Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La maison qui saigne - vers les conclusions (suite)

appareilNous l'avons dit, le grenier de la maison était considéré par Mme Simon comme l'un des hauts lieux de hantise. De longue date, elle ne s'y rendait plus car les expériences qu'elle avait vécu étaient par trop traumatisantes, trop éprouvantes et effrayantes. Pour elle, il ne faisait aucun doute que les entités exerçaient là leur pouvoir maléfique. Nous avions donc bien sûr toutes les raisons du monde pour y aller et apprécier par nous mêmes.

Ce grenier est plutôt exigu et rempli de boîtes conformément aux habitudes de la maison. Il y fait relativement froid mais ce n'est pas une surprise, il est bien rare que l'on chauffe les greniers. Toute notre équipe s'y promène sous le regard inquiet de Mme Simon qui nous accompagne en dépit de ses craintes. Nous y réalisons quelques photos, avec ou sans flash mais avec le même résultat négatif (du moins si l'on se base sur le fait que la présence d'orbes aurait été significative). Nous remarquons la présence d'un crucifix. Bon! Pourquoi pas, bien sûr. Pourtant, la présence d'un crucifix, même de petite taille, a quelque chose d'un peu inhabituel dans un grenier, mais soit.
Pendant que J., abonné aux échelles, s'aventure aux abords d'un recoin sombre qui surplombe l'endroit (et dans lequel nous préférons ne pas pénétrer car nous ne disposons pas de vêtements de rechange...), Bernard prend attention à ses ressentis personnels, tout comme R. d'ailleurs, observe, réfléchit, écoute et pose des questions. Michel quant à lui, prend des mesures avec son multimètre et ses sondes, température, hygrométrie, quantité de lux, de décibels, variations de tension, tout y passe. Sans aucun résultat notoire: tout est parfaitement normal.

Pourtant, ce qui avait déjà été remarqué dans une moindre mesure dans les locaux immédiatement en dessous (les chambres) apparaît ici comme plus évident et il en fait part aux autres membres de l'expédition. Bien que cela ne soit pas extrêmement spectaculaire, la boussole a tendance à s'affoler et à perdre le nord. En fait, déjà dans les chambres, l'aiguille avait une nette tendance à se positionner dans une position transversale, indiquant donc l'Est et l'Ouest, puis à revenir péniblement vers une orientation normale, se remettre à osciller en semblant hésiter pour finir par indiquer le nord comme toute bonne boussole qui se respecte. Dans le grenier, les choses sont différentes: la position transversale est nettement plus marquée, le retour à la normale paraît très difficile, les hésitations préalables sont manifestes et persistent dans une marge de 15 à 20°, ce qui n'est tout de même pas rien. On prendra une photo de la boussole dans cet état inattendu mais il y aura surbrillance à cause du flash (nous essaierons toutefois de la récupérer et de la forcer au contraste).
Quelle conclusion attendre de pareil comportement de la boussole? Hé bien tout simplement qu'il existe une influence magnétique bien sûr et le plus simple est d'incriminer les deux usines à métaux qui se trouvent à proximité immédiate. Ce n'est pas cela qui provoquera l'apparition de fantômes, juste un point de géobiologie tout au plus. Il y a d'autre part dans cette maison quantité d'appareils électriques métalliques dont il faut aussi tenir compte. Dans le temps, expliquera M. Vanbockestal, j'avais acheté une toute petite boussole à 2F50. Quand j'étais chez moi elle m'indiquait la position du radiateur!

Le recours au pendule ne donnera rien de significatif en ces lieux et pas plus au grenier qu'ailleurs il n'y aura de ressenti particulier de la part de nos sensitifs.

caveL'examen des caves était lui aussi très attendu. Il y avait à cela une raison majeure: le petit garçon de quatre ans (qui, lui, VOIT, paraît-il, les entités) y discerne deux types de présences qu'il appelle dans son langage enfantin: "des méchants-méchants et des méchants-gentils". Il y aurait donc deux types d'entités en ces lieux. Peut-être certaines hostiles et les autres protectrices? Voyons cela.

N'ayons pas peur des mots, ce n'est pas M. Simon qui dira le contraire puisqu'il nous accompagne pour la circonstance et il l'avoue lui même: les caves sont très en désordre! (Pfff! Si vous voyiez les miennes...) On y trouve de tout, des jouets, des matériaux divers, des chaudières, des boîtes (bien sûr!), même une demi Twingo! Mais on n'y trouve absolument pas la moindre trace de quelque entité, méchante ou gentille. Toujours pas le moindre ressenti des sensitifs réunis. Les photos ne révèlent aucun orbe (avec un peu de bonne volonté, elles révéleraient plutôt du désorbe, mais le mot n'existe pas!). Le pendule reste complètement indifférent comme les appareils de mesure.
Mieux, M. Simon que nous voyons quasiment pour la première fois en aparté, nous avoue que, pour sa part, il n'a JAMAIS rien remarqué de spécial, ni dans ses caves, ni au grenier, ni nulle part ailleurs dans la maison en fait.

Voilà qui est à la fois très rassurant pour ces gens et à la fois très triste pour notre investigation qui en prend encore un coup. D'une maison hautement hantée dont on nous avait parlé au départ il ne reste plus qu'une maison très normale, du moins dans son apparence structurelle, sa configuration. Le reste appartient à des considérations très personnelles qu'il ne nous est pas permis d'aborder. Tout simplement parce que ces gens ont déjà été bien gentils de nous accueillir, très patients et permissifs et nous sommes venus ici en professionnels dans le cadre d'une investigation scientifique qui ne peut en aucun cas déborder de son objet.

Mais alors qu'allons-nous pouvoir conclure? Quel article allons-nous publier? Il y a sur ce point beaucoup de choses à dire et elles seront sans doute plus intéressantes que l'investigation proprement dite... Mais ce n'est pas tout! Qu'allons-nous aussi pouvoir proposer à ces gens dont la souffrance est pourtant manifeste? Car il est vrai que nos coeurs ont envie de les aider, on ne peut pas les laisser dans le pétrin. Nous sommes peut-être passés à côté de certaines choses importantes malgré tout le sérieux avec lequel nous avons mené notre enquête.

Sur la photo du haut, on voit M.Vanbockestal qui utilise l'un de ses appareils, en vain...
Sur la photo du bas, l'une des caves de la maison. Du bazar mais rien de bizarre.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.