Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La Chapelle Apolline

passagePour ceux qui l'ignoreraient encore, en certaines occasions le CERPI aime à joindre l'utile à l'agréable et à mélanger l'aspect sportif à ses pôles d'intérêt. Occasions et sport étaient assurément de maîtres mots en la circonstance puisque nous étions le dernier samedi du mois de juin (traditionnellement la date du fameux sabbat des sorcières d'Ellezelles) et que le club de marche des Trouvères d'Ellezelles organisait une ballade (la promenade de Quintine, la fameuse sorcière) sur ses terres (7, 14 , 25 et 50km).

Il faut bien le dire, d'une part la région est bien connue des marcheurs pour sa difficulté (le vallonnement assure des montées carabinées et des descentes qui re-cassent les jambes, mais le parcours est de toute beauté!), d'autre part les récentes intempéries avaient rendu certains passages pour le moins aventureux.

C'est donc tout au long de sentiers encaissés et gorgés d'eau et de boue, au travers des bois ou des petits chemins de champs, par monts et par vaux que l'on pouvait trouver certains membres du groupement, pas vraiment venus là dans le but fondamental de mettre la main sur de nouveaux mystères. Mais on le sait, ceux-ci viennent bien souvent d'eux-mêmes et cette fois encore, cela a été le cas.

C'est en fait alors que la marche touchait tout doucement à sa fin, dans les derniers kilomètres donc, que le CERPI fit sa "découverte". Oh! Il s'agit d'une découverte qui ne défrayera certainement pas la chronique des phénomènes de l'étrange, mais quand même une trouvaille qui ne laissera pas de soulever de nombreuses interrogations comme nous allons pouvoir le constater.

De quoi s'agit-il?
Or donc, nous cheminions à travers la nature quand, probablement au moment où l'on s'y attendait le moins (et pour la petite histoire, nous avons d'ailleurs bien failli passer à côté sans rien remarquer, fatigués et heureux de savoir la fin de l'effort tout proche, mais néanmoins soucieux de l'existence quasiment assurée de l'une ou l'autre dernière méchante côte) que le boss fit brusquement marche arrière (ce qui n'est pas dans ses habitudes!) en s'esclaffant: "Mais qu'est-ce que c'est que cette chapelle?"

chapelleLe long de cette petite route du Grand Monchaut, laquelle porte (sauf erreur) le nom de "rue du Dieu des monts", ce qui ne s'invente pas, fichée entre deux arbres et très délabrée par les intempéries et la vétusté, se dressait effectivement une petite chapelle qui serait passée facilement inaperçue sans l'esprit observateur du patron. Mais une fois arrivés à son entrée unique, il était sûr que nous avions mis le doigt sur un point intéressant dans le cadre de nos occupations.

Point de porte pour cette chapelle. Depuis longtemps sortie de ses gonds, elle a probablement dû être l'une des premières parties de l'édifice à subir les outrages du temps ou des mauvaises intentions et la "visite" inspire immédiatement à la fois la méfiance quant à l'esprit superstitieux villageois et le respect quant aux traditions religieuses. Le toit est également très abîmé et il est clair, désormais, que l'intérieur du bâtiment souffre systématiquement de toutes les précipitations. Il ne faut donc pas s'étonner de n'y trouver aucun meuble, sauf une petite chaise en plastique, tant il est évident que si elle en a jadis possédé, il y a belle lurette que ceux-ci ont été déménagés afin d'assurer leur sauvegarde. On trouve, de chaque côté, une petite fenêtre pourvue de barreaux qui ajoutent au caractère un peu sinistre de l'endroit. Le sommet de la chapelle est surmonté d'une croix elle-même incomplète.

Mais c'est assurément l'intérieur et sa décoration qui étonnent et intriguent.

Le fond de la chapelle présente un immense dessin représentant une dame blonde qu'il est tout d'abord impossible d'identifier. Mais des inscriptions pour le moins étranges nous renseignent, des inscriptions peintes également à même le mur:

 

"Sainte Apolline, vous qui avez tant souffert,
Je viens vous prier pour ma dent,
Si c'est une gâture, dites-lui de TOMBER
Si c'est une carrie, dites-lui de SAUTER

RAGE DU MONDE
RAGE DE DENIS

Sainte Apolline vous l'ordonne,
Allez-vous-en à l'instant!

interieurDans le mur du fond, on aperçoit plusieurs ouvertures dans lesquelles se trouvent encore un cierge, des bougies, des chauffe-plat et même quelque menue monnaie assez récente qui, protégée seulement par quelques toiles d'araignées, témoigne de ce que la chapelle est encore utilisée sporadiquement pour quelques invocations!

Nous nous sommes bien gardés de profaner l'endroit de quelque manière que ce soit. Loin de nous donc l'idée saugrenue d'emporter ladite monnaie, très probablement laissée là en guise de reconnaissance pour une faveur obtenue. Évitant soigneusement d'encore apporter quelque malencontreuse déprédation supplémentaire à l'endroit, nous nous sommes contentés de le mitrailler à l'aide de l'objectif et, ce faisant, nous avons remarqué une autre inscription:

Notre Dame du Mont Carmel
Mère de tout silence et de toute solitude,
Mère de toute contemplation,
Je te salue et te peins.

Comme on le voit sur les photos, les différentes peintures, assez naïves, mettent aussi en scène un arbre, un bosquet, un soleil et une zone blanche difficile à interpréter. Ce qui étonne encore, dans cette chapelle déjà pour le moins étrange, c'est la présence d'un immense chapelet accroché au mur. Il s'agit à coup sûr de l'un de ceux que nul ne peut prétendre se mettre au cou tant ses proportions sont démesurées. Par terre, figurent encore l'un ou l'autre vase qui traînent, intacts, sur une très généreuse couche de poussière, de terre et même d'herbes naissantes ou de mousses.

Mais un autre élément ne pouvait manquer de susciter notre curiosité: dans le fond de la chapelle, à même le sol, se trouve une dalle dont les inscriptions ont été partiellement effacées mais que quelqu'un veille fréquemment à dégager afin de rendre la lecture toujours possible, en dépit de l'outrage du temps:

dalleOn y évoque la construction de ladite chapelle à une date qu'il est difficile de préciser mais qui se situe certainement au XIXème siècle au plus tard puisque des inscriptions un peu plus lisibles disent que l'on a procédé à sa reconstruction en 1887. Bien sûr, le nom de Notre-Dame du Mont Carmel y est également indiqué et on aperçoit aussi le nom de "Pierre Deportemont" tout en évoquant aussi ses descendants.

Dans l'immédiat, il était impossible de tirer plus de cette chapelle, mais il était clair que nous allions tenter d'en savoir plus dès notre retour. Avant de nous en aller, nous avons toutefois encore tiré pas mal de photos, sous des angles différents, en espérant que la chapelle nous livrerait ultérieurement ses secrets. Nous étions pleinement rassurés à ce sujet: la région d'Ellezelles entretient une large documentation sur l'ensemble de son patrimoine touristique et folklorique, comme il se doit.

Disons encore, pour être complets, que nous avons pu ressentir la présence d'entités à cet endroit. Nous n'épiloguerons toutefois pas sur ce sujet car les circonstances se prêtaient fort peu à l'investigation médiumnique.

Il était facile d'imaginer que le club de Marche des Trouvères d'Ellezelles avait bien entendu permis aux sportifs de croiser l'édifice au gré de sa promenade ardue en le faisant figurer expressément sur le parcours, au même titre que les autres curiosités locales, souvent en rapport avec le surnaturel puisque, rappelons-le, les terres sur lesquelles nous évoluions connurent de hauts faits de sorcellerie. Il s'agit d'ailleurs précisément du thème principal des réjouissances qui auraient lieu le même jour au soir, lors du fameux sabbat avec la reconstitution de la mise à mort de la sorcière Quintine, dont le père spirituel n'est autre que le désormais célèbre et regretté Jacques Vandewattyne. Nous étions donc persuadés que le simple fait de se renseigner auprès des organisateurs suffirait à éclairer notre lanterne. Or, il n'en fut rien. Chacun se renvoya la balle (et la patate chaude comme on dit) mais aucun interlocuteur interrogé en la circonstance ne put nous donner le nom de la chapelle, sa raison d'être, la légende qui s'y rattache presque immanquablement, etc.

Il ne nous restait donc plus qu'à prendre la route du retour vers Soignies et de nous tourner vers cette immense réservoir de savoir qu'est le Net.

Hé bien! Là encore, ce fut chou blanc! Et c'est là que les choses deviennent plus étranges encore: il semble bien que les origines de la chapelle Apolline (comme nous l'avons momentanément surnommée) se perdent dans la nuit des temps et que nul récit ne puisse être trouvé à son propos dans les annales. Le nom "Deportemont" est très répandu dans la région et résiste donc vaillamment aux investigations tant celles-ci s'annoncent dissuasives. Les lieux-dits du coin, tels l'Arbre Saint-Pierre ou le Grand Monchaut nous renvoient soit à d'autres chapelles, manifestement sans rapport, ou à des festivités locales également étrangères à l'édifice en question. A un certain moment, nous avons bien cru avoir réussi à percer le mystère de la chapelle lorsque nous trouvâmes un nom: "chapelle de la musaraigne - dédiée à Sainte-Apolline, évoquée contre les maux de dents". Malheureusement, après vérification il s'agissait d'une chapelle située dans le pays de Herve, soit à des dizaines de kilomètres de là!

Bien sûr, nous avons pu trouver des renseignements sur le Mont Carmel et sur Sainte Apolline elle-même. Mais ces renseignements étaient tout à fait généraux et ne répondaient en rien à nos interrogations. Nous avons décidé de poursuivre l'enquête, notamment en nous adressant aux éminences touristiques de la région.

La seule chose qu'il soit possible d'avancer en la matière est qu'il est fort peu probable que cette chapelle ait été utilisée jadis par la "brave" Quintine (rappelons qu'elle fut accusée à tort, suite à toute une histoire que vous pourrez lire dans nos pages consacrées à Ellezelles) car sa construction devait lui être ultérieure puisque la sorcière vécut au 17ème siècle, soit un siècle auparavant. Mais rien ne dit que les multiples reconstructions de l'édifice dont nous venons de trouver la dernière version ne remonte malgré tout à l'époque en question. Nous allons donc aussi consulter l'abondante documentation mise à notre service par le grand Jacques Vandewattyne lui-même...

Ce ne sera finalement que bien plus tard que nous avons compris une partie de la problématique relative à la chapelle en question.  Peut-être est-elle liée à des affaires de sorcellerie ou en tous cas de superstitions, mais ce n'est pas ce point-là qui avait justifié le ressenti de notre leader, mais bien le nom de "Deportemont".  M. Vanbockestal avait, dans les années 80, interviewé le fameux Jules des Collines, un chanteur wallon à succès, qui était aussi le père de Rudy Cambier.  Il se fait que "Deportemont" est le nom de jeune fille de sa maman.  Rudy Cambier est le philologue local qui a fait la lumière sur Nostradamus et son imposture, c'est aussi sur ses terres que se trouvent le trésor des Templiers!
Sans le savoir, M. Vanbockestal était en possession des éléments qui permettaient de remonter indirectement au trésor... à quelques centaines de mètres près!

Suite


Vous pouvez nous aider !

La vie des chercheurs et enquêteurs du CERPI n'est pas facile.  En fait, tout est contre eux : beaucoup de travail "pour le plaisir" (aucune rémunération, bénévolat total, pas le moindre subside), opposition des sceptiques, des zététiciens, des médias, d'une concurrence parfois stupide, désinformation sournoise, agissements douteux de jaloux, bref : un monde de requins !
Pourtant des vérités restent à découvrir, des gens ont besoin que l'on s'occupe d'eux, qu'on les écoute, qu'on les rassure face à des manifestations qui les inquiètent, voire les terrorisent.  Il leur faut une solution... Le CERPI est là.
Oui mais, qui est là pour le CERPI ?  Nous devons y aller de notre poche pour nos déplacements, notre documentation, nos recherches, nos appareils, nos batteries, nos fournitures, l'hébergement et l'entretien du site.  C'est bien connu, les associations telles que la nôtre ne peuvent faire qu'avec les moyens du bord, beaucoup de bonne volonté, des trucs et des astuces, des économies de bouts de chandelles.  Mais vous pouvez nous aider de plusieurs manières :

En devenant membre du CERPI OU en devenant correspondant OU en devenant enquêteur.

N'hésitez pas !  Nous vous en demandons peu.  Nous donnons énormément !