Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Hommage à un phénomène.

Je serai bref.  Au moins par rapport à mes habitudes...

Je ne puis m'empêcher de rebondir suite au décès de Cassius Clay, alias Mohammed Ali, ce  5/06/16 - des suites de la maladie de Parkinsson.  Apparemment, il n'y a aucun rapport avec nos objectifs, pourtant ce boxeur était bel et bien un phénomène à lui tout seul !

Si je me permets d'en dire deux mots dans ces pages, c'est pour évoquer un souvenir quant à un détail que nos lecteurs ignorent le plus souvent.  C'est que, dans mon jeune temps (ce qui remonte maintenant à des décennies, une autre époque !), j'ai moi aussi taquiné les gants, les rings et les salles qui sentaient la transpiration.  Oui, j'ai aussi pratiqué la boxe et j'étais plutôt bon d'ailleurs.  C'est à un point tel que mes copains m'avaient précisémment surnommé "Cassius Clay".
C'était très exagéré !  OK, j'étais bon, mais de là à me comparer à cette légende qui était aussi mon idole, non !  Je ne lui arrivais pas à la cheville.  Nous n'étions d'ailleurs pas dans la même catégorie.  Je n'aurais probablement pas tenu trois rounds et si je n'avais été battu qu'aux points je ne l'aurais certainement dû qu'au bon vouloir de mon adversaire !

Cassius Clay n'a pas seulement été un boxeur hors paire (pour moi, il fut incontestablement le meilleur.  Et que l'on ne vienne surtout pas me parler de Tyson, que je ne peux pas sentir... Je le tiens à l'oeil, à cause de mon oreille.  Si vous voyez ce que je veux dire !) Cela a aussi été un Grand Monsieur.  Il ne s'est pas distingué seulement dans le domaine de la boxe.  Cela a été un modèle.
Beaucoup devraient méditer sur son parcours... à condition de le connaître.  Il n'est jamais trop tard pour ne pas mourir idiot.

En tous cas, je lui tire mon chapeau : respect !  Et ciao, mon gars, repose en paix ! 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.