Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

avant-propos

- suivante -

 

encoinDracula_CLAvant toute chose, j'aimerais dire quelques mots de cette partie du site du CERPI et vous rassurer quant à mes intentions. En effet, bien que la trame de cette histoire repose sur une narration autobiographique, je n'ai certainement pas voulu vous assommer avec des considérations dont vous n'auriez que faire, et encore moins me mettre sur un piédestal.

Contrairement à ce que s'imaginent quantité d'africains qui lisent nos pages (mais parfois d'autres personnes aussi), mon statut de patron du groupement ne fait pas de moi un être exceptionnel. Je n'ai pas six orteils au pied gauche (ni au droit d'ailleurs) et je n'ai rien d'un gourou, d'un mage ou d'une personne nantie de pouvoirs extraordinaires. Je ne suis pas guérisseur, je n'ai pas de cabinet de consultations et mes interventions, bien que très rares, s'inscrivent le plus généralement dans un cadre bénévole. C'est que, en fait, je me considère comme un homme parmi tant d'autres. Je suis d'ailleurs tout simplement chauffeur de bus, j'habite une maison ordinaire dans une petite ville du Hainaut (Belgique) et je ne roule pas en Cadillac blindée.

L'aventure fantastique dont je fais état dans ces pages n'a strictement rien eu de volontaire. Tout comme bon nombre de nos correspondants, ce n'est pas moi qui ai cherché le surnaturel ou le paranormal mais eux qui sont venus à moi. Encore m'a-t-il fallu assez longtemps pour le comprendre, seulement en procédant par recoupements, en constatant certaines choses plus ou moins bizarres ou, disons: particulières dans l'enchaînement des événements et même dans ces cas, je ne leur accordais pas grande importance. Je mettais cela sur le compte du hasard, des coïncidences ou du destin. Dans plusieurs "affaires" ce sont même des tierces personnes qui ont évoqué la possibilité de facultés qui s'offraient à moi et je n'ai donc rien autoproclamé. Je ne me vante de rien, j'estime n'avoir aucun mérite. Il se pourrait d'ailleurs fort bien, de plus, que les facultés en question me viennent seulement de mon hérédité et plus précisément de mon père (dont il sera souvent question ici, et pour cause). Il se pourrait aussi, et voilà un autre volet de la question, que le "pouvoir" qui sommeille en moi demande à être maîtrisé, adopté, apprivoisé et, pour l'instant, nous sommes encore loin du compte! D'après les histoires que allez pouvoir lire (ou que vous avez déjà partiellement parcourues), il semblerait que le phénomène monte en puissance au cours des années. Mais il est évident qu'il est lui même tributaire de ce que je fais de ma vie. Je suis naturellement moins performant lorsque je suis fatigué par exemple, si des tracas m'assaillent, que je suis perturbé par certaines choses, il est tout à fait prévisible que je ne doive pas trop compter sur les facultés en question. En tout état de cause, je ne peux pas les provoquer (cela ne m'est arrivé qu'une seule fois jusqu'à présent, sous le coup d'une inspiration subite et cela a marché, mais peut-être est-ce aussi accidentel...) Ce sera à vous d'en juger.

Bien sûr, il m'aurait été facile de mystifier tout le monde, de vous inventer des sornettes, raconter des bobards, de tricher avec la vérité. Mais ce n'est vraiment pas mon style et je ne vois vraiment pas non plus où serait mon intérêt. Si j'avais voulu inventer une histoire, j'aurais plutôt écrit un roman, mais cela ne figure pas parmi les objets du CERPI qui analyse des cas réputés réels, authentiques et tente de discerner le vrai du faux. Je ne vais donc pas jouer le jeu de nos détracteurs en essayant de vous faire prendre des vessies pour des lanternes.


WATTMAN-BHVComme vous pourrez le constater, la plupart des événements relatés dans les pages de cette partie du site représentent des épisodes de la vie courante, des choses qui pourraient arriver (et qui arrivent d'ailleurs) à tout le monde. La différence réside dans les rapports qui existent entre ces événements initialement anodins, le nombre des itérations (s'il n'y avait eu que quelques coïncidences, celles-ci auraient continué de pouvoir être considérées comme telles. Or, plus il y en a et puis plus elles deviennent suspectes. Vous remarquerez justement qu'elles sont très nombreuses et ce à quoi cela débouche!)

Bien que la réalisation de cette partie du site du CERPI ait été plutôt longue et difficile (elle n'est d'ailleurs pas terminée au moment où j'écris ces lignes, loin s'en faut puisqu'une kyrielle d'articles sont encore en préparation, que j'effectue encore à l'heure actuelle des recherches pour certains documents) elle m'a déjà apporté énormément de satisfactions personnelles.

Tout d'abord des satisfactions pour avoir trouvé de larges confirmations de ce que je soupçonnais et bien plus encore puisque j'ai, sans le vouloir, ouvert la porte sur de nombreux sujets connexes, plus inimaginables les uns que les autres. J'ai notamment adoré le cheminement, c'est le cas de le dire, qui a existé entre une passion d'enfant (les tramways bruxellois) et quantité d'événements ultérieurs, ce que je suis devenu en suivant une "voie", toute la symbolique que l'on pouvait y retrouver, tant dans les nombres, les couleurs, les dates et bien d'autres choses encore. L'imbrication des phénomènes est vraiment incroyable et j'espère de tout coeur que le lecteur parviendra à saisir toute la magie qui ressort des textes et des documents que je mets à votre disposition...

Pour illustrer le sujet qui précède de manière humoristique, la photo ci-contre me paraissait excellente. Pour ceux qui n'en comprendraient pas le (double) sens, disons que l'on y voit Guy Verhofstadt, ancien premier ministre belge faire un bras d'honneur, le dos tourné à une motrice de "tram tout carré", à l'ancienne. Les destinations de ce tramway sont indiquées (Bruxelles - Hal - Vilvoorde, en rouge et vert (des couleurs que vous aurez souvent l'occasion de retrouver en d'autres circonstances). Mais ces trois villes représentent un important sujet de discorde entre politiques. Le numéro de la ligne est le 16, une allusion évidente (pour les belges) au 16 rue de la loi, siège du Parlement, centre névralgique de la politique belge... Dans ce cas, évidemment, il n'y a rien de mystérieux, c'est juste pour l'humour et rien de plus. Disons seulement que les couleurs traditionnelles qui correspondaient jadis à ce type de tram dans mon patelin étaient celles du tram 58, que 1958 est l'année de ma naissance et que s'il n'allait pas jusqu'à Hal, il traversait en revanche réellement toute la capitale, Bruxelles, pour rejoindre l'un de ses terminus à Vilvoorde.

Allez! Voyons donc comment les choses se présentaient en 1958... Une année comme les autres? Rien n'est moins sûr!

 

En 1958...