Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

La demeure du chaos

Photo 1Saint-Romain-au-Mont-d’Or, charmant village de pierres dorées, paisible et cossu, idéalement situé à quelques kilomètres de Lyon.

Un paysage de carte postale? Pas exactement. Depuis sept ans déjà, une étrange bâtisse déplace les curieux et fait parler d‘elle dans la région. Ici, tous la connaissent sous le nom de «la Demeure du Chaos».

Magnifique propriété de plus de deux hectares, dont une partie des constructions remonte au Moyen Âge, le «Domaine de la Source» fût tout à tour, une grosse ferme, un établissement religieux et enfin un relais de diligences pour les services postaux.

Mais à partir de 1999, le bâtiment change. Les passants s’arrêtent, surpris. Peu à peu, la nouvelle se répand et les gens viennent par dizaines admirer «la Demeure du Chaos». Certains tiennent des propos peu élogieux, d’autres la qualifient d’œuvre d’art, des familles y amènent leur enfants. Une chose est certaine, l’étrange maison ne laisse pas indifférent.

Il faut dire qu’elle a de quoi choquer avec son mur d’enceinte couvert de portraits géants de terroristes, de criminels et de scientifiques.

 

Photo 2Des portraits? Oui, mais pas seulement. Estampes, affiches, sculptures, Christ en croix et têtes de morts côtoient des blasons, des sceaux et des signes de guerre. Cette profusion de symboles ésotériques donne une dimension mystique à l’ensemble de la résidence. Les portails de fer rouillés et la peinture rouge dégoulinant des arbres contribuent à faire de cette «Demeure» un décor de film d’épouvante.

Mais le cauchemar ne s’arrête pas là. Bâtisse et terrain sont éventrés, victimes d’une pluie de météorites (en réalité de grosses pierres, jetées délibérément sur la propriété à l’aide d’une grue.

Dans la cour, des carcasses de voitures et d’avion offrent aux passants un paysage désolé. Enfin, murs et toitures portent les marques visibles d‘un incendie (cette carbonisation est à la fois l’œuvre du feu et le fruit d’un long procédé artistique). L’ensemble est recouvert de dizaines de salamandres, de toutes formes et de toutes tailles. 

Pourquoi la salamandre? Certes, la peau de ce reptile amphibien sécrète une substance corrosive qui n’est pas sans rappeler le côté «agressif» de la maison. À la Renaissance, la salamandre était également l’emblème des imprimeries du Roi. Son image scellait les textes de l’État. Enfin, cet animal très ancien et particulièrement résistant (notamment au feu) est un symbole alchimique puissant, représentant l’immortalité. Dès lors, faut-il voir un message d’espoir dans cette profusion de salamandres? La vie plus forte, la violence, le carnage et le feu? La réponse est peut-être plus personnelle. En effet, la salamandre sert également de logo au célèbre «groupe Serveur», fondé par le propriétaire des lieux.

Photo 3Fils unique d’une famille de la haute bourgeoisie lyonnaise, Thierry Ehrmann, fréquente de nombreux établissements privés. Son percepteur, un prêtre dominicain, l’aide à parfaire son éducation. Jeune adulte, il intègre la faculté de théologie, mais renonce rapidement aux études afin de se consacrer à sa passion: Les nouvelles technologies. Visionnaire, il croit au fort potentiel d’Internet et crée en 1987 le «groupe Serveur». Quelques années plus tard, il devient l’heureux propriétaire de «Artprice», leader des banques de données et d’informations sur le marché de l’art. Ce génie des affaires compte aujourd’hui parmi les quatre cents plus grosses fortunes de France.

Pourquoi un personnage aussi brillant, a-t-il transformé son domaine en hymne au chaos? S’agit-il d’une révolte contre la bourgeoisie? D’une volonté de choquer son entourage? Certes, Thierry Ehrmann ne craint pas le scandale. Cet ancien franc-maçon reconnaît fréquenter le milieu échangiste, se vante d‘être bigame et se revendique damné. En faisant de sa «Demeure» son lieu de résidence et le siège social de sa société, Ehrmann espérait susciter la polémique, amener des gens à se poser des questions sur le sens de la vie, la différence entre le beau et le laid, le bien et le mal… Rappelons tout de même que quarante-cinq artistes, dont le célèbre Ben, ont travaillé sur cette «œuvre» qui a déjà coûté plusieurs millions d’euros à son propriétaire.

Photo 4En 2001, la vision du monde de Thierry Ehrmann est bouleversée par les attentats du 11 septembre. Les travaux autour de sa «Demeure» s’en ressentent. Sa propriété de Saint-Romain-au-Mont-d’Or devient un chantier permanent.

Cet hommage à la mort, à la torture et à la destruction n’est pas du goût de tout le monde. Dans un village classé, ou le moindre travaux nécessite une autorisation de l’architecte des Bâtiments de France, l’originalité du milliardaire déclenche la colère des voisins. 

 

La municipalité considère l’«œuvre» comme une mauvaise publicité qui ternit l’image du village. Elle dépose plainte contre l‘homme d‘affaires. Ehrmann se défend. Il a déclaré son projet auprès du ministère de la culture et peut donc intervenir dessus librement. En effet, l’Art échappe théoriquement aux règles de l’urbanisme…

Lors d’un treizième et dernier jugement, le Tribunal a reconnu la «Demeure du Chaos» comme une œuvre unique qui aurait dû faire l’objet d’une déclaration de travaux préalable. Bien que condamné à remettre sa propriété dans son état initial, Thierry Ehrmann ne compte pas en rester là. Il a décidé de faire appel. En attendant, il poursuit ses étonnantes transformations.

Pour en savoir plus:
 www.demeureduchaos.org

 

Épilogue?

Photo 5Amis des arts et du désordre, l'appel est lancé afin sauver la Demeure du Chaos. Comme vous le savez peut-être, ce temple de la mort et de la destruction est menacé par la justice. La fortune du propriétaire des lieux ne le place plus au-dessus des lois !

Petit rappel des faits pour les non initiés:

09/12/1999 - Le milliardaire Thierry Ehrmann débute les travaux dans sa demeure classée du XVIIe siècle, à Saint-Romain au Mont d'Or.

11/09/2001 - L'attentat des tours jumelles bouleverse l'Europe. Thierry Ehrmann exprime son émotion à traverse l'art. Les transformations dans sa demeure s'accélèrent.

Année 2004 - La municipalité de Saint-Romain au Mont d'Or, représentée par le Maire Pierre Dumont, attaque Ehrmann en justice pour non-respect des règles d'urbanisme.

16/02/2006 - Le Tribunal condamne Thierry Ehrmann à remettre sa demeure en l'état sous peine d'une astreinte de 75 euros par jour. Le milliardaire fait appel.

13/09/2006 - La Cour d'Appel de Lyon condamne Thierry Ehrmann à une amende de 200000 euros pour « absence de déclaration préalable d'une œuvre supérieure à 40 m3 », sans obligation de remise en état du bâtiment. Première victoire pour Ehrmann? Le Parquet de Lyon et la municipalité de Saint-Romain se pourvoient en Cassation.

11/12/2007 - Arrêt de la Cour de Cassation de Grenoble qui casse et annule l'arrêt de la Cour d'appel de Lyon du 13/09/2006. Ehrmann porte l'affaire en Correctionnelle.

17/11/2008 - La 1ère Chambre Correctionnelle de la Cour d'appel de Grenoble ordonne la remise en état du bâtiment dans un délai de 9 mois et condamne Thierry Ehrmann a une amende de 30000 euros. Le milliardaire demande un deuxième pourvoi en Cassation.

15/12/2009 - La Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, rejette le deuxième pourvoi et confirme la décision de la Chambre Correctionnelle.

Vous l'avez compris, Thierry Ehrmann a épuisé tous les recours possibles en France. Reste la possibilité de porter l'affaire devant la Cour Européenne des droits de l'homme. Nous ne doutons pas qu'il le fasse…

 

Accédez à un superbe diaporama sur la demeure du chaos en cliquant ici.

Nous devons cet article à Mme Sylviane Putinier, correspondante du CERPI que nous remercions vivement.

UN SUCCÈS DU CERPI ?

Chaos_dedicacePour  cet article, la direction du CERPI a reçu en cadeau le Catalogue raisonné Tome 1 du Collectif de la Demeure du Chaos, un ouvrage de 1280 pages qui explique la genèse des 2500 œuvres constituant la Demeure et incluant les notes confidentielles des artistes, les contributions d'auteurs, de critiques et d'historiens de l'art.  Ce travail est dédicacé par Thierry Ehrmann.

Toutefois, tout le mérite revient essentiellement à Mme Sylviane Putinier, puisque c'est bien elle qui est l'auteur de notre article alors que nous nous sommes limités à la mise en page et à la publication.
Lorsqu'il nous arrivera de traverser la région lyonnaise, nous ne manquerons pas de rétablir cette injustice... même si, comme elle le dit elle-même: "Je n'ai pas écrit cet article pour avoir une "récompense" mais parce que je m'intéresse à l'étrange et cette maison n'est pas banale"!

Très bonne mentalité, Sylviane!  Et encore merci pour la collaboration.

M. Vanbockestal