Get Adobe Flash player
             

La possession

Lorsque l'on évoque la possession en matière de phénomènes inexpliqués, l'un des premiers réflexes est de penser "possession démoniaque".  Bien entendu, à cette seule évocation, beaucoup ont le sourire en coin car dès qu'il est question de "démons", que l'on suppose l'existence du diable, on s'aventure par le fait même dans le domaine des croyances, celui de la foi.  Tout cela n'est évidemment pas raisonnable.

On naît, on vit, on meurt, point barre.  Pas de Dieu dans tout cela (mais des milliards de personnes, de par le monde et depuis que ce dernier existe, y croient - ou disent y croire - dur comme fer) ou en tous cas pas comme on l'imagine (et donc, comment imagine-t-on un concept auquel on ne croirait pas ?).  Nous avons nos certitudes concrètes : nous sommes (pourtant, à chaque seconde, cette notion est dépassée.  Nous sommes toujours mais ce "nous" d'il y a seulement un instant a disparu, comme s'il n'avait jamais existé) et nous mourrons.  Nous mourrons, voilà qui est une certitude (bien que l'on puisse se souvenir de nous et donc sans que la personne soit encore présente, ce en quoi nous ne pourrions nous raccrocher qu'à des "instants") mais nous ne pouvons guère définir la mort autrement que par des négations (et encore!  celles-ci sont-elles bien souvent discutables ! et d'ailleurs discutées)  Pourquoi, dans tout cela, nous encombrerions-nous encore de démons ?

Cependant, chez les spirites et même chez les médiums - ou du moins certains - la possession n'est pas forcément démoniaque.  Elle peut aussi être seulement le fait d'esprits qui agiraient sans le consentement de l'intermédiaire.  Ainsi, lorsqu'un médium entre en contact avec une entité, un défunt par exemple, il semblerait qu'il puisse y avoir "incorporation".  Dans ce cas, le médium est alors investi de "l'âme" en question (à défaut de meilleure terminologie) et tout se passe comme si l'un prenait la place de l'autre.  Il s'exprime avec sa voix, a les mêmes expressions, les mêmes tics, procède aux mêmes idiomatismes, il aurait aussi la même démarche, etc.  Vrai ou faux, voilà qui est une autre question.  Il suffit de retenir ici que dans ce cas, les choses sont consenties par le médium.  Cela se passe en toute connaissance de cause: c'est une incorporation.

Mais il arriverait aussi que l'incorporation se fasse en dehors du consentement du médium.  Il s'agirait alors d'une possession.  Mais, toujours dans ce cas, personne n'a parlé de diable ou de démon !

Cependant, à partir du moment où l'on outrepasse les règles du savoir-vivre au point d'incorporer quelqu'un contre son gré, à moins d'une raison de force majeure, on peut supposer que l'auteur de la manoeuvre en question ne soit pas animée des meilleures intentions.  Dans un premier temps, il était essentiellement question de faire cette nuance, notamment dans la terminologie.

Ensuite, que le diable, que les démons, que des esprits malfaisants, etc, existent est une autre question que nous débattrons bien évidemment dans nos pages.

En guise d'illustration, nous avons choisi deux morceaux du magnifique film "Ghost" avec Demi Moore, Whoopi Goldberg et Patrick Swaize.  Dans le premier, Whoopi Golberg, alias Oda Mae, reçoit la visite d'esprits à la suite de premières entrevues avec Patrick Swaize, tragiquement disparu des oeuvres de l'abominable Carl.  Elle se fait incorporer "sauvagement" par un tiers qui désire lui aussi entrer en contact avec son épouse.  Il s'agit d'une incorporation puisque le médium est consentant.  Bien que tout ne se passe pas exactement comme prévu...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Dans le deuxième cas, Whoopi Golberg accepte spontanément de servir d'intermédiaire "corporel", entre les deux amoureux que la mort sépare désormais.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Voyez aussi ce cas d'exorcisme contestable et d'ailleurs contesté.