Centre d'Etudes et de Recherches

sur les Phénomènes Inexpliqués

La prémonition

Bonjour chers amis de Paradoxe et du CERPI.

Ce trimestre, je parlerai des rêves prémonitoires. 
Souvent dans mes réflexions au sujet de la parapsychologie, de certains mystères ou autres curieux phénomènes, je me réfèrerai à 
Camille Flammarion, ce brillant penseur, ce grand astronome, auteur en 1879 de : "ASTRONOMIE POPULAIRE", et de bien d'autres ouvrages au sujet des planètes lointaines. A Juvisy sur Orge, par sa puissante lunette astronomique, ce génie observait le ciel, les planètes, l'univers et son immensité en expansion, car il savait déjà cela.

Par ses savants calculs, il avait prévu l'éclipse solaire totale qui occulterait Paris et Bruxelles le 11 août 1999 à partir de 10h30. (Compte non tenu de l'heure d'été qui était d'application en 1999. I1 faut donc ajouter 1 heure.)

Cette éclipse, il l'avait prévue et bien calculée avant 1879.

Cet homme avait conscience que face au gigantisme de l'univers, la terre et ses occupants ne sont que bien peu de choses...
Cela lui enseigna la sagesse, et c'est ainsi qu'il publia chez son frère Ernest Flammarion: « LA MORT ET SON MYSTERE", mais aussi d'autres livres de recherches au sujet de la parapsychologie.
Cette oeuvre fourmille d'anecdotes et de témoignages plus captivants les uns que les autres.
Que vous possédiez l'oeuvre originale de 1923, ou la réimpression abrégée de 1978, consultez le ler volume au 8è chapitre : La vue des évènements futurs - L'avenir présent. - Le "Déjà vu."
Vous y rechercherez le rêve prémonitoire que fit Monsieur A. Saurel en 1911. Il s’agit d'un homme instruit, il est civil.
Et le voici rêvant en 1911 qu'il se trouve à l'extérieur d'un château en compagnie de soldats qui portent un uniforme bleu clair qu'il ne connaît pas.
Mais qui sont donc ces soldats? Ils portent même un casque !
En 1911, les militaires français portent un très bel uniforme dont ils sont fiers.
Mais cet uniforme n'est plus adapté à une guerre moderne.
Le pantalon est rouge garance, la capote est bleue un peu sombre, et le képi est rouge.
En 1911,c'est l'incident d'Agadir.
Cependant, Français et Allemands se montrent diplomates, et aucune guerre ne viendra. 

Oui, c'est la belle époque; Maurice Chevalier et Mistinguett sont follement amoureux  et, tous les soirs, ils triomphent aux Folies Bergères dans un numéro de danse qui fait sensation : "La valse renversante".

Personne ne pense à août 1914... Et encore moins en l'année 1918.

Pour en savoir plus au sujet du rêve prémonitoire de Mr A. Saurel plongez-vous dans le 1er volume de "La mort et son mystère."

A présent, je vous parlerai de mon rêve prémonitoire, qui me stupéfia au vieux marché de Bruxelles en 1987.
Allez place du jeu de balle et placez-vous au bord, en face du N° 21.

Le N° 21 est un café populaire. Face à ce café, sur la place, au bord, il y avait un brocanteur ayant une petite échoppe.
Cet homme vendait le fond de commerce d'une vieille quincaillerie. Il vendait de vieux objets non employés, et de bonne qualité.
Parmi de vieilles poêles à frire en tôle émaillées noires avec manches de bois, de vieilles casseroles poussiéreuses mais neuves, il y avait des fusils à vendre...
Un fusil n'est pas nécessairement une arme guerrière, cela peut-être aussi une sorte de lime "queue de rat".
Après aiguisage à la meule d'un couteau. Avec vivacité et dextérité un boucher par exemple promènera le "fusil" sur le tranchant de ce couteau afin d'obtenir "Du fil".
Le couteau aura alors un tranchant remarquable, pour bien trancher la viande. Le prix demandé par le brocanteur était tout à fait raisonnable. J'achetai donc ce bon objet à mon grand contentement.

Mais de retour à la maison, je pensai à Suzanne, ma bonne amie du moment... "Les couteaux de Suzanne ne tranchent pas bien... Il serait bon que la semaine prochaine j'achète pour Suzanne un fusil... cela lui fera plaisir !" Je me présentai donc, le dimanche suivant à l'échoppe, décidé d'acheter un autre fusil, afin de l'offrir à mon amie.
Mais le brocanteur avait tout simplement doublé le prix de ses articles. Je protestai pour cette augmentation et il me répondit qu'il demandait le prix qu'il voulait.
"Adieu...et mes sincères condoléances." constitua ma réponse.
Je revins donc à la maison bredouille, mais j'avais donc déjà été marqué de manière désagréable par le N° 21 Place du jeu de balle.
Trois jours tout au plus se passent... Quand la nuit, me voici faisant un rêve étrange, mais agréable cependant.
Dans mon rêve, je suis à nouveau en face du N° 21 place du jeu de balle. Cependant, l'échoppe n'est plus la même.
Non, il y a un autre brocanteur qui vend des objets qui m'intéressent très fort.

Ces objets sont tous déposés sur une vieille tenture en velours rose.
Il y a à gauche de la petite échoppe des piles de disques 78 tours.
Il y a au centre de cet étalage 30 à 40 boîtes cylindriques vertes qui contiennent des cylindres phonographiques Edison Ambérols.
Il y a à droite de la petite échoppe un phonographe à rouleaux de la marque Pathé frères du modèle N° 1.


Le dimanche suivant arrive et me voici comme d'habitude flânant au vieux marché et ne me doutant de rien.
Me voici arrivé à la hauteur du N°21 place du jeu de balle.
Et c'est là que la stupeur me paralyse complètement...
Oui, car l'échoppe est rigoureusement identique à celle de mon rêve !
Je me calme, je reprends une certaine contenance et j'examine les disques, dont certains sont fort anciens.

Ensuite, j'examine les cylindres Edison qui furent enregistrés vers 1908 ou 1909.

Je manipule aussi le phonographe Pathé qui est en bon état de marche. Le brocanteur se présente à moi, c'est un homme aimable.
Je demande le prix des articles, mais hélas, ils sont trop élevés pour le petit artisan indépendant que je suis, car il me faut payer mon loyer, mes assurances sociales, le gaz, l'eau et l'électricité... et encore le téléphone... Mais aussi le bois pour ma clientèle.

Cela me fait mal au cœur, mais il me faut impérativement être économe. Cependant, afin de ne pas être trop "avare" avec l'aimable marchand, je décidai de lui acheter la marche funèbre de Chopin interprétée au piano par Arthur Rubinstein.

Et me voici parlant "Phonographes, disques et cylindres" avec le charmant commerçant qui me signale alors qu'il existe à Bruxelles, Chaussée Romaine, un club spécialisé dans ce domaine.
Fort intéressé par la chose, je me décidai à me rendre à l'adresse afin de mieux connaître ce club, dont le nom était "78 Memory club".
Et c'est ainsi que je fis la connaissance des membres de ce club d'échange et de collections dans le domaine phonographique.
Certains membres n'étaient que des rapaces ne pensant qu'à accaparer, mais d'autres étaient bien plus sympathiques comme Monsieur Daniel Meysman, avec qui je m'entendais fort bien.
Il m'invita à venir chez lui, afin de montrer sa collection, dont il désirait vendre une partie.
Je me suis rendu chez lui, je vis les disques en chantant parfois un air d'opéra, au hasard de mes découvertes.
Mais les choses n'en restent pas là, car Mr Meysman me fait connaître une voisine...
Il sagit d'une dame fortunée et cultivée, collectionneuse de tableaux.

…,et donc, recommandé par Mr Meysman, elle fit appel à moi pour les travaux de menuiserie.
Elle était satisfaite de moi car souvent elle me disait : "Et comme d'habitude tout ce que vous réalisez est impeccable."
Mr Meysman fit appel à moi afin de réaliser avec une vieille armoire à glaces un fort beau meuble destiné à contenir son installation acoustique. Il me demanda aussi de faire une porte vitrée et moulurée pour séparer le vestibule d'entrée de sa maison du 1er étage dans lequel après placement, il fit bien plus chaud en hiver.

Ce qu'il faut retenir de ce récit, c'est que ce petit rêve prémonitoire s'est avéré être fort important du point de vue professionnel, et amical, même si comme dans la fort belle chanson de Jaques Brel : "Bien sûr nous eûmes des orages... "

Mais nous sûmes nous réconcilier et nous voila à nouveau de bons amis.

En résumé: sans en rêver, j'ai une relation et un achat seulement avec le ler Marchand du 21 place du jeu de balle.  Je n'oublie pas cet homme car il a doublé les prix de ses marchandises (le fusil d'aiguisage.)
Ensuite, je rêve de l'échoppe d'un brocanteur non visible.
Il y a sur une vieille tenture rose des objets qui seront en tout point identiques à ceux que je verrai le dimanche suivant.
Je vous rappelle qu'il y a à droite de l'étal un phonographe à rouleaux en noyer de la marque Pathé Frêres. Il s'agit du modèle N°1 il a un beau pavillon en aluminium.
Donc cet appareil n'est pas du modèle N°O, N°2, N°3 ou N°4 de la marque Pathé. Avec 4 jours d'avance, j'ai rêvé d'un évènement qui s'est bel et bien déroulé par la suite le dimanche suivant.
Je ne sais pas rigoureusement vous donner la date exacte de mon rêve et de ses suites. Mais celà se déroula sans aucun doute en mai ou en juin 1987.
Avant de terminer ce long texte, je veux que vous sachiez que je suis un homme de 66 ans, que toutes les nuits je rêve, mais que quand je fais, rarement, un songe prémonitoire, il a toujours une allure de message, que ce message se réalise et qu'il est toujours d'une grande importance par la suite. C'est à dire dans mon cas: Une amitié sincère qui m'a apporté beaucoup de joie, de travail et d'argent... Pour acheter des phonographes parfois.

Edmond Vandervecken

Image : l'image du vieux marché est extraite du site de mon amie Sophei Vandenaemet, dont tous les nostalgiques du Vieux Bruxelles (et d'ailleurs) devraient prendre connaissance.  Dans une formidable collection de cartes postales et d'autres documents d'époque, c'est un superbe voyage dans le passé, émouvant à souhait, qui vous attend:

http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/ (ce site n'est plus disponible actuellement)

Les images de livres de Camille Flammarion proviennent de la page suivante :

http://www.astropolis.fr/articles/Biographies-des-grands-savants-et-astronomes/Camille-Flammarion/astronomie-Camille-Flammarion.html qui vaut aussi le détour ! (ce site n'est plus accessible actuellement)