Get Adobe Flash player
             

Hommage à Michèle Decker

afficheag4.jpgNous apprenons à l'instant le décès de Michèle Decker.  Atteinte d'une longue maladie, l'auteur de "La vie de l'autre côté" et "Le papillon de l'au-delà" nous a quittés cette nuit (au moment où nous écrivons ces lignes 29/08/07, 22h06).

Michèle Decker n'est plus!

Michèle était une femme ordinaire et toute simple. Fille d'Armand Decker, lui même médium, (bien qu'il ne pratiqua jamais pour le compte d'autrui,) ce dernier a transmis à sa fille un des dons les plus extraordinaires, celui de pouvoir communiquer avec l'Autre Monde.

Devenue adulte, épouse et mère au foyer, Michèle a développé son don, en allant délivrer des habitations sous l'emprise d'esprits errants dans les villages des Ardennes belges et françaises.

Plus tard, elle s'est mise à écrire un livre: «La Vie de l'autre-côté»… préfacé par Didier Van Cauwelaert. Elle en a écrit un deuxième, «Le papillon de l'au-delà».
Pendant plus de 20 ans, elle s'est consacrée à la pratique de son don, recevant des tas de personnes, participant à plusieurs forums de discussions, mettant toujours ses talents et son dévouement au service des autres.
Elle était occupée à rédiger son 3e livre, quand la maladie l'a rattrapée.
Son père, décédé, était devenu un de ses guides, il lui a transmis des milliers de feuilles qu'il lui dictait mentalement depuis l'au-delà. Pendant des journées entières et parfois des nuits entières, Michèle tapait inlassablement des textes complexes et complètements incompréhensibles même pour certains experts. Ces écrits faisaient allusion à des notions physiques inconnues de notre monde ou à d'anciennes civilisations ignorées par tous. Elle stockait ses milliers de pages dans des mannes à linge, en espérant pouvoir un jour permettre à la science de les interpréter et de les publier.
Elle a pu aider des tas de personnes endeuillées à avoir des contacts avec leurs chers disparus.


Nul doute que son départ vers le monde qu'elle connaissait si bien attristera pas mal de monde ici. Par contre, je suis persuadé que dans l'Autre Monde, des centaines, voire des milliers d'esprits qu'elle a aidés lui feront un accueil chaleureux.

Rien qu'un au revoir...

En lisant "LA vie de l'autre côté", je me suis aperçu que les pages que je lisais me paraissaient truffées de réconforts, d'idées nouvelles en rapport avec ma religion, avec la médiumnité, les deux étaient liés, étroitement dans son cas et dans le mien. Or, il se fait que la lecture du Da Vinci code (en dépit de ses qualités indéniables), certaines discussions avec des proches, des recherches personnelles aussi, tout un travail de documentation et de recoupements, m'avaient placé sinon réellement en conflit avec ma propre religion du moins dans une position où le malaise était omniprésent.  L'effet avait été quasiment immédiat et prévisible en ce qui me concerne: perte totale de mes facultés médiumniques, absence de "pouvoir", panne sèche, appelez ça comme vous voulez.  Je rappellerai une fois encore qu'il ne s'agit ici que d'une cause personnelle puisque des tas de médiums peuvent très bien officier sans aucun secours de la religion, ce n'est pas le cas pour moi voilà tout.  Chacun son truc.

Dans mon cas donc, je me sens extrêmement redevable envers Michèle Decker car elle a - je ne sais trop comment mais l'important c'est qu'elle l'ait fait! - réussi à jeter un pont entre les deux rives, raccommoder les deux bords, réconcilier les parents fâchés, démêlé l'embrouille... Elle ne m'a pas apporté toutes les réponses, elle ne m'a pas livré la clef des énigmes sur lesquelles j'enquêtais, mais elle a autorisé le compromis, rétablit le dialogue, fait repasser le courant...

Je ne suis pas guéri, je suis encore convalescent.  Mais s'il faut poursuivre dans les métaphores, disons que Michèle a été un très bon médecin.  Et actuellement, s'il fallait comparer la médiumnité avec l'éclairage, je dirais que j'en suis encore à la bougie mais je suis persuadé que cela me suffira pour retrouver le disjoncteur, au moment opportun, et de là...

Je suis convaincu qu'il ne s'agit pas d'un adieu, mais seulement d'un au revoir.
Et tôt ou tard, Michèle, je serai très heureux de faire ta connaissance!

Michel Vanbockestal