Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L'effet idéomoteur

Ce terme, qui doit son nom à William Benjamin Carpenter, désignerait une action musculaire inconsciente d'origine psychologique.  Elle expliquerait dans ce cas les résultats obtenus lors de l'utilisation de la planchette ouija, certains tours de mentalisme, l'écriture automatique, les tables tournantes et autres "tours" de spiritisme, la radiesthésie, la communication facilitée et même l'osthéopathie crânienne.

Dans le cas de la radiesthésie, c'est bien le sujet qui imprime des oscillations au pendule.  Il ne serait pas honnête de prétendre le contraire.  Dans ce cas, la définition se limiterait alors à l'impulsion de base interprétée sur la totalité du mouvement ce qui serait abusif.  C'est en fait la suite de l'expérience qu'il faut considérer.

Les radiesthésistes (honnêtes ou pas) vous diront qu'après avoir initié le mouvement, ce serait leur propre ressenti qui se traduirait par les oscillations de telle manière que le résultat soit induit à partir d'une forme d'intuition, laquelle pourrait elle-même provenir d'une communication particulière.  Dans ce cas, il ne serait plus question d'effet idéomoteur.  Par contre, si un sujet devait s'étonner de ce que son pendule se mette (légèrement) en mouvement, on pourrait tout à fait imputer cela à ce même effet idéomoteur.

En quelque sorte, en utilisant son pendule, l'officiant aurait naturellement "envie", ou la curiosité, bref : il espérerait de voir son pendule se mettre en mouvement comme par magie.  Cette prédisposition mentale serait traduite concrètement par de petits (ou infimes) mouvements du poignet qu'il suffirait ensuite d'amplifier.

Il en irait de même chez les personnes ayant recours à la planchette ouija.  Ceux-ci imprimeraient inconsciemment une légère poussée de base, éventuellement amplifiée par l'un des participants ou un médium dirigeant la séance.  Il suffirait alors à cette personne sensible de percevoir les différentes poussées et d'en réaliser plus ou moins une synthèse ou une résultante pour initier le mouvement.  Une fois celui-ci enclenché, il suffirait grosso modo de poursuivre, les choses coulant pratiquement de source.  Ou pas.  Quand peut-on évoquer uniquement l'effet idéomoteur et quand ne le peut-on pas ?  On pourrait répondre que là se situerait toute l'ambiguïté de la question et qu'un moyen de le savoir consisterait à obtenir de façon catégorique des réponses inaccessibles à chacun des participants. (Lisez la suite en-dessous de la vidéo).


X_enius - Phénomènes paranormaux - quelle part... par 1234angelevil

Faites le test vous-même !  Munissez-vous d'un pendule (vous pouvez même le fabriquer vous-même de manière très rudimentaire avec une cordelette et une bague par exemple), prenez une feuille de papier et un crayon et tracez une ligne horizontale et une ligne verticale.  Vous avez donc dessiné une sorte de croix.  Peu importe.

Eventuellement, initiez le mouvement de votre pendule (lancez-le en lui imprimant une légère impulsion de base).  En principe, il n'est pas indispensable de procéder à cette initiation de mouvement et cela devrait marcher.

A présent, regardez attentivement la ligne verticale (ou horizontale) et concentrez-vous sur cette ligne.  Au bout d'un certain temps, vous allez voir votre pendule osciller en fonction de la ligne considérée.  C'est-à-dire que si vous avez choisi la ligne verticale, votre pendule se déplacera verticalement.  Même chose pour la ligne horizontale.

Pour certaines personnes, le passage d'une ligne à l'autre peut parfois poser problème, mais l'expérience est réalisable avec le même succès et ce petit tour, basé sur l'effet idéomoteur peut produire son petit effet en société.

En certaines occasions, nous avons nous-même abusé l'auditoire en proposant à l'une des personnes présentes (choisie pour son scepticisme connu envers les phénomènes paranormaux) de procéder comme précédemment.  Bien sûr, à son grand étonnement, le pendule se comportait exactement comme prévu au grand dam du participant.  Nous avons ensuite expliqué ce dont il s'agissait : de de paranormal en l'occurrence mais un simple effet psychologique.

Bien sûr, pour corser encore la séance, on peut inventer toutes sortes d'abracadabras, de mises en scène, etc.  Encore faut-il avoir ensuite l'honnêteté d'expliquer et de lever le voile sur la "mystère" !

Au sujet de la vidéo ci-dessus, on remarque qu'elle confirme la scientificité de l'effet idéomoteur et nous ne le contesterons évidemment pas.  C'est d'un fait accompli dont il s'agit.  Il convient cependant de bien se garder d'en conclure pour autant que les phénomènes paranormaux n'existent pas.  L'effet idéomoteur, la lecture à froid, etc. sont des procédés qui existent bel et bien et qui sont fréquemment utilisés par des charlatans ou des personnes de bonne foi.  L'effet peut être très saisissant alors que rien de bizarre ne se produit.  Mais l'étude de ces phénomènes est bien plus complexe que ce que les petites expériences de laboratoire, présentes dans la vidéo, veulent bien montrer.  Nous aurons l'occasion de le démontrer.