Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Thanatonautique

Le 17 septembre de cette année, nous eûmes en soirée une émission télévisée consacrée aux expériences de mort imminente (E.M.I.)
Des scientifiques provoquèrent artificiellement les conditions nécessaires à l'obtention d'une EMI. Et ils obtinrent des résultats stupéfiants, notamment la sortie hors de son corps et le fait de savoir se contempler de haut.  Cependant, il s'avéra que ce curieux phénomène n'était que le fruit d'une illusion d'optique ou hypnotique (1).

Quand nous lisons les livres du docteur R. Moody, nous découvrons des récits réellement troublants.  Il y a par exemple la curieuse expérience du patient d'un dentiste qui se décorpora au début de l'anesthésie pratiquée il y a déjà longtemps, au protoxyde d'azote.
L'homme se retrouva au plafond.  Il se voyait assis sur le siège du dentiste et voyait aussi le dentiste qui l'anesthésiait.

D'autres expériences sont décrites.  Voici celle d'une personne faisant une crise cardiaque, qui entend le médecin émettre un pronostic inquiétant. Elle est presque morte, mais voila que, soudain, la personne cardiaque se décorpore, voit de haut le personnel hospitalier.  Elle entend les paroles, devine les sentiments.
Mais ce n'est pas tout, car selon le récit de la personne, la voici capable de traverser un mur, de se retrouver dans un couloir, de voir des gens qui parlent et sont habillés comme ceci et comme cela.

VOICI UNE EXPERIENCE QUE LE CERPI DEVRAIT REALISER : S’il y a au CERPI une personne qui est capable de bien hypnotiser quelqu'un de sensible à la chose (2), il serait bon de chercher à provoquer sa décorporation et d'expérimenter (3).

Si la décorporation réussit, il faudra alors ouvrir une table à jeux, dont le velours aurait une couleur inhabituelle (Du noir, du bleu, du blanc.) Il faudra alors poser la question : "Quelle couleur, voyez-vous sur la table ?"  Si la réponse est bonne, cela vaudra alors la peine de continuer.  Nous demanderons alors à cette personne sensible de chercher à traverser un mur, une cloison.  Si elle n'y parvenait pas, nous ouvririons alors la porte de cette cloison, de ce mur, en lui demandant ce qu'il y a à l'intérieur de ce nouveau local.
Des tables rudimentaires présenteront des objets hétéroclites, mais simples. P ar exemple : une machine à coudre, un beau bouquet de roses blanches, un crâne humain, une cage à oiseaux qui contient à l'intérieur un homard bien rouge.
Si la réponse s'avère être, en tout ou en partie, exacte, cela vaudra vraiment la peine de poursuivre ces expériences et peut-être même d'organiser des conférences.
Une personne qui se meurt ou se trouve dans une situation grave, n'éprouvera pas nécessairement une EMI.  Sans être rare, ce genre d'expérience n'est pas courant. Il y a aussi ceux qui éprouvent bel et bien cette "Aventure." mais préfèrent ne pas en parler, car ils refusent cela de par leur philosophie trop matérialiste.  D'autres ont peur des moqueries, ou pire encore, d'être pris pour des fous.
De telles expériences se réalisent quand le cerveau, bien que menacé par un manque de sang, et donc d'oxygène, est encore complet et en bon état (Aucune dégradation.)
L'exemple de Louis 16, envoyé à la guillotine et bien sûr décapité, en janvier 1793, est l'expérience flagrante d'une EMI bien réussie.
Le roi de France se présente à la guillotine. On le bascule, présentant son cou au couperet qui s'abat.
Le sang gicle, la tête tombe dans un panier contenant de la sciure de bois.  La populace, sadique et cruelle, hurle sa joie immonde. Le bourreau s'empare de la tête du souverain par les cheveux et, odieusement, la gifle.
C'est alors que se manifestera l'EMI de Louis 16.  En effet, il ouvrira les yeux et cherchera à parler.  Cependant, sa trachée-artère étant sectionnée, il ne saura pas prononcer le moindre mot, le moindre son.
Mais je suis convaincu que le souverain déchu, vivant les dernières secondes de sa vie, cherchait à faire comprendre son grand étonnement de ne pas être immédiatement mort.

Ce que je retiens avant tout, à la lecture de ces récits qui nous décrivent l'approche de la mort, c'est que la nature fait décidément fort bien les choses.  Qu'elle est apaisante, fascinante, en nous faisant connaître une expérience fabuleuse du point de vue de l'amour, du savoir, car mourir, est donc une chose stupéfiante, extrêmement agréable. (4)
Mais que faut-il alors penser de la mort de grands tyrans ? De ce qu'ils ressentirent en voyant leur Karma ? Le Karma de Néron ? D'Attila ? De Gilles de Rais ? De Lénine ? De Hitler ? De Staline ? Et le "MEILLEUR"de tous : Le Karma du plus grand monstre béatifié sur des milliards de billets de banque : MAO TSE TOUNG !
Mais, que se passe-il donc quand un homme meurt instantanément dans des circonstances exceptionnelles ? (Une guerre par ex.)

Voici le récit de la mort instantanée d'un grand Français prix Nobel de physique : Pierre Curie.
Nous sommes en 1906.  Pierre Curie, certainement absorbé par un problème scientifique ou peut-être pensait-il à sa fille Irène, déambule dans les rues de Paris. Il marche sans faire attention quand soudain surgit un lourd camion tiré par deux robustes chevaux.  Pierre Curie est bousculé et tombe sous le véhicule dont une lourde roue cerclée de fer lui fait éclater le crâne.  La cervelle éclabousse la chaussée et les vêtements du grand homme de science.
Quand Marie Curie prendra possession des habits de son mari, elle fera une crise de nerfs bien compréhensible.
Il est certain que Pierre Curie n'a pas éprouvé la moindre EMI de par sa mort instantanée.
Mais alors que se passe-il quand on est VRAIMENT mort ? (5)  Rien, diront les matérialistes du comité PARA ! C'est comme plonger votre ordinateur dans un tonneau rempli d'huile de vidange. Oui, cet appareil doit être égoutté et ensuite jeté à la déchetterie, car il est vraiment hors d'usage.
Oui, c'est incontestable. Et donc, après la mort, matériellement, il ne restera de nous que des cendres, des ossements donc, du calcaire.
Mais que devient donc l'esprit après la mort physique ? Y a -il quelque chose qui subsiste ?
Des gens, surtout des femmes, ou alors des hommes aussi sensibles que Maurice Ravel par ex. (Mais dans le domaine de la musique pour ce dernier.) sont capables en examinant un objet grandement aimé, souvent manipulé, de décrire la personnalité de son propriétaire, vivant ou défunt. Il en va de même pour l'examen d'une photographie. Cet examen se nomme une psychométrie. (6)
Il reste donc de nous bel et bien quelque chose qui subsiste dans le domaine du spirituel.
De grands chercheurs nous laissèrent des œuvres admirables dans le domaine de la métapsychique, ou de la parapsychologie.
Louis Figier : Les mystères de la science. Camille Flammarion, pour lequel, après des recherches, j'ai décelé deux récits inexacts dans : "La mort et son mystère" Il y a aussi les œuvres de César de Vesme de Bozzano.  Et plus près de nous, Hans Bender : L'univers de la parapsychologie.  Ainsi que le remarquable travail de Christine et Jean Dierkens : Manuel expérimental de parapsychologie.
Tous ces livres sont-ils à considérer comme étant paroles d'évangile ? Non bien sûr ! Car je suis convaincu, preuve à l'appui, que l'enregistrement de la voix des morts sur magnétophone constitue une fumisterie.  Cela n'est pas en l'honneur du Père François Brune.
Mais alors ? Y a-il une vie après la mort ? Oui, j'en suis convaincu, car le dimanche 17 juillet 1983, vers 3 heures du matin, une jeune fille défunte depuis le 24 septembre 1967 se manifesta à moi, dans un rêve prémonitoire (7).
Cela, je ne l'oublierai jamais !
Je vous raconterai cela dans mon prochain texte.  Ah ! Cela me bouleversera jusqu'à mon dernier souffle !


Votre ami : Oncle Edmond et ses histoires vraies.

Les remarques du CERPI

1. Il aurait été intéressant de nous préciser ici comment une personne placée dans les conditions d'une mort imminente (EMI) peut être abusée par une illusion d'optique, puisque ses yeux sont - en principe - fermés, ou comment elle aurait pu être hypnotisée, ce qui requiert le consentement de l'intéressé.
2. Oui, le CERPI dispose bien en ses rangs d'une personne parfaitement capable d'hypnotiser correctement.
3. Une question et un problème se posent toutefois : peut-on réellement considérer une transe hypnotique comme rigoureusement équivalente à une mort imminente ?  D'autre part, il ne serait probablement pas si facile de trouver un volontaire pour expérimenter une approche de la mort !
4. Dans le cas d'une EMI, c'est sans doute vrai d'après ce que l'on peut lire des (nombreux) témoignages.  C'est aussi ce que prétend l'auteur des Thanatonautes dans son livre (tout dépendant notamment du stade évoqué : Moch 1, Moch 2, Moch 3...)  Nous avons cependant également reçu certains témoignages (rares, il est vrai) d'expériences de mort imminente négatives, c'est-à-dire (franchement) désagréables.  Si l'on peut donc convenir que les sensations relatives à une mort imminente peuvent effectivement s'avérer généralement agréables, nous ne sommes pas sûrs de pouvoir extrapoler la question à la mort réelle, faute de disposer de personnes concernées qui auraient rapporté leurs sensations !  Ce qui fait dire à certains que l'on se trouve bien en cet endroit, vu que personne ne s'en est jamais plaint par la suite...
5. Nul doute : Pierre Curie est vraiment mort !
6. Le terme "psychométrie" possède cependant plusieurs interprétations.  Il est ici question de celui mis en évidence par Joseph Rodes Buchanan, en 1842.  Dans notre optique, la psychométrie est intéressante, mais elle se doit d'être rigoureusement interprétée par des apports incontestables et non subjectifs.  Il n'est donc pas si évident d'en tirer des concusions définitives.
7. Oncle Edmond nous explquera sûrement comment un rêve, fut-il prémonitoire, pourrait démontrer la subsistance de l'âme après la mort.