Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L’histoire d’un curieux morceau de charbon décevant.

Pour mars 2019, je publiai un article dans lequel je vous décrivais mon étonnement au sujet de la pierre noire SHUNGITE qui, plongée dans un verre d’eau - eau qu’il faut boire évidemment - avait provoqué en moi un réel changement du point de vue moral.

Oui, c’est absolument exact.

Cependant, cela ne marcha pas fort longtemps, car vers le 3ième essai, mon eau avait perdu son curieux goût métallique et avait perdu cette merveilleuse faculté de me procurer beaucoup d’optimisme, de bonne humeur et de mordre la vie à belles dents, car l’eau que je buvais, était devenue bêtement normale.

Je décidai alors de m’acheter une nouvelle pierre SHUNGITE, dans un magasin dont les prix sont surfaits, mais dont la pierre achetée était cependant valable.
A nouveau, je renouvelai l’expérience, et tout recommença. Ah ! C’était merveilleux… Mais, cela ne dura pas, car la SHUNGITE s’épuisa aussi.

Je me renseignai à diverses sources, afin de connaître un procédé pour recharger mes pierres.
Il était indiqué qu’il me fallait laver mes pierres à l’eau chaude, les exposer pendant 3 heures aux rayons ardents du soleil ensuite.
Cela ne servit strictement à rien, mes SHUNGITES étaient encore épuisées.

Je réfléchis alors, et décidai d’écorcher ma grande pierre de section triangulaire dans le sens de la longueur, avec ma ponceuse à bande.
La pierre, travaillée en profondeur sur ses 3 faces, fut plongée dans de l’eau gazeuse. Quand je la bus, elle n’avait aucun goût métallique et ne me procura plus rien.

Voila chers amis, je suis désolé de vous décevoir. Je vous conseille maintenant de lire les articles de Michel consacrés à un poltergeist dans la région de Charleroi, car c’est « vachement » plus intéressant.

Pour la prochaine fois, c’est promis, je serai plus optimiste. Oncle Edmond et ses histoires vraies.

Merci Oncle Edmond !

Oui !  Merci pour cette honnêteté dans le témoignage !  On vous reconnaît bien là, comme digne représentant du CERPI dont l'une des caractéristiques fondamentales est l'honnêteté.
Or donc, il ne faut guère espérer des miracles de la part de la Shungite.  Cela correspond assez bien à ce que nous avions lu dans de nombreux articles sur le sujet.  Mais une question se pose tout de même.  Car, au début, et au moins à deux reprises, il y a bele et bien eu un effet.  Un effet disons "euphorisant".  Nous pouvons d'ailleurs en témoigner au travers des communications téléphoniques que nous avons eues et qui étaient éloquentes.  On entendait bien ce mordant, cette joie de vivre, cet optimisme, ce moral d'acier...  Et nous sommes persuadés qu'il ne s'agissait pas de comédie !  Mais alors, que s'est-il passé ?

Peut-être s'agit-il d'un phénomène d'auto suggestion ?  Le produit, considéré comme "miracle" et bien "vendu" par certaines publicités tapageuses, éventuellement revigoré par d'autres lectures et (peut-être) une certaine croyance personnelle aurait donné un effet placebo, psychosomatique ?Ou bien y avait-il, sur ou dans l'objet d'origine une substance quelconque qui aurait produit cet effet mais qui aurait été consommée jusqu'à épuisement, sans qu'il soit possible de renouveler l'exploit ?

En fait, nous n'en savons rien.  Mais nous penchons pour la première hypothèse car s'il avait suffi d'utiliser la shungite afin de se remonter considérablement le moral (à condition d'en connaître l'existence et de l'utiliser) et que le phénomène persiste, nous pensons que cela aurait fini par se savoir.  Que cela aurait fait chuter le nombre de suicides et de recours à la drogue : il aurait suffit d'un bloc de shungite (même s'il était vendu trop cher, son prix restait dérisoire par rapport aux substances illicites) et d'eau gazeuse pour "s'envoyer en l'air", sainement de surcroît ( et probablement sans réelle dépendance).  Mais peut-être sommes-nous nous-mêmes naïfs sur ce point !

En tous cas nous savons maintenant qu'il n'est guère indiqué de procéder à une distribution de shungite dans les maisons de repos, les salles de soins palliatifs, les retours de deuils, etc.  

Et, grâce à vous, Oncle Edmond, la shungite se trouve désormais quelque peu démystifiée !  Ou démythifiée...