Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le mystère de l'Ile de Pâque

Sans aucun conteste, lîle de Pâque figure parmi les lieux les plus étranges au monde en raison bien sûr de ses fameuses statues. De nombreuses questions restaient, jusqu'ici sans réponse quant à cette île et ces statues: qui les avait érigées? Comment? Ou plutôt: avec quels moyens puisque les habitants étaient plutôt primitifs et les statues pesaient des tonnes. Etc.

Nous allons répondre à ces questions ainsi qu'à d'autres, en nous ménageant un petit tour virtuel du coin, un peu de science et de logique.

Voyons d'abord les données générales livrées par Wikipédia:

L'Île de Pâques, en langue rapa nui Rapa Nui (« la grande Rapa »), en espagnol Isla de Pascua, est une île isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaï) et son écriture océanienne unique, le rongorongo.

L’île se trouve à 3680 km des côtes chiliennes et à 4050 km de Tahiti, l’île habitée la plus proche étant Pitcairn à plus de 2 000 km à l’ouest. L’île de forme triangulaire, d'environ 23 km dans sa plus grande dimension, couvre 166 km2. La population comptait 3304 habitants en 2002. Son chef-lieu (et unique village) est Hanga Roa.

Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques, le 5 avril 1722, et comptait alors près de 4000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d'isla San Carlos, mais l'Espagne s'en désintéressa par la suite ; des Français s'y installèrent après 1864 et l'île devint une possession chilienne en 1888.

Depuis 1995, le patrimoine exceptionnel de l’île est protégé et inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Des parcs ou réserves naturelles, parfois surveillés, enserrent les zones des vestiges. La communauté rapanui veille jalousement sur les traces de son histoire et constitue un pouvoir parallèle au gouvernement officiel chilien.

Cette île, la plus à l'est de toute l’Océanie, est célèbre pour ses vestiges mégalithiques des premières civilisations autochtones. Le patrimoine archéologique comprend environ 900 statues de basalte, les moaï, de 4 m de hauteur moyenne et près de 300 terrasses empierrées au pied de ces statues, les ahû.

Mais comment les statues sont-elles arrivées sur place, considérant leur masse et l'impossibilité apparente de les déplacer, surtout par des hommes primitifs. La légende dit qu'elles sont arrivées là "en marchant" ! Ben voyons!

D'autres théories mettent en scène des interventions extraterrestres ou celle de civilisations anciennes et pourtant très évoluées.

Nous croyons avoir déniché un documentaire qui ne soit pas tout à fait de cet avis...

Jusqu'ici, nous pouvons remarquer que la réalité semble déjà beaucoup moins fantastique qu'au début, ce qui n'enlève rien au mérite des habitants qui ont réalisé une véritable prouesse, très étonnante.  Mais le mystère y tient désormais moins de place.  Il n'empêche que tout n'est pas encore expliqué dans ces vidéos.  Ainsi par exemple le centre de gravité a été calculé à l'aide de l'ordinateur, ce dont ne disposaient évidemment pas les gens de Rapa Nui.  Dès lors, comment ont-ils fait ?

Il nous semble pouvoir répondre assez facilement a cette question, encore s'agit-il peut-être d'une solution de facilité: dans le cas de la deuxième vidéo, l'équipe de volontaires ne disposait que de deux jours pour reproduire l'exploit initial.  Le point du centre de gravité n'a été évoqué qu'en cours de route comme obstacle au déplacement du moaï.  Les gens de l'époque n'ont pas réalisé leurs statues en deux jours.  Sans doute leur a-t-il fallu des années pour mettre la technique au point.  On peut supposer, pensons-nous, qu'ils étaient beaucoup moins stupides ou "primitifs" (ignorants) que nous l'imaginons.  En outre, ils auront procédé par tâtonnements pour trouver l'endroit où, selon toute vraisemblance, devait se trouver ledit centre de gravité, par estimations sans doute de plus en plus précises au gré d'essais successifs infructueux.  Au bout d'un certain temps, c'est devenu une habitude, un "art".

Un autre point attire l'attention des amateurs de fantastique: la superficie de l'île serait de 161.8 km2 et cela donnerait un multiple exact du fameux nombre d'or déjà évoqué dans "La révélation des pyramides". Ce dernier se vérifierait sous toutes les déclinaisons et notamment par la distance séparant l'île de Pâque de la pyramide de Khéops. (16180 km).

Or donc, sur base de ces données, quelle est notre analyse?

1) La superficie indiquée ne correspond pas avec celle de Wikipédia qui note: 166 km2 et non 161.8 - 173 d'après geo.fr.; et même 162.5 d'après Le petit larousse Illustré.  Se pourrait-il que ces trois seuls organismes se trompent à ce point que l'on obtienne jusqu'à 11,2 km de différence?  Les déclinaisons du nombre d'or ont-elles désormais seulement une chance d'être exactes ?  Le triangle serait-il élastique et aurait-on pris les mesures juste au bon moment ?

On considère aussi que l'île est formée sur base d'un triangle, ce qui est apparemment vrai (dans la forme globale on voit effectivement cette forme géométrique)  Mais en réalité ce triangle est très irrégulier et son côté le plus long est très incurvé ce qui en fait, en exagérant, une sorte de  V aplati.  Dans ce cas, parler d'un côté de 16 km (pile!) et de 18 km (pile aussi) est un peu fort de café et ne peut répondre qu'à une appréciation assez grossière. D'autant qu'en fait de 18, ce serait plutôt... 23 ! Dans ce cas, on s'écarte encore plus de la valeur schématique qui se baserait sur un triangle parfait puisqu'il faudrait alors 14 et non 16 car (14*23)/2 pour obtenir 161 (mais pas 161.8).  Ensuite mettre les deux valeurs côte à côte pour retrouver le nombre d'or avec 16 et 18 pour en faire 1.618 est une approximation mathématique qui, d'une part, pourrait se retrouver dans nombre d'autres constructions ou situations géographiques sans aucun rapport (à moins que...), d'autre part émerge elle-même d'autres approximations dont la somme peut difficilement être très précise!

Autre calcul: si on considère que le côté le plus long fait 18 km (en admettant une précision pile poil) et que l'autre ferait 16 km, on a B*H/2 = 288/2 = 144 (km2)  ce qui est forcément faux puisque H n'est forcément pas égal à 16 mais inférieur (il s'agit d'un triangle!)  Il faut donc tenir compte de ce "trou" dans la base et, pour se rapprocher de la valeur à obtenir, adapter les extrémités.  Dans ce cas, obtenir le nombre exact devient un tour de force mathématique!  On a déjà vu que cela ne collait pas avec 23, lui-même contradictoire.

Quant à l'alignement présumé entre l'ïle de Pâque et la pyramide de Khéops que prend-on en considération?  D'un côté l'île elle-même ou bien l'emplacement exact des moaïs?  De l'autre côté: la pyramide elle-même en son centre ou bien le plateau de Gizeh qui est un tantinet plus grand que mon jardin ?  Lorsque l'on trace une ligne passant par ces points (il en faut au moins trois pour que l'on puisse parler d'alignement réel minimal), cela peut donc correspondre sur un schéma vu de très loin, dans lequel les éléments précis peuvent se situer un peu au-dessus ou un peu en-dessous à environ 50 km de différence (*2 = 100 km de marge)  Mais à 100 km près on peut faire correspondre beaucoup de choses et, par exemple, Soignies pourrait alors se trouver soit en Wallonie, soit en Flandre, soit en France et, avec un petit effort, aux Pays-Bas !

Conclusion: les affirmations sont à revoir - à moins bien sûr que l'on nous mente quant aux dimensions ou situations réelles, ce qui dans ce cas impliquerait un vaste complot qui se remarquerait dans toutes les données officielles.

Donc, ici, toutes les explications ne proviennent pas de nos recherches mais de celles déjà réalisées antérieurement et d'un peu de logique, cela n'explique pas tout mais on est en droit d'imaginer ce que l'on veut, y compris que les choses se soient passées de manière beaucoup plus naturelle que ce que l'on suppose.