Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

"J'accuse" (3) - les dessous de "To the Stars"

Désireux d'en savoir plus quant à la fameuse campagne de divulgation OVNI emmenée par Tom DeLonge via "l'Académie To the Stars", certains de nos enquêteurs se sont penchés sur le problème et l'un d'eux, que nous surnommons CIR en l'occurence, a fourni un excellent travail.  Ce dernier ne remet pas vraiment la divulgation elle-même en question mais la relativise plus que sérieusement.  Car, en effet, comme nous le craignions dès le début, To the Stars se révèle bel et bien être une entreprise commerciale articulée autour d'un "bidouillage" invraisemblable au sein duquel on imagine mal le gouvernement américain, emmené par l'un des plus controversés Présidents (Oui, Donal Trump) de son histoire,  piloter une divulgation à propos d'un phénomène qu'il s'évertue à nier depuis 1947.  Quand on lit que les bénéfices de l'entreprise doivent arriver, en finale, dans une société s'occupant de la location de stands de hot-dogs, on commence à penser à tirer l'échelle.  Comme le reste passe essentiellement par la vente de t-shirts, de CD, la réalisation de films hollywoodiens, de la musique rock-punk, la réalisation d'un engin venu tout droit de X-files, on se gratte sérieusement le cuir chevelu (oui, à condition qu'il le soit encore !  Apparemment, la divulgation n'est pas pour si tôt.  Ce ne sont pas les quelques mini-arguments lancés jusqu'ici, à savoir l'épisode connu du  Nimitz, la lettre ouverte aux représentants du congrès (restée sans réponse jusqu'ici) ou la grande déclaration de Luis Elizondo à propos de la présence Et sur Terre, l'authenticité de Roswell, etc. (sans l'ombre d'une preuve concrète et sans impact médiatique) qui y changeront grand chose.  Mais voyez plutôt le travail de CIR...


Cher Michel,


c'est avec plaisir que je vous fais parvenir le résultat de l'enquête sommaire effectuée sur Tom Delonge et sa société "To the Stars Academy of Arts & Science".   Cette dernière nous en apprend davantage sur sa vocation réelle et l'objet poursuivi par ses créateurs car les documents juridiques de constitution et les résultats financiers ne peuvent ni camoufler, ni travestir la vérité.

 

Dans le cadre d'une couverture médiatisée du lancement de cette entreprise, personne ,ni aucun média, n'a eu l'idée de suivre le parcours de l'argent récolté.  Voici donc comment cela fonctionne:
DeLonge sollicite des investissements en enregistrant "To the Stars Academy of Arts & Science" en tant que société d'utilité publique - à but non lucratif - et il estime que sa vente de 5 dollars par action est une chance de démocratiser l'investissement.   En vertu de la loi JOBS de 2012, les entreprises peuvent vendre des actions directement au public par le biais d'un site Web de financement participatif sans avoir besoin de déposer une introduction en bourse auprès de la SEC (.la Securities and Exchange Commission (SEC) qui est l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers).  DeLonge en profite pour vendre des forfaits de 200 $.  Le règlement Titre IV de 2015 permet aux entreprises de lever jusqu'à 50 millions de dollars sans une introduction en bourse formelle.

"To the Stars Academy of Arts & Science" a déposé une série de documents à la SEC au cours des derniers mois, et ils ont mis en lumière la structure et les opérations de l'organisation. Tom DeLonge est prêt à gagner beaucoup d'argent, alors que la divulgation d'ovnis n'est pas pour ne pas dire plus, une priorité.  La société est actuellement lourdement endettée par rapport aux résultats. Voici le lien d'accès aux documents officiels déposés par DeLonge à l'agence fédérale SEC :
https://www.sec.gov/Archives/edgar/data/1710274/000114420417036300/0001144204-17-036300-index.htm


et le lien de contrôle de l'endettement :
https://disclosurequest.com/form/to-the-stars-academy-of-arts-and-science-inc/0001144204-17-043466



Il est intéressant de voir la différence entre le visage public de "To the Stars Academy of Arts & Science" et ce qu'ils avouent dans leurs documents financiers. Officiellement, cette dernière est une entreprise éducative divisée en un certain nombre d'unités axées sur la recherche marginale de pointe.  La division scientifique poursuit la recherche sur la conscience et les phénomènes psychiques.  La division aéronautique recherche des technologies de propulsion exotique.  La division divertissement produit les livres de Sekret Machines et une franchise dystopique pour jeunes adultes.  Notez bien que les extraterrestres et la "divulgation" ne se produisent pas en tant que sujet de recherche ou en tant que but pour l'entreprise.  Et pourtant, les déclarations publiques sur l'utilisation de l'entreprise pour promouvoir le savoir humain sont démenties par ce que nous voyons dans les documents financiers.  Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de matériel «éducatif», mais seulement que l'objectif principal de l'entreprise n'est pas la science et l'éducation, comme elle le prétend.

Dans les documents déposés auprès de la SEC, "To the Stars Academy of Arts & Science" ne se décrit pas comme un établissement d'enseignement, car DeLonge en fait une promotion fallacieuse dans les médias avec le nom «Academy», mais plutôt comme un service de production cinématographique.  l"académie" se décrit même sur son propre site Web comme «une entreprise de divertissement verticalement intégrée qui développe, produit et distribue des produits multimédias et des marchandises dans le monde entier». Son siège social est situé au Delaware où les lois sont plus favorables aux entreprises.  Dans ses documents, la société décrit son objectif de la façon suivante:
L'objectif spécifique du bien public de la Société est de produire un effet positif (ou une réduction des effets négatifs) pour la société et les personnes en faisant de la recherche et du développement scientifiques et techniques, en produisant des contenus littéraires, musicaux, cinématographiques et médiatiques.   Activités connexes visant à promouvoir les connaissances, stimuler la discussion, sensibiliser et générer des fonds pour soutenir la recherche, les partenariats stratégiques, les entreprises, la technologie, l'éducation, les activités caritatives et autres, comme le Conseil d'administration (tel que défini ci-dessous) être approprié et dans le but général et la mission de la Société.


Fondamentalement, il s'agit d'une société de médias qui considère la «divulgation» comme le but qu'il poursuit, seulement dans la mesure où il fournit de l'information pour les produits de divertissement vendus.  Cela est confirmé dans un article promotionnel publié sur le Huffington Post . Dans ce document, le journaliste a écrit que les consultants ex-gouvernementaux de la société «ont l'intention de s'installer dans le secteur privé et de mettre à la disposition de tous, tous les renseignements déclassés et toutes les connaissances futures».   Une grande partie est déjà disponible gratuitement.  Il semble qu'ils fassent de vagues promesses qui sous entendent qu'après avoir généré d'énormes bénéfices sur les ventes d'actions et de marchandises , ils pourraient être en mesure d'utiliser l'argent pour la recherche sur les ovnis.

Si vous pensez que votre investissement de 200 $ pour 40 actions vous donnera une participation significative dans l'entreprise, détrompez-vous.   "To the Stars Academy of Arts & Science" est autorisée à vendre plus de 100 millions d'actions, bien que pour sa souscription actuelle, elle soit limitée à 10 millions d'actions, ce qui signifie que la société se valorise à 50 millions de dollars - pour une société dont les produits vendus se résument à quelques livres médiocres, des accessoires, t-shirts, cd musicaux de DeLonge ... Les formulaires indiquent que l'entreprise prévoit raisonnablement de vendre 200 000 actions (d'un million de dollars), et qu'elle a l'option de conclure des ventes ou d'offrir de nouvelles ventes à l'avenir. Inutile de dire que la société a un arrangement spécial, comme la plupart des entreprises, pour donner à quelques investisseurs d'élite contrôlant le droit de vote dans la société avec seulement une extrême minorité d'actions.  Le parapsychologue Harold E. Puthoff et l'ex-agent de la CIA, Jim Semivan, sont spécifiquement nommés dans la convention d'actionnaires de la société en tant que directeurs permanents du conseil d'administration.  DeLonge ne l'est pas.  C'est étonnant, et je serais curieux de connaître le rôle que ces deux vice-présidents jouent dans l'entreprise car ils sont les deux seuls individus nommés dans la charte de gestion.

DeLonge, cependant, est un bénéficiaire.  Les documents établissant la manière dont il est rémunéré indirectement font clairement comprendre que cela est destiné à être un investissement très lucratif pour lui.   DeLonge a une constellation d'entités corporatives qui contrôlent la propriété intellectuelle qu'il crée en tant que musicien et maintenant cinéaste.  "To the Stars Academy of Arts & Science" est légalement obligée de payer toutes les dépenses de DeLonge en utilisant sa propriété intellectuelle existante pour développer de nouveaux produits multimédias labélisés . "To the Stars Academy of Arts & Science".  Voici comment il sera payé une fois que ces produits seront mis sur le marché :


"To the Stars Academy of Arts & Science" versera aux parties de DeLonge les redevances précisées ci-dessous pour les produits sous licence (collectivement, la «redevance») :

i. Édition : Pour les romans, romans graphiques et autres œuvres imprimées et / ou numériques comportant les droits DeLonge, un demi pour cent (0,5%) des ventes brutes, les ventes brutes signifiant les sommes totales reçues d'un client pour tout produit sous licence, excluant les frais d'expédition et de manutention.

ii. Vêtements / Marchandises : Pour les vêtements, accessoires ou autres marchandises utilisant les droits sous licence, cinq pour cent (5%) des ventes brutes.

iii. Musique :
1. Vinyle : deux et demi pour cent (2,5%) des ventes brutes.
2. CD : cinq pour cent (5%) des ventes brutes.
3. Numérique : quinze pour cent (15%) des ventes brutes.

iv. Offres groupées : La redevance pour tout groupement, lorsque les produits ci-dessus sont vendus en combinaison avec les produits ci-dessus, doit être comptabilisée dans la vente de chaque catégorie de produits sous licence ci-dessus.

v. DeLonge aura le droit d'approuver toute redevance accordée à un tiers en relation avec tout produit sous licence ci-dessous.
Dans l'ensemble, c'est une bonne affaire, bien que les droits d'auteur soient bien inférieurs à ce que l'on pourrait attendre, peut-être parce que DeLonge ne les a pas écrits, et parce qu'il a donné ses droits d'auteur à l'entreprise.  Mais obtenez une charge du paragraphe le plus important :
ré. Garantie de redevance minimale. Nonobstant ce qui précède, si le total des paiements de redevances pour une année civile donnée ne correspond pas à cent mille dollars (100 000,00 $), tel que déterminé par les calculs de la période de déclaration se terminant en décembre, "To the Stars Academy of Arts & Science" versera aux parties de DeLonge le complément pour atteindre 100 000 $. Un tel paiement aux parties de DeLonge doit être effectué au plus tard le 28 février de l'année civile suivante, conformément au paragraphe ci-dessus.
La société accepte également de prendre en charge et de rembourser les redevances versées par DeLonge à une autre entité et accepte que tous ses produits utilisant le matériel de DeLonge soient rémunérés à Tom DeLonge, qui détient la propriété intellectuelle à perpétuité.

Donc, fondamentalement, DeLonge se donne un revenu annuel minimum de 100 000 $ seulement pour l'utilisation de sa musique et de son image .
Dans les documents en liens, on y découvre que l'académie rembourse un prêt de 600 000 $ à la société "Our Two Dogs, Inc".  Lorsque l'on cherche à qui appartient cette compagnie, on s'aperçoit que le propriétaire n'est autre que...Tom Delonge.  Our Two Dogs, Inc est une société privée à San Diego, en Californie de location de stands de hot-dog.   La première tranche de l'opération de crowdfunding sera close à 1 000 000$ dont 600 000$ iront directement dans l'escarcelle de DeLonge...
Si le résultat devait être inférieur à 5 millions de dollars et supérieure au minimum de 1 million, l'académie ajusterait son utilisation du produit en réduisant la croissance prévue des effectifs, en réduisant les coûts opérationnels et en ralentissant les projets ou en n'investissant pas dans les projets.  La société est également tenue, en vertu du prêt consenti à Our Two Dogs, Inc., de rembourser 10% du produit net des fonds recueillis dans le cadre de ce placement, jusqu'à concurrence de 400 000 $ dans ce scénario.

Votre investissement dans To The Stars consistera essentiellement à continuer de financer les revenus indirects de Tom et de ses quelques employés (Kari DeLonge, et Lisa Clifford (qui est la secrétaire).

Étant donné que les paiements sont censés durer au moins sept ans, ne vous attendez pas à une "divulgation" de sitôt.

Ce qui est tout à fait étonnant, c'est que DeLonge utilise la «divulgation» pour vendre ses livres, des t-shirts et des CD, ce qui, à son tour, semble avoir pour but de créer une demande pour les actions de "To the Stars Academy of Arts & Science".   L'argent recueilli grâce à l'offre d'actions - un million de dollars ou plus - est déjà réservé à 700 000 $ minimum à DeLonge lui-même.

En bref, voici ce qu'est "To the Stars Academy of Arts & Science" :  de gros paiements en espèces dans une société de divertissement à but lucratif.  La poursuite de la "vérité" et la grande "Divulgation" sont simplement un produit vendu pour le profit.

DeLonge a décrit sa compagnie comme «une machine de financement perpétuelle», ce qui me semble tout à fait bien résumé et explicite...

Voilà donc pour le fond de l'affaire...