Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La pyramide abrasive

Un canard, auquel il faut couper les ailes.

Aujourd'hui, je vous parlerai de la pyramide abrasive, qui aiguise les lames de rasoirs.  Oui, et cela marche !


Dans le courant des années 70, la mode était fort orientée en parapsychologie au sujet des ondes de formes.  Et la pyramide était considérée comme ayant des propriétés desséchantes pour les morceaux de viande, des propriétés conservatrices pour les piles électriques, elle améliorait le goût du vin et aiguisait les lames de rasoirs !  Mince alors !

Après avoir lu le livre, je décidai, comme indiqué dans le chapitre, de me faire une belle pyramide de Khéops en respectant les proportions, avec du multiplex méranti 8m/m.  Mon métier étant celui de menuisier ébéniste, vous pensez bien que j'avais réalisé une fort belle pyramide.  Ensuite, j'appliquai sur mon ouvrage une simple couche de primer blanc.
Il était indiqué dans le livre la hauteur de la chambre funéraire qu'il fallait respecter.
Il était noté qu'avec le tiroir d'une boite d'allumettes il était possible de trouver la bonne hauteur, et cela, au mm près.  Oui, c'était fort simple, mais encore Fallait-il y penser.

Tout étant prêt, je décidai d'expérimenter l'aiguisage d'un rasoir neuf, de la marque BIC. Ce simple rasoir n'avait qu'une seule lame d'acier.  Dans le tiroir gauche de mon dressoir, j'ai retrouvé avec de vieilles cartes de voeux ce fameux rasoir.... Je sais qu'à l'intérieur du manche j'ai introduit un petit papier sur lequel j'ai noté les dates du début et de la fin de l'expérience.
Tirons donc ce papier....Et....Stupeur !  Il y est indiqué : Du 1-03-97 au 31-12-97.
Pyramide. Direction Nord-sud.

Oui, pendant 9 mois, ce brave pharaon Khéops avait entretenu le tranchant de mon rasoir.
Cependant, il me faut absolument vous faire savoir que, le dernier trimestre de l'expérience, l'aiguisage de mon rasoir, se faisait de plus en plus mauvais, et même douloureux.  Par ailleurs, il me faut aussi préciser que je me rasais un jour sur deux ce qui, évidemment, change d'autant la donne.  
J'ai donc cherché à obtenir avec beaucoup de volonté une durée maximum de vie pour le tranchant de mon rasoir BIC.

Donc, je pense qu'il est raisonnable d'affirmer que l'aiguisage restait valable pour une durée de 6 mois (à diviser éventuellement par deux en raison de la fréquence de rasage)   Ce qui n'est (de toute façon) vraiment pas mal !  Merci ô Khéops, grand pharaon ;  Gloire à toi !

Pour l'année 1998, je décidai de continuer à prolonger la vie de mes rasoirs par le même procédé.  Donc, le tranchant du rasoir était bien orienté à la boussole, dans la direction sud-nord, ou l'inverse.  Les côtés de la pyramide étaient ou parallèles, ou perpendiculaires par rapport à la direction du tranchant.

J'entretenais ainsi l'aiguisage, quand après 15 jours, je me posai cette question : La pyramide est-elle vraiment nécessaire ?

Pourquoi ne pas expérimenter ce curieux aiguisage en enlevant la pyramide ?
J'enlevai donc la pyramide en ne laissant sur la table de mon salon que le rasoir bien orienté à la boussole.

Hé bien, rien ne changea !  Le pharaon Khéops n'intervenait en rien, lui et sa pyramide au sujet de l'entretien du tranchant de mon rasoir, qui rasait toujours fort bien, et longtemps.
La réalité est (je pense) celle ci :  C'est le magnétisme terrestre qui exerce, sur le tranchant de la lame d'acier une action conservatrice, un entretien durable.

Mais !  Qu'en est-il vraiment de la viande ?  Des gens prétendent que la viande se dessèche, se ratatine. Cela est à expérimenter, avec diverses viandes exposées à l'air, et sous la pyramide à bonne hauteur.
Il faudrait expérimenter diverses viandes : qui se dégradent vite ou non.  De la cervelle de porc, du foie de poulet, du coeur de boeuf, de la viande de dinde, de veau, par exemple.

Mais, je pense que la pyramide serait gagnante, car aucune mouche ne peut pénétrer à l'intérieur de la pyramide, alors qu'à l'extérieur les mouches pourraient pondre leurs oeufs.
Il conviendrait alors d'exposer ces viandes à la lumière, dans l'obscurité dans des bocaux de verre dont l'entrée serait interdite aux insectes, par le fin grillage d'une moustiquaire.
Cela est à expérimenter, car ma pyramide n'est pas détruite, non !  elle est toujours dans mon atelier.
Quand j'aurai le temps, je me chargerai de ces expériences, en tenant compte des fluctuations de la météo. La canicule, l'humidité, mais aussi l'orage.  Car il est bien connu que l'électricité statique accélère la germination, mais aussi la putréfaction.

Je parviendrai à convenablement réparer une forte machine électrostatique dont il me faudra remplacer tous les secteurs usés par des secteurs neufs en aluminium.  Et cela sur les 2 disques qui tournent en sens inverse. C'est fort curieux... Pourquoi, cette inversion de rotation ?
Quand cette machine sera bien restaurée, elle devrait de par ses étincelles créer un petit "orage" à proximité des viandes à expérimenter.

Au revoir chers amis du CERPI,et au mois prochain. Oncle Edmond.

L'avis du CERPI : des expériences très contradictoires !

Merci Edmond pour cet article qui nous rappelle bien des souvenirs !  En effet, on se souvient, au CERPI, de cette "mode" qui sévissait dans les boutiques d'ésotérisme et à laquelle nous n'avons pas résisté.  Le parcours est toutefois très différent.  En effet, n'ayant guère de finances, on avait opté pour la simple pyramide en carton fort (il y en avait de toutes les tailles et de toutes les matières, même en plaqué or, mais pas vraiment au même prix...) qui était réputée faire le même effet.
Le même effet ?  Rien n'est moins sûr car, s'il fallait souscrire à l'hypothèse d'un éventuel télescopage d'ondes hertziennes - en admettant que ce soit de cela dont il s'agit - cela ne tenait déjà pas la route puisque ces ondes traversent le carton.  Voilà donc une possibilité, ou une relation, à laquelle il aurait donc également fallu couper les ailes...  Mais soit !  Poursuivons...

Or donc, nous voici au "siège" de ce qui n'était pas encore le CERPI mais bien le GESO, à l'époque.  C'était un simple deux pièces, plutôt exigü, situé à Bruxelles (Forest), occupés de déballer la marchandise, effectivement accompagnée d'un petit livre qui faisait office de mode d'emploi.  Il se composait notamment d'une minuscule boussole qui disparaissait dans le creux de la main et indiquait avec beaucoup de précision l'emplacement du radiateur...  En matière de fiabilité et de scientificité, on était donc plutôt mal barrés ! Dans ces donditions, il n'était évidemment guère possible d'orienter convenablement la pyramide qui a pourtant aussi reçu la "visite" d'un rasoir (peu importe la marque, nous ne faisons pas de publicité...) en guise de test.
Faut-il dire que le test à été décevant ?  Rien n'a changé à ce rasoir qui, exactement comme d'habitude, cédait très vite aux impératifs des poils barbares (nouveau qualificatif pour désigner les barbes... Ca vient de sortir !) et perdait, dans les mêmes délais, son tranchant.  Zut !  Aucune économie à ce sujet, pas de filon pour les barbus et... la barbe avec ce Khéops !
Mais sans doute était-ce à cause de l'orientation qui n'était pas respectée, ni la hauteur de la "chambre funéraire".

Il faut avouer que l'expérience n'a pas été réalisée avec de la viande.  A l'époque, nous n'en avions pas trop et lorsque c'était le cas, on n'attendait pas qu'elle se déssèche pour la manqer !

Mais il faut citer ici une autre anecdote.  Ainsi, nous avions un jour rendu visite à l'un de nos membres qui était très érudit en sciences (un éternel premier de classe, candidat - gagnant d'ailleurs - aux Jeunesses Scientifiques) et remarqué qu'il s'était, lui aussi, confectionné une pyramide afin d'étudier les propriétés de "l'énergie pyramidale".  Cependant, la sienne était de taille nettement moins modeste et il ne fallait pas être grand observateur ni grand savant pour comprendre qu'il l'avait orienté de manière adéquate.  On pouvait notamment s'en assurer en remarquant les petits traits qu'il avait tracés, avec - en regard - de savants calculs sans doute trigonométriques, pour que sa pyramide respecte le schéma imposé.  Intéressant...

Malheureusement, l'objet de notre visite ne reposait pas sur ce point et notre interlocuteur ne pouvait s'éterniser en notre compagnie, occupé par ses travaux scientifiques.  Nous nous sommes toutefois bien jurés de revenir sur la question dès que l'occasion se manifesterait.  Si nous avions bénéficié d'une boule de cristal, nous ne serions pas partis de manière aussi guillerette, car il n'allait pas vraiment y avoir de lendemain...

En effet, peu de temps après, un événement terrible se produisit dans son laboratoire, projetant la porte du garage de l'autre côté de la rue.  Dans cette explosion, notre ami perdit un oeil, souffrit de multiples fractures et de très cruelles brûlures, au troisième et deuxième degré.  Nous sommes allés le visiter à l'hôpital des grands brûlés de Loverval mais vous pensez bien qu'il n'était plus question de pyramides...

Nous étions donc partis avec l'idée que l'énergie pyramidale était à classer au rang des thèses, hypothèses et autres foutaises, les falaises de Douvres et les foutaises du Louvre, etc.

A tort, apparemment car, à notre grande surprise, bien des années plus tard, nous avons appris de la part de l'un de nos scientifiques qui avait, lui aussi (décidément !) réalisé l'expérience de la "pyramide abrasive" (évidemment dans d'excellentes conditions, on l'imagine !) que cela avait parfaitement et manifestement fonctionné et même de manière remarquable.  Même sur la viande !

Se présente toutefois un hic dans les explications scientifiques et il convient de se méfier de tout ce qui se dit à propos de l'énergie pyramidale, qui relève souvent - sur le plan scientifique - du tout et n'importe quoi !  En fait, on dispose bien d'expériences concluantes, mais pas vraiment d'explications réellement scientifiques qui tiennent la route.  Théoriquement, et sauf erreur de notre part, le magnétisme terrestre ne serait guère impliqué au même titre que les autres tentatives d'explications rationnelles.

Parmi les explications, qui valent seulement ce qu'elles valent, on trouve celle qui passe par une différence d'humidité, peut-être de température, offerte par les parois de la pyramide ou l'orientation (sans rapport avec la pyramide dans ce cas, puisque l'on obtient le même résultat, en principe (soyons prudents !)  Ces petits détails permettraient peut-être parfois de favoriser la régénération cristalline de l'acier des lames de rasoir.  Mais là non plus nous n'y mettrions pas notre main au feu !

Ce qui est sûr en revanche, c'est que pour ménager les réactions (de) scientifiques qui pourraient se montrer virulentes, il faut impérativement rester très prudents lors de l'énoncé de l'intervention de forces, d'ondes ou d'énergies quelconques et s'assurer de l'authenticité de ce qui est avancé.  Pour notre part, nous remarquerons donc le caractère contradictoire d'expériences réalisées dans des conditions très différentes, à répéter et répéter sans cesse pour faire plaisir à ce brave Karl Popper et respecter l'impératif de la répétitivité, donnant apparemment des résultats étonnants dont l'origine ne nous est pas réellement connue (il vaut mieux avouer son ignorance que dire des bêtises !) mais qui, a priori, devrait trouver une cause rationnelle.  Car, après tout, il s'agit là de l'un de nos principes sacro-sacrés : avant de prétendre au mystère, à l'inexplicable, au surnaturel, au paranormal, à l'ufologique, il faut tout d'abord s'assurer d'avoir éliminé (ou examiné) toutes les possibilités d'explications naturelles... ou de supercheries, bien entendu !

Où l'on retrouve le fameux Bovis dans l'affaire du pouvoir des pyramides (Wikipédia) remarquez la finale : "elles ne reposent sur aucun fondement scientifique"...

Le fait que nous n'ayons pas d'explication scientifique ne signifie pas pour autant qu'il faille chercher cette explication dans l'au-delà ou la poudre de perlimpinpin et s'il y a une explication scientifique, il faut que cette dernière soit bien établie et indiscutable.