Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L'affaire Milmort - la visite du praticien

St_MichelCe jour venu, tôt au matin puisque la visite est prévue pour 10h et que la route est assez longue (125 km), notre praticien prend sa 'valise à malices' et entre dans sa voiture dans l'espoir de se rendre à Milmort (Liège).
La voiture ne démarre pas!
Elle est pratiquement neuve, n'a jamais accusé la moindre panne, la moindre difficulté d'allumage, est parfaitement entretenue, mais elle ne démarre pas!
Quelques soupirs et jurons plus tard, notre praticien envisage déjà de devoir téléphoner à ses clients pour leur expliquer le forfait de son véhicule et de proposer un autre rendez-vous. Mais avant cela, il donne rageusement un ultime coup de démarreur en s'écriant: "Et pourtant, j'aurai cette saloperie"...
"teuh... teuh... vrrrt... vrrrt.... vroum!"
C'est le premier miracle de la journée... qui s'annonce longue.

Chemin faisant, utilisant d'ailleurs un nouvel itinéraire proposé par Via Michelin, qui lui fait gagner quelques kilomètres (le site Web propose de vous fournir les meilleurs itinéraires, la consommation de carburant, le prix, le nombre de kilomètres, les curiosités à visiter sur place et une foule d'autres fonctionnalités très intéressantes), il fait l'inventaire (pour la trente-sixième fois probablement) de son arsenal composé d'une bible complète en deux volumes (Ancien et Nouveau Testament), une bougie de neuvaine dédiée à Saint-Vincent le patron de la ville de Soignies d'où il est originaire, des cartes, d'autres bougies de neuvaines de tailles diverses, un chapelet qu'il porte d'ailleurs autour du cou et du dossier complet sur l'affaire, un dossier de plus de cent pages, figurant en double. Dans ce dossier figurent absolument tous les éléments traitant de cette affaire et ce n'est pas rien. Il dispose aussi d'un mini enregistreur et d'un appareil photo numérique, mais il n'aura finalement pas à les utiliser.

Arrivé non loin de Milmort, il se perd un peu dans le réseau autoroutier mais, à Vottem, des passants serviables le remettront dans la bonne direction et il trouvera finalement sans mal le domicile des F. - G. Au retour, il se perdra toutefois de manière plus cruciale et parcourra finalement 80 km en plus que prévu, mais c'est un détail!

La porte s'ouvre et notre praticien a pu jeter au préalable un coup d'oeil sur l'ensemble de la vaste maison (beaucoup plus vaste qu'il n'y paraît de l'extérieur, la maison étant toute en longueur et comportant deux étages). Rien de comparable avec Amityville, il n'y a pas de fantômes qui font signe aux fenêtres, pas de lueur fantomatique ni inquiétante, une maison comme une autre somme toute.

Pas de poignée de mains, comme il se doit, par prudence (nous qualifions cela de superstition, mais le praticien sait ce qu'il fait!) et il est accueilli par des gens simples et très sympathiques, des gens comme tout le monde mais qui vivent depuis trop longtemps dans le malheur. Un malheur qui, de longue date, ne leur apparaît pas comme "normal". Il y a ce qui est supportable et compréhensible et puis ce qui ne l'est pas.

La praticien s'installe à la première table et peut immédiatement apercevoir la grande roue du fond de la pièce, celle à partir de laquelle les objets étaient projetés mystérieusement. Mais, première constatation, il ne ressent absolument rien dans cette partie de la maison.

Les enfants sont là et jouent dans la pièce d'à côté.

RaphaelD'abord, il laisse parler les gens, il faut toujours respecter une période tampon avant de se lancer. Madame est très nerveuse et, maintenant encore, ressent des sensations d'oppression, elle est très mal à l'aise. Les derniers jours, il lui était même impossible de prendre connaissance des mails envoyés par le praticien.

Ce dernier commence par faire ce qu'il peut pour briser la glace, les mettre à l'aise: non, il n'a pas six orteils à chaque pied, c'est bien un être de chair et d'os qu'ils ont devant eux, ce n'est pas non plus un faiseur de miracles (la voiture mise à part, peut-être!) et ce n'est pas davantage un charlatan, ni un médecin, comme nous l'avons dit. Il procède d'ailleurs à une mise au point pour éviter tout quiproquo ou malentendu: pas d'exorcisme, pas de démagnétisation, etc.

Ensuite, on procède à la visite des lieux proprement dite et aucune pièce n'est évitée, de la "cave" - ou disons plutôt l'étage du bas vu la différence de niveaux et où habite la belle-mère - au grenier. On passe donc immanquablement par la cuisine où, justement, des objets ont encore été récemment projetés. Mais rien ne se passe pour l'instant et le praticien ne ressent rien. Il n'en va pas de même pour la salle de bains qui est riche en sensations pour notre spécialiste. Le rapport avec l'eau est bien présent, c'est bien ici aussi qu'ont lieu les attouchements invisibles, les sensations de présence... On passe sur la terrasse, ce qui permet de mieux comprendre les illusions d'optique vues sur les agrandissements des photos, rien de suspect à ce niveau. A l'étage, les choses sont différentes et notre sensitif perçoit très bien la présence de ce qu'il nomme l'entité. Elle ne s'y trouve pas en ce moment nous dira t'il après, elle s'était effectivement cachée comme un méchant chien peureux et malfaisant devant un dresseur impitoyable, mais pour conserver le même mode de comparaison, 'je percevais très bien son "odeur" suffocante et oppressante. Nul doute que ces gens ont eu du mal à vivre avec'!

On revient au rez-de-chaussée et la confirmation de l'hypothèse du praticien étant faite, il procède à la lecture du dossier. Celle-ci est longue (pensez, il y a 112 pages!) et il les ponctue de nombreuses explications et conseils.
Il explique aussi ce que sera le rituel qui va suivre et, "qu'on ne lui fasse pas dire ce qu'il n'a pas dit", ce ne sera pas le fait d'avoir expulsé cette entité qui résoudra tous les problèmes de ces gens. ce n'est pas ça qui empêchera les factures d'arriver, ni un enfant de se blesser en jouant ou d'attraper la grippe. Il n'apporte pas la solution miracle à TOUS leurs problèmes, la vie continue et on sait ce que cela veut dire!

Il leur explique ainsi aussi que, en fait, ce sont eux qui feront l'essentiel du travail en luttant pour retrouver l'harmonie dans leurs vies, ce qui contribuera à rendre celle de l'entité intenable (cela ajouté à d'autres principes communiqués ultérieurement). Ainsi, il leur explique ce qui était curieux dans l'analyse de leurs écritures: chacun des conjoints a les caractéristiques du sexe opposé en filigrane dans ses écrits! Sur un plan strictement humain, cela n'a rien de vraiment particulier puisque chaque homme a sa part de féminité et chaque femme sa part de masculinité, nous sommes en fait invariablement nés d'un homme et d'une femme et il n'est donc pas étonnant que nous en ayons les caractéristiques. Mais dans le cas qui nous concerne, cela signifie que l'entité s'est imprégnée de chaque individu dans son alter ego sexuel "pour une vie commune". Difficile à expliquer plus clairement, mais disons que l'entité s'est identifiée comme conjointe à chacun des époux par affinité naturelle dans sa nature polymorphe mais aussi parce que cela lui convenait parfaitement pour obtenir les travers conscients et inconscients auxquels elle désirait aboutir, manière très astucieuse de procéder!

pentacle1Le couple est catholique croyant mais non pratiquant. S'il s'était agit de musulmans ou de représentants d'autres religions, il aurait donc fallu avoir recours à un autre praticien car les convictions n'auraient pas correspondu. Beaucoup de gens sont croyants mais ne vont pas à la messe tous les dimanches. Ce n'est pas catastrophique et ce n'est pas non plus pour cela qu'ils risquent d'avoir une telle entité chez eux. Mais dans le cas présent, le fait de renouer avec la cérémonie dominicale, dans l'église de leur choix (si la façon de célébrer d'un curé particulier ne correspond pas à leurs attentes, il y a assez d'églises dans le coin) cela a au moins pour effet de bouleverser un peu les habitudes des époux, de les modifier favorablement et ce point ne va pas plaire du tout à l'entité qui est dans l'autre camp. Il s'agit en fait aussi de faire comprendre à l'entité que c'en est fini de faire à sa guise, on ne va plus la tolérer on ne va plus l'accepter et elle a intérêt à s'en aller car les choses vont changer et la nouvelle vie qui s'annonce ne lui conviendra plus.

Dans le même ordre d'idées, notre praticien conseille de se débarrasser au moins provisoirement de tous les livres qui traiteraient d'autres religions, de toutes les figurines éventuelles que l'on utilise parfois (et même souvent) pour décorer sa maison: ce sont des bouddhas, des statues indoues, etc. C'est peut-être très joli (pour qui aime ce style) mais c'est aussi très contradictoire au niveau religieux, remettons donc de l'ordre dans tout ce bazar! Tant qu'à faire, le fait de disposer chez soi d'une simple Bible n'est pas une mauvaise chose. En tous cas, cela fait rarement du tort! En revanche, cela entre en pleine concordance avec les nouveaux principes. Pas besoin de faire les frais d'un exemplaire luxueux, un format de poche peut très bien suffire. L'important, c'est ce qui est écrit dedans!

Assez incroyable mais vrai, il n'y avait chez ce couple quasiment aucun crucifix et très peu d'objets religieux. Cela peut facilement se corriger à peu de frais. Mais l'urgence n'est pas là. Le principe général consiste simplement à retrouver une concordance entre ses convictions religieuses profondes et les apparences de la maison ainsi bien sûr que la vie au quotidien.

Après quelques autres conseils du même genre, le praticien procède au rituel proprement dit.

Pour cela, il utilise deux bâtonnets d'encens à la lavande  pour créer une ambiance propice et purificatrice et pour s'attirer les faveurs de l'Archange Saint Michel qui est non seulement son protecteur (comme pour Monsieur F. et pour Madame G. !) mais aussi le spécialiste entre tous pour lutter contre les entités malfaisantes. Pour pouvoir déterminer le nom de l'Archange protecteur spécifique des personnes il a fallu faire quelques calculs qui proviennent d'études sérieuses issues de la rigueur judaïque de rabbins spécialisés.

pentacle2Avant même la visite sur place du praticien, celui-ci avait communiqué le texte d'un psaume dont la lecture fréquente avait déjà eu pour effet de calmer un peu l'entité, mais ce n'était manifestement pas suffisant.

Le rituel se poursuit en allumant les bougies de neuvaine dans un ordre spécifique, le respect d'une hiérarchie méticuleuse dans laquelle il importe de ne commettre aucune erreur. Les bougies ne peuvent pas non plus être allumées à l'aide d'un briquet mais avec des allumettes. Ces bougies allumées ont seulement pour effet de faciliter le passage des prières ou invocations. Les humoristes diront que cela parvient toujours bien à son destinataire mais que c'est un peu comme si on mettait un timbre Prior sur l'enveloppe!).
Cela une fois fait, le praticien se concentre, se recueille et demande d'abord humblement l'assistance du patron de sa paroisse (Saint Vincent), c'est en quelque sorte le premier intermédiaire de la démarche entamée. C'est lui qui va aller frapper à la porte du bureau du dessus, en espérant qu'il ne soit pas en réunion...

Il lui demande le droit de solliciter l'aide du patron en question et le pouvoir de procéder en son nom. (Signalons à ce sujet que, pour réaliser ce rituel, notre praticien a du respecter nombre de règles strictes, les plus évidentes dans l'immédiat étant l'interdiction de fumer, de boire ou de manger avant le rituel. Cette interdiction de fumer est cruellement vécue chez un fumeur aussi acharné, celle de boire est proche de l'intolérable quand il faut lire une centaine de pages et donner des explications en plus, tout cela après 125 km en voiture. Mais ce ne sont pas les seuls interdits ni les seules obligations, ceci pourrait faire l'objet d'un chapitre particulier et serait donc trop long à faire figurer ici. Nous avons été positivement étonnés de ce nombre de règles, mêlant respect, humilité, sincérité, pureté, hiérarchie, protocole, etc.)

Cela une fois fait, on sollicite à présent le super spécialiste de la question: l'Archange Saint Michel lui même. C'est lui qui, grâce à l'invocation antique faite en son nom, au moyen de psaumes habilement choisis, transmettra en fait l'avis d'expulsion de l'entité. Pas question de se soustraire à cette autorité.
Le rituel se termine par la prière classique du Notre Père et par la remise en place des différents objets, toujours dans un ordre strict et protocolaire.

Le rituel n'a duré que quelques minutes tout au plus, mais il est tout particulièrement efficace, paraît-il. Nous ne nous permettrons pas de prétendre le contraire, mais quant à nous, nous préférons attendre que les principaux intéressés viennent nous dire ce qu'il en est!

Après deux à trois heures de dialogue, notre praticien peut enfin accepter une tasse de café et griller une cigarette. On en profite pour mettre les dernières choses au point, donner les dernières explications, les derniers conseils.
La question, bien légitime du couple concerné résidait dans le fait de savoir si cela allait marcher et ce qui se passerait dans le cas contraire.
Notre praticien leur a expliqué que le rituel marcherait certainement (nous ne parvenons pas, de notre côté, à comprendre comment on peut être aussi catégorique surtout dans de pareilles circonstances!), d'autant qu'il leur avait délivré quantité de psaumes appropriés, à réciter à volonté, un mode d'emploi pour fabriquer un manuscrit d'incantation à placer dans leur maison, des images de Saint Michel, une petite bougie de neuvaine (cadeau de la maison) et les conseils appropriés. De plus, il maintiendrait longtemps encore son influence à distance. Mais surtout, ce qui ferait fonctionner le processus, c'est leur travail personnel pour retrouver l'harmonie selon les préceptes édictés et la période de l'Avent. Cette période est particulièrement pénible pour toutes les entités dont l'existence est mise à mal. Le tout mis ensemble constituera immanquablement un traitement de choc dont elle ne se relèvera pas...

Épiloque

Les fêtes de fin d'année sont passées, puis encore une quinzaine de jours. Soit, au total, environ un mois. Et un mois après l'intervention de notre praticien, un truc invraisemblable se produisait. Oh, bien sûr, on pourra facilement mettre cela sur le compte de la simple et pure coïncidence mais quand même, il s'agit à n'en pas douter d'une coïncidence remarquable!
A 19h12, ce dimanche 16 janvier 2005, le praticien envoyait le mail suivant:

Madame, Monsieur, Juste un petit mot pour vous demander quelles sont les nouvelles et quelle est l'évolution de votre situation.
J'ose espérer que les conseils prodigués, le rituel mis en oeuvre et les possibilités que j'ai mises à votre service vous permettent de gagner en harmonie et de lutter avec efficacité contre l'adversité.
A l'heure actuelle, bien que je n'aie pas évalué spirituellement la chose, l'entité dont vous avez été victime ne devrait plus se trouver dans votre demeure et vous devriez constater une nette amélioration.
Je formule également mes meilleurs souhaits quant à la santé de Madame.
N'hésitez pas à me contacter pour tout renseignement complémentaire.
Bien à vous,

P.

Il appuie sur le bouton "envoyer - recevoir" de sa messagerie, le message part, d'autres arrivent. Dont un, signé de la famille F.-G. et disant ceci:

bonjour
je me permet de vous envoyer ce mail affin de vous donné de nos nouvelles.
après avoir suivit vos conseils ils nous semble que tout serais redevenu normal en effets.
après la deuxième semaine qui a suivit votre visite nous avons eu quelques chamboulement avec l' éclairage dans la cuisine et la salle de bain, puis plus rien nous n' avons plus constatés de troubles .
Sachez que nous vous en sont très reconnaissant , nous pouvons enfin profité d' une sérénité familiale encore merci pour tout
bien a vous Mr et Mme F.

Hé bien ça alors! Il y a donc des cas où le CERPI doit bien s'incliner. Nous reconnaissons notre incapacité à avoir pu donner des explications scientifiques satisfaisantes et suffisantes et nous reconnaissons donc aussi que notre praticien s'est montré le plus fort, en utilisant pour cela toutefois des procédés que nous ne reconnaissons pas, qui visiblement n'ont fait de tort à personne... que du contraire!