Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Première photo d'orbe au monde... prise par un fantôme !

Décidément, les choses se bousculent au CERPI !  Cela arrive parfois, après une longue période de calme, un peu comme si les forces des ténèbres - en manque - se dépéchaient de rattraper le temps perdu !  Sauf qu'ici, en l'occurrence, elles semblent avoir accumulé un retard plutôt costaud et de revenir en force !

Le CERPI sur tous les fronts...

Alors voilà, tandis que nous étions - pour certains d'entre nous - occupés à "l'affaire Morax", une enquête hautement démonologique avec de très nombreuses ramifications que nous n'avons même pas encore toutes explorées pour l'instant (On ne peut pas être partout à la fois !), nous recevions des nouvelles assez hallucinantes de la part d'un groupe d'urbexeurs (nous parlions justement de ce genre d'activités, il y a peu...)  

Afin que nul n'en ignore, rappelons que les urbexeurs ne sont pas des enquêteurs, et encore moins "du CERPI" car il y a un monde de différence.  Pour nous, sans vouloir vexer personne, les urbexeurs sont de simples "amateurs" en quête de sensations fortes, des visiteurs de lieux désaffectés, certes sympathiques (les urbexeurs, pas les lieux..) le plus souvent dépourvus de mauvaises intentions mais aussi d'organisation sérieuse, de méthode d'enquête, voire de prudence élémentaire.  Le plus souvent, ces visites sont aussi sans suites.  
Mais, comme dans tout, il y a des exceptions.  Et, à force de visiter des endroits abandonnés, lugubres, inquiétants, pour le "fun", on finit un jour par tomber sur quelque chose d'important, ou de grave, ou de dangereux, ou tout à la fois.  C'est ce qui vient sans doute de se produire, tout récemment, dans le cas d'une visite d'urbex hors du commun.

De premiers renseignements assez flous

Dans un premier temps, l'info nous provient de seconde main et pêche gravement par manque de précision, mettant surtout l'accent sur le côté extraordinaire.  Il nous faut recadrer les témoins car, a priori on aurait quelque chose d'assez "fantastique" mais nageant en pleine approximation.  Nous ne pouvons pas nous contenter de "là-bas" et "de choses incompréhensibles", nous avons besoin de détails. Bien entendu, entre temps, nous nous sommes renseignés et nous avons parfaitement localisé les lieux, avec les coordonnées GPS précises, nous avons questionné nos témoins et obtenu de premiers documents, l'affaire suit son cours.  
Mais, pour des raisons évidentes, nous tairons l'emplacement en question afin de ne pas polluer notre propre enquête ou d'en arriver à une situation dans laquelle on verrait une affluence massive de curieux et d'illuminés de toutes sortes qui n'hésiteraient peut-être pas à vandaliser les lieux et d'autres choses aussi.  
Tout ce que nous vous dirons, c'est que cela se situe en Belgique, dans le Hainaut, pas trop loin de la frontière française, mais c'est tout.  Toutefois, déjà rien que cela devrait vous mettre la puce à l'oreille si vous êtes un habitué du CERPI.  Ca devrait vous dire quelque chose, même si - c'est entendu - le Hainaut c'est tout de même plus grand que le jardin de mon cousin et que la frontière française s'étale sur plusieurs kilomètres, comme la langue perfide de certains journalistes...

Le vif du sujet

orbe maylisOr donc, voilà nos urbexeurs qui arrivent sur ces lieux abandonnés et le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont macabres à souhait (oui, les lieux pas les urbexeurs, bon dieu !)  Et comme ils arrivent bouche bée face à un spectacle qui les laisse pantois, ils ont le (bon) réflexe de faire une photo et... de décamper !  Parce que cet endroit donne la chair de poule et, franchement, on n'aimerait pas s'y retrouver à minuit... Seulement voilà, les choses ne se passent pas du tout comme prévu...

En effet, une urbexeuse "veut" prendre une photo, elle en a bien l'intention et s'y emploie à plusieurs reprises mais... elle n'y arrive pas !  C'est - en fait - que l'appareil refuse d'obéir à ses injonctions !  
Le groupe est étonné comme on peut le comprendre et abandonne donc ce projet de photo.  C'est alors que, animé d'un solide esprit de contradiction, l'appareil déclenche enfin, au moment où on ne lui demande rien !  Seulement voilà, ce n'est pas tout !

CERISE SUR LE GâTEAU !

En effet, sur la photo, on voit ce que l'on appelle communément "un orbe".  Peu importe l'explication qu'on lui donne puisque le débat n'est pas de mise en la circonstance : le fait est que l'APN a fini par prendre lui-même une photo d'un orbe, en dédaignant les ordres donnés et en choisissant lui-même les circonstances de prises de vue !
Donc, à moins qu'il s'agisse d'un problème strictement technique difficile à envisager (l'appareil est de qualité, haut de gamme, n'a jamais présenté de dysfonctionnement, etc.)  peut-être avons-nous là le premier cas au monde où la photo d'un orbe aurait été prise par... un "fantôme" !

Quand on est dans le cas, sur place, cela donne à réfléchir.  Surtout dans le décor ambiant...

Oui car, nous le gardions pour la fin, les lieux sont clairement orientés rituels sataniques, avec un autel, une croix, des tags de monstres, etc.  Largement de quoi mettre mal à l'aise.  Mais alors, si en plus, les appareils commencent à n'en faire qu'à leur tête et si les esprits des défunts commencent à se prendre en "selfies", là ça "débloque" bien et il sera donc bien nécessaire que ces lieux reçoivent la visite de véritables enquêteurs du CERPI !

Merci aux urbexeurs concernés...

Nous vous tiendrons bien entendu au courant du développement de cette enquête qui comporte assez d'éléments bizarres.

L'avis du CERPI

Dans un esprit cartésien tel celui du CERPI, il convient évidemment de rester prudents quant aux conclusions, lesquelles - dans pareilles conditions - se feraient trop aisément de manière hâtive.  C'est aussi pourquoi nous avons pris soin de mettre notre "première photo mondiale" entre guillemets et sous la forme conditionnelle, ainsi que le terme très générique de "fantôme".
Ce sont des urbexeurs qui sont allés sur place et non de vrais enquêteurs du CERPI.  Cependant, nous avons de bonnes raisons de croire qu'ils ne nous rapportent pas des bobards.  Nous les connaissons bien !

Ils n'ont en tous cas certainement pas inventé la nature des lieux, réellement inquiétante.  

Il y a bel et bien une photo, même si cela ne constitue pas une "preuve" (et puis, une preuve de quoi, sinon d'une présence (photographique) dont l'origine est elle-même très controversée ?
L'appareil et son fonctionnement pourraient être incriminés (aurait-on, par exemple, actionné le déclenchement temporisé par mégarde, entraînant ainsi une méprise stupéfiante dans un contexte très stressant ?)  Comme toujours, il sera question de reproductibilité.

Et c'est là que les esprits, malins ou pas, nous répondront qu'ils ne sont pas à notre disposition !

Pré-enquête du CERPI sur cette affaire (zone privée, réservée à nos membres).