Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La maison hantée de Hem

Hem est une petite ville du Nord de la France, à 12 km de Lille. C'était donc presque narguer le CERPI que de prétendre qu'une maison hantée s'y trouvait, que de nombreux phénomènes, parfois très inquiétants, s'y déroulaient alors que nous l'ignorions. De toute évidence, nous avions même deux guerres de retard car d'innombrables curieux s'étaient déjà rendus sur place, des médiums y étaient aussi allés de leurs petites incursions, il y avait des témoignages à foison et l'on trouvait de nombreux écrits à son sujet sur le Net.
Du réchauffé, dès lors? Pas vraiment, car en fait personne n'avait jusqu'ici trouvé la clef de l'énigme et les phénomènes se poursuivraient, toujours sans explication. Pour parachever la frustration, nous ne disposions d'aucun staff capable de se rendre sur place dans l'immédiat.
Nous remercions donc Jean-Marc de son intervention, laquelle nous a permis de corroborer nos hypothèses et de terminer cette enquête, une fois de plus couronnée de succès...

Les faits

Personne ne semble à même de déterminer la date exacte à laquelle les phénomènes ont commencé. Il est certain en revanche que la maison de Hem fait parler d'elle et couler beaucoup d'encre depuis plusieurs années et certainement déjà avant 2003.

Ce qui rendait l'approche difficile à ce niveau, provenait du fait qu'il s'agissait initialement surtout de rumeurs, de "on dit", de témoignages indirects, d'une réputation très trouble, mais rien de concret. Fallait-il donc vraiment s'intéresser au sujet? On pouvait au moins se poser la question.

C'est finalement l'abondance des témoignages allant dans le même sens, les éléments tragiques de base, la confirmation par la police et l'influence apparemment exercée par la maison sur des autorités extérieures qui nous ont décidés.

Il y a donc "quelques années" de cela, les propriétaires (ou locataires) ont déploré le décès d'un enfant de 5 ans.  Ce serait depuis lors qu'il serait virtuellement impossible de résider dans cette demeure et que de nombreuses personnes l'auraient quittée après un délai maximal d'un mois, tant les lieux seraient inhabitables en raison de l'abondance de manifestations sinon surnaturelles, du moins très bizarres et inquiétantes.  On raconte notamment que certaines fleurs y poussent tout à fait hors saison, qu'on y entend des pleurs ou des rires d'enfants, que plusieurs suicides par pendaison auraient eu lieu dans la même chambre.

C'est à partir de là que les choses commencent à se corser. La maison serait donc inhabitée, délabrée par le manque d'entretien, dépourvue d'électricité et de chauffage, ce qui n'empêcherait pas la cheminée de cracher de la fumée, de la lumière d'apparaître aux fenêtres, d'apercevoir des silhouettes, qu'un chien (ou plusieurs) garderaient les lieux avec férocité et moult aboiements tapageurs. Cependant, les fenêtres ont elles-mêmes été condamnées et occultées, les ouvertures et escaliers ont été murés...

La mairie aurait décidé de détruire la maison sans toutefois jamais y parvenir: les bulldozers seraient tombés en panne avec obstination, plusieurs ouvriers seraient décédés et finalement le projet de destruction aurait été abandonné. Ce serait le maire lui-même qui aurait amené un chien, un berger allemand probablement, dans les lieux pour éloigner les curieux et garder la demeure. A contrario, on stipule aussi que la police y aurait amené un soir trois grands chiens, pour n'en récupérer qu'un le lendemain, les deux autres ayant été retrouvés morts, atrocement déchiquetés et baignant dans leur sang...

Suite