Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Modèle socio-psychologique, erreurs ou approximations

Nous avons vu récemment l'une ou l'autre vidéo d'origine zététique qui, manifestement, présentaient leur lot de vérités utilisables par nos correspondants, voire nos enquêteurs et nous n'avions pas hésité à reconnaître leur bien fondé.  Il en va de même pour la présente vidéo, traitant cette fois du modèle socio-psychologique dont il faut certainement admettre le principe, mais pas nécessairement toutes les implications, comme nous allons le voir.

Or donc, reprenons l'essentiel de ce qui est présenté dans cette vidéo et analysons ça ensemble, si vous le voulez bien.  Nous allons voir qu'il s'y trouve beaucoup de vérités mais aussi des erreurs ou approximations.
Tout d'abord, on nous signale que - dans notre imaginaire - les soucoupes volantes sont souvent vues comme discoïdales, ce qui n'est guère étonnant à propos de... soucoupes volantes !  Il faut toutefois signaler aussi que, depuis que l'on parle de ce phénomène, de très nombreuses formes ont été signalées, faisant de la forme discoïdale presque une anecdote (cigares, sphères, forme ovoïde, engins ou disons apparitions protéiformes ou sans forme définie, ou à forme variable, etc.).  Mais bien entendu, si on parle de soucoupes, alors...  On devrait donc dire que le terme "soucoupes volantes" est devenu, par abus de langage, un terme générique désignant les OVNIS ou UFO pour unidentified flying objects, un autre terme qui - comme indiqué dans la vidéo - est lui-même inexact ou inapproprié à la totalité des témoignages.  Donc, de ce côté là au moins, nous sommes d'accord.  C'était pour le narrateur l'occasion de citer quelques unes des nombreuses possibilités de confusions qui existent bel et bien et dont le Project Blue Book n'a pas manqué de se servir pour essayer de faire passer ce phénomène pour un ensemble de bobards et ce qui a permis de faire comprendre que les autorités américaines se souciaient bien moins de connaître la vérité que de l'occulter.
Il est donc aussi entendu (et désormais confirmé) que lorsque l'on cache, c'est qu'il y a bien quelque chose à cacher !

Le "documentaire" passe ensuite rapidement en revue quelques images de films de science-fiction (et notamment de 1956, comme si les choses n'avaient pas progressé depuis... tout en passant peut-être quelques images de la fameuse bataille de Los angeles, toujours grandiose et inexpliquée à l'heure actuelle) parce que cela va illustrer ses propos.  C'est donc... de bonne guerre, si l'on ose dire.

L'expression "soucoupe volante" est bien apparue dans notre culture en 1947 avec l'avènement de Kenneth Arnold, notre présentateur ne s'est pas trompé avec sa recherche dans Ngram.  Quand on dit qu'elle est apparue dans notre culture, on veut dire qu'elle est devenue populaire et c'est bien le cas, OK.  Il ne faudrait toutefois pas perdre de vue que les témoignages d'apparitions de soucoupes sont bien antérieurs à Kenneth Arnold.  On en retrouve notamment dans la Bible (disques de feu, par exemple), si bien que l'affirmation devient juste à deux mille ans près, du moins d'une certaine manière.  En tous cas, il ne conviendrait pas de comprendre que les soucoupes volantes datent de 1947.  Il faudrait plutôt dire que 1947 est l'année à partir de laquelle, déformation journalistique aidant, l'expression est devenue très utilisée.

Le narrateur cite ensuite son premier exemple relevant du modèle socio-psychologique en expliquant que la plupart des témoignages d'OVNIS survenant à la suite de l'affaire Kenneth Arnold relataient la forme classique discoïde et non celle du boomerang.  Autrement dit, les observateurs voyaient soi-disant ce que la presse leur avait suggéré et qui ne correspondait pas à la réalité.  Fort heureusement, quand quelqu'un voit un accident entre une BMW et une Citroën, il peut en conclure que tous les accidents automobiles de ce type ont lieu entre des voitures, mais il ne prétend pas que tous les accidents automobiles ne concernent que les BMW et les Citroën.  En effet, de véritables soucoupes et donc de forme discoïdale pouvaient aussi avoir été aperçues et notre zététicien ne manque pas de le dire.  Bien joué et honnête de sa part.
Ce qu'il oublie toutefois de signaler c'est que de longue date et de manière bien antérieure à Kenneth Arnold, les Amérindiens et bien des tribus africaines font état d'apparitions de soucoupes, lesquelles sont représentées dès les traditions ancestrales.  Pourtant, ces gens étaient loin de disposer de la télévision ou de la radio, le journal leur aurait été peu utile puisqu'ils étaient illetrés et donc le modèle socio-psychologique ne fonctionne pas - au moins dans ce cas là.  Mais alors pas du tout ! (Cf. John E.Mack - Passeport pour le Cosmos - que le zététicien n'a vraisemblablement pas lu...) 

Cependant, que l'on ne nous fasse pas dire ce que nous n'avons pas dit : le modèle socio-psychologique est une possibilité d'explication qui peut fonctionner et avoir été à l'oeuvre dans certains cas, c'est entendu, ne le nions pas !  Il s'agit donc d'un "principe" que nos étudiants peuvent retenir, mais il faut nuancer car ce principe peut ne pas être applicable dans certaines situations.  C'est ce que nous allons voir plus loin, bien que nous en ayons déjà vu quelques exemples... Il est donc aussi à retenir que, dès le départ de l'explication par le modèle socio-psychologique, des objections se présentent et non des moindres.

A propos du cas de Beert, évoqué plus loin dans la vidéo, il faut signaler aussi que l'exemple, ou son alter ego rigoureusement semblable, est cité dans le livre "Un regard normal sur le paranormal" de Jacques Léon Theodor, zététicien notoire et même chef de file du mouvement (en tous cas il y a quelques années).  D'une certaine manière, il existerait donc aussi une forme de "contagion" ou "contamination" intra-zététique - comme quoi personne n'est parfait - mais ce n'est ici que de l'humour.

A propos du crash de Roswell, nous ne sommes pas d'accord.  Il est dit dans la vidéo que les débris du crash "ressemblaient à ça".  Ce n'est pas exact.  "Ca", c'est ce à quoi on a essayé de nous faire croire qu'ils ressemblaient.  Cela ne résiste pas à l'analyse.  Ici, nous reprocherons au zététicien de ne pas avoir consulté toutes les sources qui s'imposaient (il est vrai très abondantes sur le sujet - mais aussi pourquoi n'avoir consulté que les sources purement sceptiques ?)  L'histoire des ballons Mogul est une autre fausse vérité qui faisait suite à un vrai mensonge.  Si on veut se baser là-dessus pour étayer une explication zététique, il faudra alors avouer que c'est complètement bancal.

Au sujet d'Adamski, rien à dire : le modèle socio-psychologique s'impose.  Il n'y a guère de discussion, mais il reste peu d'ufologues à l'heure actuelle pour encore accorder crédit à cette histoire de vénusien.  Disons tout de même que cette affaire date de 1952, soit une époque où Internet n'existait pas encore.  Nous allons donc considérer les propos de notre narrateur (au sujet des brocantes) comme une sorte de "raccourci" utilisé pour les besoins de sa cause.  Mais les choses ne se sont donc certainement pas passées ainsi, en tous cas pas à l'époque citée, ce qui ne change rien à la trame indiscutable, ni au fait que les ufologues - pas plus bêtes - ont aussi fait le tri.

C'est sans doute à propos de la vague belge qu'il y aura le plus à (re)dire quant au modèle socio-psychologique, car ici notre narrateur se plante complètement et il n'y avait rien de tel qu'un groupement belge pour en parler.  Déjà, prétendre que les OVNIS s'étaient déployés dans toute la Belgique constitue une approximation.  En effet, pratiquement seule la partie francophone du pays (en réalité et plus exactement francophone et germanophone) a été concernée.  Il a bien existé quelques petites exceptions en Flandres mais c'est vraiment anecdotique.  Voilà qui fait partie des caractéristiques majeures, selon nous, de la vague belge et qui a déjà complètement échappé à notre zététicien.  C'est dommage de se tromper dès la première phrase, cela fait désordre !
Il est également faux d'attribuer à la seule Belgique la forme triangulaire puisque, dès le début de la vague, les OVNIS viennent d'Allemagne et se propagent en France et en Hollande.  Mais soit, n'ergotons pas ! 
Nous ne sommes pas d'accord non plus sur le fait que les jeux de lumière de la boîte de nuit soient unanimement reconnus par les ufologues comme explication à ces observations.  Il est bien possible par contre que cela ait généré une (ou quelques) confusions dues à l'ignorance de l'époque.  Mais pas pour tous les cas et cela en fait tout de même un paquet.  D'autre part, nous ne connaissons pas de gendarmes assez stupides pour s'imaginer poursuivre des extraterrestres à bord d'une soucoupe (pardon : d'un triangle) volant, de constater que celui-ci (celle-ci) éclaire les champs avec l'intensité d'un terrain de football, qu'il y a volte-face et que les poursuivants deviennent poursuivis, passent à proximité d'une caserne qui n'y voit que du feu, etc.  C'est tout simplement à côté de la plaque, comme de supposer qu'un haut gradé de l'armée de l'air se serait laissé berner par un simple effet lumineux d'un dancing qui, de toute façon, ne se situait pas au même endroit.  Il nous semble également stupide d'utiliser cette hypothèse pour généraliser aux autres observations en les supposant toutes issues du même principe.  Imaginons les grands titres : "toute la vague belge expliquée par les dancings !"  Tiens !  On n'y avait pas pensé !

Fort heureusement, le zététicien signale bien que certains témoignages n'ont toujours pas reçu d'explication.  Il oublie de dire que la quasi totalité de ceux qui étaient issus de confusions ont bien été dénoncés comme tels par les ufologues.  Pour sa part, Bertrand Méheust, ardent défenseur initial du modèle socio-psychologique en ce qui concerne la vague belge est revenu sur ses propos en reconnaissant bel et bien que ce modèle ne lui était pas applicable : il y a notamment un problème d'ordre chronologique et ce n'est pas le seul, mais ce serait trop long à expliquer ici.

Nous sommes d'accord sur le fait qu'un témoignage n'est jamais une preuve et nous sommes encore d'accord sur le fait que le statut des témoins ne leur donne pas forcément un caractère prépondérant.  Encore d'accord sur le fait que des gendarmes ne s'y connaissent pas forcément en aérospatiale, en astronomie ou encore en météorologie.  Signalons tout de même, justement, que lors de la vague belge certains témoignages sont issus de météorologues, de scientifiques, de haut gradé de l'armée de l'air et... de gendarmes.

Avec une certaine dose d'ironie dans la voix, le narrateur tente ensuite d'enfoncer le clou avec la fameuse photo de Petit-Rechain.  Là, il aurait mieux fait de se taire !  En effet, cette photo est restée longtemps emblématique de la vague belge et résistante à l'analyse.  Mais elle n'a jamais constitué une preuve de quoi que ce soit !  En effet, les différentes analyses qui ont été réalisées ont surtout conclu qu'il n'était pas possible de déterminer s'il s'agissait d'un authentique OVNI ou si la photo avait été truquée.  D'une manière ou d'une autre, même si l'annonce de l'imposture de Petit-rechain a jeté un pavé dans la mare, en revanche il faut bien se faire à l'idée que cela n'implique en aucune manière la totalité de la vague belge.  La maquette de frigolite de Patrick Maréchal, dont le CERPI a révélé le véritable nom complet au monde entier, est totalement impuissante (insuffisante et largement !) pour expliquer la vague belge.  C'est évident.  Ensuite, il faut encore signaler que, aujourd'hui encore, nous ne sommes pas certains du tout que les choses se soient passées de la manière dont elles ont été exposées.  Mieux : nous savons pertinemment qu'il existait de manière sous-jacente d'autres observations situées rigoureusement au même endroit, lesquelles remettent complètement l'affaire en question.  Comprenons nous bien : ces observations sont presque aussi mystérieuses que tout le reste !  Et ce n'est pas peu dire !
Le narrateur zététicien oublie encore un détail, mais de taille et c'est le cas de le dire !  On voit d'ailleurs bien sur la photo de Patrick Maréchal avec sa maquette de frigolite, que les coins de celle-ci sont biseautés.  Hé hé !  Voilà le genre de détail qui va tout flanquer par terre pour notre amateur de modèle psycho-sociologique.  Car voilà, la SOBEPS (la société ufologique qui s'est occupée de la vague belge, car hé oui, ce n'est pas le CERPI qui l'a fait et non, nous n'avons jamais prétendu le contraire, ce qui ne nous a pas empêchés de l'étudier en tant que cold case) avait établi le profil-type du triangle.  Celui-ci présentait des coins arrondis ou biseautés si vous préférez.  Ce détail était resté secret de telle manière que la SOBEPS pouvait s'en servir afin de juger de l'authenticité ou du sérieux des témoignages !  Voilà une arme à laquelle les défenseurs du modèle socio-psychologique n'avaient pas pensé.

Nous avons a-do-ré l'argument zététique du "boomerang qui brille" de Bob et Bobette (1976) !  Faudrait-il donc en conclure que les observateurs de la vague belge, en 1989 se sont tous subitement souvenus de cette bande dessinée, ensemble ?  Soyons sérieux !  Et les mêmes ont, de plus, confondu avec des effets lumineux de dancings ?  C'est le moment de dire, comme certains : mouahahahaha !

Nous ne sommes pas d'accord non plus quant à l'affirmation selon laquelle vers 1992 la presse s'est désintéressée du phénomène et que, dès lors, les témoignages ont cessé aussi.  C'est l'inverse qui s'est passé.  Non seulement la presse n'a pas relaté tous les témoignages et en a très mystérieusement "oublié" de très importants, là où d'ailleurs se trouvait pourtant un journaliste placé au premier plan, mais aussi les manifestations se sont-elles raréfiées et donc la presse a suivi le mouvement !  Ne confondons pas !  Nous prétendons quant à nous (à notre charge de le démontrer ce qui ne sera fait que dans le futur pour des raisons que nous ne pouvons exposer ici pour le moment, mais rassurez vous, ce sera fait, très certainement !) que certaines observations "finales" étaient au moins tout aussi importantes et inexplicables que les premières sinon plus !  Et paf !
Bien sûr, on nous dira : oui, c'est ça, "dans le futur" et gnagnagna.  Hé bien non : ce sera bien fait et même lourdement ! 

Inutile d'aller chercher les extraterrestres pour expliquer... rien d'inexplicable ?  Peut-être ne faut-il pas d'extraterrestres, mais il reste que de manière absolument indubitable le phénomène existe bel et bien et qu'en dépit de la facilité zététique et de la recherche ufologique, il reste totalement inexpliqué. D'autre part, même si elle devait s'avérer fausse ou inexacte, l'hypothèse extraterrestre reste aussi la plus séduisante et probablement la plus appropriée, sinon la plus vraisemblable.

En conclusion : ne pas rejeter le modèle psycho-sociologique mais en tenir compte pour les enquêtes.  Vérifier toutefois son appropriation dans le cas envisagé en ne perdant pas de vue qu'il n'est pas applicable partout, loin s'en faut.