.

Les objets voyagent bien au-dessus des vitesses supersoniques sans pour autant laisser de signature évidente. Les signatures spécifiques comprennent normalement l'acoustique, la chaleur et l'électromagnétisme et sont traditionnellement reconnues comme un bang sonique (NDLR : point assez contestable, cf. J-P Petit), des traînées de condensation et l'ionisation atmosphérique. Actuellement, même les avions militaires et de reconnaissance les plus avancés du monde ont des signatures détectables. (NDLR : ceci évoque de manière superficielle les étonnantes capacités de camouflage, de mimétisme ou d'homochromie du phénomène OVNI, souvent exposées mais jamais vraiment expliquées.  Le paragraphe n'expose par contre strictement rien à propos de la propension des OVNIs à faire diversion par l'absurdité de certaines apparences ou realtives à certaines manifestations, lesquelles ont par contre très bien été relatées par Jean Sider, bien avant que l'on imagine seulement la possibilité éventuelle de mettre en oeuvre un projet tel que celui de la TTSA.)

3 - Faible observabilité.

Peu importe si l'objet est observé électro-optiquement, électromagnétiquement ou à l'œil nu, l'impossibilité d'obtenir une image cible claire demeure. Les descriptions des témoins sont souvent difficiles à interpréter, tandis que les retours radars sont souvent absurdes ou même bloqués. Les objets apparaissent généralement opaques et de nature semi-métallique, à la fois sur la caméra et en visuel. Dans de nombreux cas, il est presque impossible de voir réellement l'objet et les rapports d'observations mentionnent souvent ce qui est vu "autour" de l'objet. (NDLR : d'une part, ceci explique que l'on ne dispose pratiquement jamais de photos de qualité en dépit du développement des appareils à notre disposition et renvoie d'autre part au cas de Dalnegorsk, en Russie.)

4 - Voyage pluri-milieux.

Les objets ont la capacité de voyager facilement dans divers environnements et conditions, apparemment sans aucun changement dans les capacités de performance. Notre compréhension actuelle de la physique exige que les véhicules soient conçus spécifiquement en fonction de leur application. Pour cette raison, il existe des différences marquées entre les véhicules qui tournent dans l'espace, ceux qui volent dans l'atmosphère et ceux qui voyagent dans la mer. Les objets qui peuvent voyager dans les trois milieux en utilisant le même design et sans compromettre leurs performances ou dégrader leurs portances, restent une énigme. (NDLR : OK sur ce point)

5 - Sustentation.

Les objets résistent apparemment aux effets naturels de la gravité de la Terre, mais sans les moyens aérodynamiques normalement associés à la portance et à la poussée. Ces objets n'ont pas de signes évidents de propulsion (moteurs, hélices, panaches d'échappement, etc.) ou de surfaces de vol (ailes, gouvernes, ailerons, ailettes, etc.), mais ils sont capables de se déplacer de manière très précise dans notre atmosphère bien qu'ils n'aient pas l'une de ces caractéristiques.

Quand nous observons ces cinq caractéristiques ensembles, alors nous sommes obligés de nous gratter la tête et d'arriver à la conclusion que nous ne savons peut-être pas ce que sont ces choses. Nous avons besoin de plus de données et de recherches approfondies pour faire de notre mieux pour comprendre ce que nous voyons.

? (en clair: ufologues retournez sur le terrain et alimentez des bases de données... ) ?

(NDLR : Si ce sont bien ici le Pentagone et la CIA qui s'expriment, par l'intermédiaire de la TTSA, cela signifie alors que les uns comme les autres n'en savent pas plus que les ufologues et, sur cette base, on voit mal ce qu'ils pourraient nous apprendre, nous divulguer, nous révéler.  N'est-ce pas, somme toute, ce que nous disons depuis le début ?  La seule chose qui soit positive réside dans le fait que le Pentagone et la CIA semblent désormais accepter la réalité du phénomène.  Ce n'est pas innocent.  Mais il aura fallu bien des années pour y arriver enfin !)

Nous poursuivrons ceci avec un autre texte que nous avons également reçu (nous n'en revendiquons donc nullement la paternité, bien sûr, puisque nous sommes des gens honnêtes !), nous allons agrémenter le tout d'une (longue mais intéressante) vidéo de NUREA, sur le sujet bien entendu, et nous procéderons de même avec nos commentaires.  Nous allons voir que l'on tourne toujours, inlassablement autour du même schmilblick, avec toutefois quelques petites nuances non dépourvues d'intérêt.  Alors, tout d'abord le deuxième texte :

Mystère autour d'un métal provenant d'un ovni.

Le matériel prétendument stocké par le Pentagone "n'est pas de cette Terre".
Il a été proclamé d'une manière stupéfiante que des substances qui auraient été récupérées d'un OVNI seraient des matériaux "pas de cette terre". Un expert en OVNI a dit à Express.co.uk qu'il a été assuré que le matériel avait été testé et qu'on lui avait été trouvé des propriétés inexplicables.


Par Jon Austin
Publié le 22 février 2018


Source


En décembre, un article paru dans le New York Times révélait les détails d'une étude ultra secrète de 16 millions de livres, faite par le Pentagone américain, sur la menace potentielle posée par les OVNIS. (NDLR : il convient ici de souligner le terme "potentielle" en regard de celui de "menace".  En effet, vu les performances et les capacités des "objets" concernés, aucune de nos grandes puissances ne pourrait théoriquement rivaliser contre ces OVNIS s'ils étaient animés d'intentions belliqueuses.  Toutefois, en toute objectivité, si l'on conçoit que ces "engins" sont de nature extraterrestre ou en tous cas proviennent d'une intelligence largement plus avancée et évoluée que la nôtre, leurs occupants auraient pu -  depuis fort longtemps déjà - nous rayer complètement de la carte.  Or, manifestement, ils ne l'ont pas fait.  On devrait pouvoir en déduire leurs intentions pacifiques et, par conséquent, re-souligner le caractère de "potentiel" de dangerosité.  Or, il n'y a apparemment guère de raisons de s'inquiéter à moins que la politique des engins en question change subitement pour une raison inconnue).

Le rapport a affirmé que le programme avancé d'identification des menaces aérospatiales (AATIP) du Département de la Défense (DoD) a même récupéré des "alliages inconnus" supposés provenir d'un OVNI, qui avait été testé et qui avait des propriétés inconnues de la science. (NDLR : ceci mesure toute la portée de notre méconnaissance, pardon : celle du Pentagone et de la CIA, quant à ce qui est étudié puisqu'il s'agit d'une part d'alliage inconnus, de propriétés inconnues de la science et que l'on ne fait que supposer provenir d'OVNI.  Nous rappelons donc ici qu'il ne s'agit que d'une supposition et, de l'autre côté, d'objets volants non identifiés.  Insistons même en résumant pour dire que de l'inconnu incompréhensible par la science et le tout étant l'objet d'une supposition par rapport à du non identifié, cela fait "un peu vague" tout de même !).

Le projet a été dirigé par le responsable du renseignement militaire, Luis Elizondo, au cinquième étage de l'anneau C du Pentagone. (NDLR : lequel a démissionné de son poste suite à la suppression des fonds accordés par le gouvernement américain, soucieux de faire des économies.  On fait cependant rarement des économies substantielles par rapport à un sujet qui mettrait éventuellement en péril la sécurité mondiale.  Par contre, on comprendrait mieux s'il n'y avait, en dépit de ces dépenses conséquentes, aucune avancée substantielle ou supposée le devenir à court terme).

Il a révélé deux vidéos déclassées.  Les personnes qui les ont été regardées suspectent qu'elles montrent des OVNIS, mais il n’y rien qui confirme que le métal existe réellement. (NDLR : de ieux en mieux : par rapport à ces précédentes suppositions très floues, on en vient même à douter que les "alliages" existent tout simplement.  Allons bon !)

Cependant, Luis Elizondo a donné une interview exclusive aux organisateurs de l'UFO Congress, la plus grande conférence sur les OVNIS au monde qui a eu lieu à Phoenix, en Arizona, ce mois-ci.

Alejandro Rojas, hôte de l'UFO Congress, a déclaré que M. Elizondo lui avait parlé davantage du métal lors des interviews exclusives qui ont été projetées lors de l'événement.

M. Rojas a déclaré: "Je peux vous dire que ce n'est pas un alliage, comme le proclame le New York Times.  J'ai partagé, lors de notre conférence, l'information que m'a donnée Elizondo selon laquelle c'est un" méta-matériau "avec des valeurs isotopiques étranges indiquant qu'il ne provient pas de la Terre." (NDLR : contradictoire.  D'un côté on ne sait même pas si les matériaux en question existent, ensuite on dispose de précisions supplémentaires à leur sujet !)

Un métamatériau est un matériau conçu pour avoir une propriété qui ne se trouve pas dans la nature. Ils sont fabriqués à partir d'assemblages de multiples éléments façonnés à partir de matériaux composites tels que les métaux ou les plastiques.

Aucun autre détail n'a été publié jusqu'à présent, certaines personnes affirmant que les matériaux avaient été fournis par des enquêteurs sur les OVNIS, et d'autres croient qu'ils avaient été récupérés par le gouvernement. (NDLR : notre opinion est que les deux ne soient pas incompatibles.  Initialement récupérés par des chercheurs OVNIS, les matériaux auraient ensuite atterri, si l'on ose dire, dans les mains de représentants du gouvernement.  Classique.)

M. Elizondo a déclaré dans l'interview: "La question est de savoir s'ils viennent de l'espace ou de notre espace intérieur ou quelque part entre les deux, je ne sais pas.  Les données que nous avons vues sont si avancées qu'il nous est assez difficile de reproduire nos observations avec notre compréhension de la mécanique quantique. Mais pour que ce type de technologie soit disponible au moment où nous avons commencé à la voir, je pense que c'est au-delà de l'improbable. Je ne vais pas dire impossible, mais je pense que c'est vraiment, très peu probable qu'elle vienne d'un autre pays, comme la Russie ou la Chine. (NDLR : dans ce paragraphe, remarquons que l'on évoque aussi bien l'hypothèse extraterrestre que l'hypothèse intraterrestre, ce qui renvoie à la théorie de la terre creuse, aux anciennes civilisations disparues (Atlantide par ex.)  Ce qui n'est pas forcément totalement absurde, mais à prendre avec des pincettes).

Ce qui nous mène à notre prochaine quête : si ce n'est pas la nôtre et pas la leur, alors à qui est-elle ?

Je ne sais pas à qui elle est et c'est pourquoi nous posons les questions, et pourquoi nous avons fait ce que nous avons fait pendant les 10 dernières années, et pourquoi nous devons continuer à faire ce que nous faisons parce que nous devons poser ces questions. (NDLR : dans ces conditions, la divulgation consisterait surtout à dire que l'on cherche la nature d'un phénomène réel mais auquel on ne comprend toujours rien.  Cela fait très, très, limité.  Décevant.  On pouvait s'attendre à beaucoup, beaucoup, mieux de la part du Pentagone, de la CIA, de Tom DeLonge et de la TTSA, surtout pour 22 millions de dollars par an pendant plusieurs années...  Non mais !)

Nous ne savons pas à qui ces technologies appartiennent, nous ne savons pas qui ils sont ou ce qu'ils sont, mais nous savons qu'ils sont réels." (NDLR : c'est déjà un point très important de le reconnaître.  Merci !  Cela devrait avoir pour conséquence d'au moins faire taire les sceptiques et autres zététiciens, de ne plus présenter les ufologues comme autant de chasseurs de moulins à vent et, peut-être - on peut rêver - d'atténuer quelque peu les salves d'incrédulité et d'ironie.  Ce serait déjà bien si on y arrivait !)

La majeure partie de l'argent alloué par le DoD au projet aurait été passée par contrat à Bigelow Aerospace à Las Vegas, dirigé par l'homme d'affaires américain milliardaire Robert Bigelow, qui travaille également avec la NASA pour créer un nouveau vaisseau spatial extensible. (NDLR : Ici, nous nous permettrons de formuler un avis qui n'engage que nous, à savoir que ce serait bien là que l'argent serait parti, disparu, envolé, dans une sphère bien hermétique dont la seule chose que l'on sache c'est qu'elle travallerait à la réalisation d'un projet utopique si l'on en croit les précédentes avancées.  Il y a ici un court-circuit dans l'information : ou bien on ne sait pas ce que c'est ni d'où ça vient, ni qui fabrique cela, ni même si cela existe, c'est inconnu de la science, mais on travaille à l'utiliser pour en faire un vaisseau spatial extensible.  Cherchez l'erreur !)

En mai dernier, M. Bigelow a stupéfié le monde en déclarant lors d'une interview aux heures de grande écoute de l'émission d'actualités CBS, "60 Minutes", que des extraterrestres intelligents vivent secrètement sur Terre, et que le gouvernement le sait. (NDLR : mais apparemment, le gouvernement ne sait pas qu'il le sait.  Bigelow ne fait que le dire et cela n'engage que lui.  A charge pour lui de le démontrer.  Mais ce n'est pas avec ce que l'on nous livre jusqu'à présent qu'on y arrivera.)

Le rapport mentionne que, sous la direction du milliardaire, des bâtiments au siège de l'entreprise ont été "modifiés" pour permettre le stockage des matériaux.  (NDLR : si les bâtiments ont été modifiés rien que pour le stockage alors cela signifie deux choses : ou bien le volume de ces matériaux, leur quantité, est importante (on nous aurait donc caché énormément de choses !) ou bien la nature même de ces matériaux nécessiterait des adaptations relatives au stockage, ce qui peut se concevoir en fonction de leurs propriétés ahurissantes.  En conclusion, il y aurait en coulisses du "gros", du "lourd", du "solide".  Sans doute, mais rien qui en sort.)

Cependant, aucune image du matériel allégué n'a fait surface, ni aucun détail sur l'endroit où les objets ont été trouvés, ni aucun rapport concernant les tests effectués. (NDLR : nous avons bien l'impression d'en savoir nous-mêmes bien plus.  Si nous sommes en-desssous de la vérité, alors c'est fort !  Très fort !  Nous prétendons, pour notre part et sauf erreur, que l'information est absolument disponible au commun des mortels.  Ce serait du réchauffé...)

Aucun autre détail n'a été publié à l'époque sur l'endroit où ils ont été trouvés, ni combien ils sont, ni ce qui leur est arrivé. (NDLR : idem)

Il ne semble pas non plus que des rapports officiels sur les matériaux aient été libérés.

Express.co.uk a demandé à M. Rojas pourquoi il n'y avait pas eu de publication du matériel, d'images ou de détails supplémentaires.

Il n'a pas répondu directement, mais a déclaré: "Je trouve que M. Elizondo est sincère et bien que certains chercheurs sur les OVNIS estiment que nous devrions faire attention à un initié du gouvernement ayant des antécédents en intelligence, les révélations qu'il a partagées sont extraordinaires.  Beaucoup ont été sceptiques à l'égard de Nick Pope, qui occupait une position similaire à celle de M. Elizondo au ministère britannique de la Défense, mais Nick s'est avéré précieux pour légitimer la nécessité d'enquêter sur des cas d'OVNIS et je crois qu'Elizondo va être tout aussi précieux." (NDLR : cela ne répond pas à la question.)

L'Institut SETI est un collectif de scientifiques à la recherche de preuves d'une vie extraterrestre.

Dans un podcast radiophonique du "Big Picture Science Skeptic Check", produit à l'Institut SETI, un groupe d'experts a discuté de l'article du New York Times et a examiné les allégations stupéfiantes dans l'article du New York Times sur le métal trouvé. L'hôte de l'émission, Seth Shostak, a déclaré que plus de détails devraient être donnés sur le matériel et sur ce qui a été fait exactement pour les bâtiments afin de stocker le produit. Il a déclaré: "pourquoi le gouvernement donnerait-il le matériel à l'entrepreneur Robert Bigelow, pourquoi pas aux experts scientifiques en physique de l'atmosphère ou même en aviation ?  Regardez, les gens réclament des preuves physiques depuis des décennies. Si les preuves sont empilées dans certains bâtiments à Las Vegas, ouvrons-en les portes."
Pour le moment, ce n'est n'est rien de plus que la promesse d'artefacts exotiques dans le stock." (NDLR : ici, même si cela nous fait mal aux dents, nous sommes bien obligés de donner raison aux sceptiques).

L'animatrice Molly Bentley a déclaré: "pourquoi les artefacts provenant de phénomènes aériens non identifiés dans son bâtiment ne sont-ils pas mis à la disposition des scientifiques spécialistes des matériaux ou d'autres chercheurs pour qu'ils les étudient ? Si la preuve n'est pas publiée, personne ne peut l'évaluer."

Express.co.uk a approché M. Bigelow par l'intermédiaire de Bigelow Aerospace pour tenter de découvrir ce qui est arrivé aux matériaux.

Nous avons également contacté M. Elizondo à travers l'Académie To The Stars, pour lui demander s'il savait ce qu'il est advenu des matériaux.

Nous attendons des réponses des deux.

Traduction Jacky Kozan, le 24 février

Nous remercions Jacky Kozan pour ce travail.

Malheureusement, la seule conclusion que nous puissions en tirer pour le moment est qu'il n'y a toujours aucune divulgation, que dans le meilleur des cas on évolue vers une situation très progressive et à long terme et que, dans l'immédiat, cela fait beaucoup (trop) de bruit pour rien du tout.  Ou vraiment si peu !  Encore une fois, avec tous ces comptes à rebours pompeux se présentant comme autant de teasers pré-révélations fracassantes qui se résuisent à des peaux de chagrin, avec autant de personnalités importantes émanant d'institutions prestigieuses d'une grande puissance et avec force dollars à l'appui, le résultat est et reste toujours très décevant.  La seule chose que monsieur lambda aura peut-être appris, avec beaucoup de chance, c'est que le phénomène est bien réel et que l'on dispose d'éléments concrets de preuves (dont on aimerait toutefois voir la couleur et l'ombre du museau...)

Voici à présent la vidéo de NUREA dont nous vous avons parlé.  On y évoque notamment le surréalisme du recours à un rocker populaire comme interlocuteur intermédiaire et la remise en question de la réalité du phénomène OVNI :  dans le bon sens !  C'est, pour le moment et à notre humble avis, la seule avancée significative, mais non des moindres.

Pour l'instant donc, notre position est et reste que l'entreprise de divulgation dont il a tant été question n'est qu'une vaste entreprise commerciale, qu'elle n'a rien ou vraiment pas grand chose à nous apprendre et que, pire encore, elle pourrait aussi faire l'objet d'une grosse manoeuvre de désinformation.  Nous en voulons pour preuve que, au bout de plusieurs moins d'activité maintenant, en dépit de nombreux effets d'annonces et de références pompeuses, on n'a toujours pas avancé d'un millimètre