Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Sunspot : un cover-up ?

Nous évoquions tout récemment le cas de Sunspot, cet observatoire solaire américain du Nouveau Mexique, qui avait été mystérieusement fermé lors d'une opération assez spectaculaire.  Apparemment, on n'en connaît toujours pas la raison exacte et le mystère demeure.  Sauf que...

Sauf que plusieurs sources indiquent, comme SciencePost par exemple mais non exhaustivement, que l'affaire n'aurait strictement rien à voir avec les extraterrestres ni n'aurait quoi que ce soit de mystérieux car il s'agirait, finalement, à l'origine, d'une "simple enquête" du FBI quant à une affaire de pédopornographie.  A en croire ces sources, un employé indélicat de l'établissement se serait rendu responsable de connexions intempestives qui lui auraient permis de récupérer des clichés pédopornographiques sur son ordinateur portable, ou du moins quelque chose du genre.  C'est principalement le concierge qui serait pointé du doigt en l'occurrence.
Voilà, circulez braves gens : il n'y a rien à voir!  C'était élémentaire, cher Watson, pas de quoi fouetter un chat et encore moins de crier aux petits bonshommes verts !

Sans doute... sauf que...

Sauf qu'il ne faudrait pas être un grand détective privé pour s'apercevoir que cette version a bien du mal à tenir la route et qu'il s'agirait plutôt d'une couverture cachant bien d'autres choses, probablement plus vertes même que les petits bonshommes en question.

En effet... Rappelons que, selon certaines sources (et notamment l'Académie française d'Ufologie) les hommes du FBI, présents armes au poing, auraient hésité à entrer et ce serait finalement les hommes de Pandolfi (CIA) qui seraient entrés, le tout avec une forte connotation ufologique («Ron Pandolfi, Ph.D., directeur adjoint de la CIA pour la division des sciences et de la technologie et actuel responsable des fichiers sur les ovnis au« Weird Desk »)  Si ceci s'avère vrai, on pourrait croire à une substitution de compétences en relation avec une sphère d'actions très différente car que viendraient-ils donc faire dans un cas de pédopornographie en lieu et place du FBI ?

En tout état de cause, on se demanderait bien ce qui viendrait justifier l'ampleur d'une telle opération (avec hélicoptère de combat, qui d'ailleurs aurait attendu des renforts, lesquels auraient bel et bien été envoyés) pour... un concierge indélicat ?  S'attendait-on à un coup d'éclat particulièrement spectaculaire de la part d'un très dangereux malfaiteur (sans vouloir minimiser la pédocriminalité) qui aurait été armé jusqu'aux dents ?

Par ailleurs, il aurait été question de l'élimination d'un intrus.  Par contre, le concierge n'aurait pas été arrêté et l'enquête suivrait son cours.  Voilà qui paraît très contradictoire !

Ce qui demeure en revanche, c'est le fait que le Shérif du coin n'a toujours pas été avisé de quoi que ce soit en rapport avec l'affaire en question.  Donc, le cas serait en fait bien plus simple qu'on le croit, mais même la police locale est toujours dans le brouillard.
On pourrait comprendre, comme cela peut être le cas dans certaines affaires, que l'on protège la confidentialité des recherches afin de pouvoir les mener à bien, par exemple pour éviter que le(s) principal(aux) intéressé(s) puissent prendre les devants et y échapper, faire disparaître des évidences, etc.  Cela signifierait-il donc que l'on se méfie même du shérif et de la police locale ou bien que cette dernière soit aussi à incriminer ou à soupçonner ?

Mais nous tenions évidemment le meilleur argument pour la fin.

Or donc, Sunspot a rouvert ses portes et l'affaire est, sinon résolue, du moins largement minimisée, dédramatisée, vidée de son importance - y compris et peut-être même surtout sur le plan ufologique.  Mais que fait-on donc des six autres observatoires solaires qui ont été fermés simultanément ?  Dans chacun de ces cas, y avait-il aussi un concierge indélicat ou un employé s'adonnant à la pédopornographie ?  Fallait-il aussi éliminer un intrus ?

Ah mais !  Nous oublions une hypothèse : les observatoires solaires en question communiquaient probablement entre eux les documents pornographiques !  Bon sang, mais c'est bien sûr !

Et dans aucun de ces cas la police locale ne pouvait faire l'affaire ?

Dans quel monde vit-on ?

Faut-il vraiment le dire ?  Nous avons beaucoup de mal à croire à ces balivernes et tout cela ressemble furieusement à une (très mauvaise) couverture qui prendrait les gens pour plus naïfs qu'ils sont.

La suite du dossier (car il y en a une !)