Get Adobe Flash player
             

Hantises

hote-inconnu-crime-sans-cause-Tizane-ptContrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, le verbe "hanter" n'est pas automatiquement synonyme d'histoires de fantômes ou de revenants.  Ee fait "hanter" signifie plus simplement "fréquenter" ou "être présent" en un (ou des) lieu(x) déterminés.  Par ex.:  "Cet homme hante les bistrots depuis fort longtemps, de sorte que l'on puisse craindre pour sa santé..."

C'est cependant bien cette notion de fréquentation ou de présence qui induit l'idée de la hantise.  Ainsi, un lieu est dit hanté à partir du moment où les habitants (ou bien les personnes qui se rendent en ce lieu) ressentent une ou des présences, éventuellement récurrentes, dont la présence peut varier du tout au tout et ne durer que fort peu de temps ou au contraire s'étendre sur des siècles.

On distingue généralement la "grande hantise" et la "petite hantise", mais nous considérons que cette manière de classifier les situations peut parfois prêter à confusion car toutes les hantises ne se présentent pas forcément et systématiquement de la même manière et certains phénomènes peuvent s'imbriquer ou s'intriquer de telle manière que cette classification peut parfois perdre de son sens.

Au delà de la terminologie, il y a bien sûr les manifestations.  Si l'on en croit la classification dont nous venons de parler, la grande hantise serait affaire de lieux alors que la petite hantise serait affaire de personnes.  Le lien avec le poltergeist est alors assez évident, à condition bien entendu que l'interprétation de ce dernier point soit elle-même correcte.  La symptomatologie des manifestations des cas de hantise est bien connue et ces manifestations nombreuses et variées: sensations de présence, variations de température, éventuellement déplacements d'objets sans intervention humaine, odeurs très agréables ou pestilentielles, sensations d'attouchements furtifs ou plus évidents, paralysie du sommeil, perturbations diverses qui troublent la vie des personnes comme on peut l'imaginer.

Selon la perception et l'imprégnation des personnes, le milieu, etc. les personnes concernées pourraient également établir un lien entre la hantise et le phénomène de possession.  Mais ce n'est absolument pas systématique.  Des habitants peuvent ne percevoir que de minimes perceptions (meubles ou escaliers qui grincent, qui craquent, divers bruits, déplacements peu importants, etc. et parviennent à s'en accommoder sans trop de mal, par exemple avec l'aide d'un médium convenable.

Face à un phénomène de hantise (comme d'ailleurs face à pratiquement n'importe quel autre phénomène dit "inexpliqué"), il convient d'être très prudent par rapport à l'aide de personnes tierces que l'on pourrait solliciter afin d'apporter de l'aide.  On n'insistera jamais assez sur le fait que les charlatans pulullent et que non contents d'apporter des solutions souvent très contestables (à condition seulement que la moindre amélioration soit notable), ces tristes individus peuvent parfois aggraver la situation et ce sera généralement le cas pour le portefeuille.  Il convient, et il s'agit ici encore d'une recommandation assez générale, de se méfier dès l'instant où un intervenant réclame de l'argent pour son intervention.  Ne confondez toutefois pas avec la personne parfaitement honnête qui viendra en toute sincérité et bonne foi, peut-être nantie de certaines possibilités, qui vous demanderait simplement une petite participation dans ses frais de déplacements, surtout s'il habite à l'autre bout du pays.

Curieuses-histoire-etrange-Vignol-ptDans un premier temps, les gens qui seront victimes d'une hantise, réclameront d'abord de l'aide auprès de leur entourage direct: parents, famille ou amis, parmi lesquels se trouvera toujours bien l'une ou l'autre personne se revendiquant comme "spécialiste" ou particulièrement versé en la matière.  En fait, le recours à ces proches a surtout pour effet de décharger une partie de la tension accumulée, de permettre à d'autres de confirmer la réalité des phénomènes et donc de ne pas paraître stupides ou crédules.  Mais le seul fait de cet intérêt de la part de personnes extérieures peut également jouer un rôle favorable sur la suite des événements (en matière de poltergeist, on dirait que le message est passé, au moins partiellement, que l'information ou la quantité de documentation sur le sujet a augmenté et que, par conséquent, les phénomènes vont avoir tendance à s'estomper, sinon même à disparaître.

Bien souvent, toutefois, les choses ne sont pas si simples et les intéressés en viennent parfois à envisager de déménager.  Cela pourrait être une bonne idée, mais cela pourrait également ne servir strictement à rien, la hantise pouvant parfois se déplacer en même temps que les individus et les "suivre".  Dans certains cas, le fait d'arriver en d'autres lieux peut parfois même aggraver les phénomènes.

Ce qui participe à l'inquiétude des personnes réside souvent dans le fait que l'on attribue aux hantises des origines situées dans l'au-delà.  Il s'agirait des oeuvres d'un revenant, d'un "fantôme", d'un spectre, d'une entité désincarnée, quand on ne parlera pas carrément de démons ou du diable lui-même.  Bien sûr, quantité d'autres possibilités du même genre existent également (c'est-à-dire qu'elles peuvent être citées et non pas que nous confirmions leur nature !)  Sauf dans les cas les plus ultimes, assez rares faut-il le préciser, on obtient de biens meilleurs résultats avec un bon sensitif honnête qui arrive à communiquer avec l'éventuel défunt, lui explique ce qu'il n'a pas encore bien compris (à savoir qu'il est décédé) et que sa place n'est désormais plus en ces lieux où il perturbe inutilement des personnes innocentes.

Les choses deviennent plus compliquées si la présence relève d'un événement dramatique.  Mais ici aussi il convient de rappeler que le lien de cause à effet n'a rien d'établi, qu'il ne s'agit que d'hypothèses et que tout peut également très bien se passer en des endroits pourtant potentiellement particulièrement "chargés".  Il faudrait donc tenter de comprendre quel serait le rapport entre la présence des habitants, la survenue des manifestations et la réaction de l'entité, si entité il y a.

faits-divers-insolitesLe sujet est assez complexe et les phénomènes de hantises s'accompagnent souvent aussi de supercheries provoquées par de mauvais plaisants extérieurs ou même par les habitants eux-mêmes (ou certains de ceux-ci) volontairement ou non, consciemment ou non.  Il s'agit bien évidemment de l'une des toutes premières éventualités à examiner et elles permettent parfois tout simplement de venir à bout des perturbations à la condition de les déceler.  Toutefois, les choses ne sont de nouveau pas aussi simples et rien ne doit être généralisé.  En effet, comme l'a très bien démontré le commandant Emile Tizané (avec toutefois des témoignages qui datent) de réels cas de hantise peuvent se produire alors même qu'il y a eu des supercheries avérées, constatées en bonne et due forme par les forces de l'ordre.  La même remarque est également valable en ce qui concerne les poltergeist.

Mieux: la supercherie elle-même peut s'intégrer dans le principe général qui régit les manifestations.  C'est là que beaucoup de gens, y compris les parapsychologues en herbe, y perdent facilement leur latin et se perdent dans des interprétations abusives.  Cela répond pourtant de raisonnements purement logiques et élaborés par des spécialistes réels se basant notamment sur des comportements typiquement humains et compréhensibles. Il s'agit cependant ici d'un sujet dont la spécificité, très intéressante et constructive, sera étudiée en temps utile dans un ordre chronologique que nous devrons établir en fonction du développement d'enquêtes en cours.

Outre les proches et les charlatans de tout poil, les victimes d'une hantise peuvent avoir l'idée d'avoir recours à des journalistes (ce qui serait - en principe - une très mauvaise idée, sauf exception) ou aux forces de l'ordre si toutefois ne se présentait pas la peur du ridicule.  

Précisons toutefois qu'il n'est pas si fréquent que ces mêmes autorités puissent apporter une amélioration quelconque. Ces gens sont formés à la technique d'enquête, certes, mais pas à l'étude parapsycholgique.  Encore que dans le cas présent, le sujet puisse facilement s'envoler vers d'autres domaines, parfaitement inattendus, tels que l'ufologie (éh oui!  Qui l'eut cru ?) et, bien entendu, le surnaturel, mais encore la prestidigitation, les envoûtements et les grandes mises en scène  (Cela s'est vu dans certains cas, où des habitations ou - en tous cas - des pièces entières d'habitation, avaient savemment été truquées afin de permettre des effets extraordinaires et inquiétants.  Mais il s'agit alors le plus souvent de gens aisés, capables d'investir des sommes d'argent considérables, de procéder très rapidement à des travaux importants et de recourir à des professionnels de la question.  On s'en doute, dans ces cas apparaîtra facilement le "Is fecit qui prodest" ou "A qui profite le crime".

JungEnergetiquePsychique0001Malgré des manifestations parfois très inquiétantes et spectaculaires, on sera rassuré d'apprendre qu'il est bien rare que les personnes subissent des préjudices corporels.  Même dans les cas de poltergeist, avec projection d'objets parfois violentes, ou de pluies de pierres brûlantes, on note très peu de blessures et encore moins de décès.  Cela en fait d'ailleurs une particularité: une personne peut être considérée comme épicentre des phénomènes et les objets être projetés dans sa direction, des objets contondants qui plus est, mais ces projectiles semblent éviter soigneusement leur cible - un peu comme si elles faisaient exprès d'attirer l'attention mais sans faire de mal à qui que ce soit.  Faut-il le dire, il n'en va pas de même s'il s'agit de possession démoniaque.  Mais avant que celle-ci soit avérée, surtout par des hommes d'église et principalement les enquêteurs d'un prêtre exorciste qui agirait avec une méthodologie rigoureuse, il y a un pas et ce dernier n'est pas facilement franchi.

Les soi-disant spécialistes en "ghostbusterologie" n'auront pas beaucoup plus la cote à nos yeux.  Il s'agit souvent de jeunes intrépides avides de sensations fortes qui se croient spécialistes parce qu'ils ont lu deux bandes dessinées sur le sujet(et si, au moins, il s'agissait de celles figurant parmi les productions de Jean-Pierre Petit plutôt que Bob et Bobette !) lesquels emmèneront peut-être, pour faire plus "professionnel" quelques instruments de mesure ou appareillages divers.  Ces derniers sont très contestables.  Tout au plus un simple thermomètre permettra-t-il d'objectiver une variation de température, laquelle pourrait éventuellement présenter un rapport indirect avec la nature des phénomènes (c'est dire si nous sommes prudents, peut-être arrivera-t-on à mettre en évidence la présence de champs électromagnétiques, quant à exploiter les données ce sera le plus souvent peine perdue.

L'intervention de parapsychologues, comme recours suivant, pourrait être approrpriée selon les cas, mais pas systématiquement et il pourrait être plus opportun de faire eppel à un spécialiste de la sphère psy (psychologie, psychanalyse) qui aura probablement au moins le mérite d'analyser des situations étriquées, des contextes conflictuels ou l'appel à certains processus mentaux dont la connaissance pourrait s'avérer utile.  Mais, on le voit, le plus souvent cela ne donnera de résultat que si l'on combine deux interventions agissant en harmonie.

Pour ce qui est de l'intervention de prêtres ou d'autres représentants d'une communauté religieuse, nous vous inviterons à vous référer à nos rubriques spécifiques sur ces sujets et laisserons le soin à chacun d'envisager les choses selon sa propre philosophie, afin précisément de ne pas aggraver les troubles ou conflits déjà existants.

Comme on le constate au travers de cet article, le phénomène de hantise peut se concevoir comme un terme très générique aux multiples significations, avec une grande étendue de possibilités de manifestations et des épilogues très variés.  On aurait cependant tort de les prendre trop à la légère ou  de les ignorer purement et simplement sous le traditionnel prétexte qu'il s'agit là "d'histoires de bonnes femmes".  A ce sujet, l'expression mérite elle-même deux mots qui prêteront à réflexion.

prince_de_ce_mondeEn effet, cette expression date d'il y a quelques décennies, voire un peu plus, à une époque où l'homme partait gagner la subsistance de sa petite famille tandis que la femme restait au foyer afin de s'occuper des affaires ménagères et des enfants.  Les hommes étant la plupart du temps absents, ils ne pouvaient forcément pas se rendre compte de ce qui pouvait se passer en ses murs.  Par contre, madame était située aux premières loges et, il est vrai, avec une sensibilité souvent très différente...

Plutôt que de traduire "histoires de bonnes femmes" par "sornettes et affabulations" on pourrait peut-être traduire plus intelligemment: "histoires de personnes qui se trouvaient sur les lieux au moment des faits".

Nous avons déjà fait la démonstration de cette évidence qui veut que les sceptiques qui n'ont rien vu resteront sceptiques, mais que leur témoignage - pour très rationnel qu'il puisse paraître - n'en est pas plus valable pour autant et pis : peut orienter les chercheurs vers despistes complètement fallacieuses ou des conclusions hâtives.

Au fil de nos pages, nous aurons l'occasion d'étudier beaucoup plus en détail ce phénomène passionnant de hantise.  Mais l'avantage avec le CERPI réside dans le fait que nos éléments ne réalisent pas leurs enquêtes devant l'écran d'un ordinateur ou seulement le nez dans un bouquin (même si cela peut avoir son intérêt) : ils se rendent sur le terrain, rencontrent et questionnent les gens, recueillent et comparent les témoignages et procèdent à des études fouillées et cela depuis 35 ans au moment où nous écrivons ces lignes...

Cela veut tout dire, et cela fait toute la différence.

Les phénomènes de hantise (Bozzano)