Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Tous les voyants sont au rouge

Nous vous le disions pas plus tard qu'hier soir, nous avons vécu un événement rarissime dans l'histoire du CERPI lorsque tous nos moyens de communications se sont mis à fonctionner en même temps et lorsque chacun de nos interlocuteurs, pour des raisons parfois différentes mais avec une trame générale très similiaire, nous annonçait l'imminence d'une période extrêmement troublée, comparable à la fin du monde, ou en tous cas une période très difficile, dangereuse et éprouvante.

En tout début de soirée, personne n'aurait pu imaginer ce qui allait se passer et les choses ont commencé sur un mode mineur, sous la forme de SMS émanant de l'un de nos voyants.  Notre Président, M. Michel Vanbockestal, explique :
"Cela avait à la fois un côté un peu ironique et irréel parce que les propos du voyant étaient très généralistes et faisaient simplement état du ressenti du déploiement d'une énergie extrêmement négative qui allait déferler sous peu (ses ressentis étaient, disait-il, "brouillés" par la cacophonie d'ondes qui nous entourent au quotidien - un argument déjà souvent évoqué et auquel il est facile de souscrire même si l'on ne croit guère aux perceptions extrasensorielles.  En effet, la médiumnité s'apparente en quelque sorte à une forme de "réception radio" et quiconque a voyagé en écoutant la radio a déjà constaté toutes les interférences qui pouvaient se présenter)  Si l'on voulait relativiser et minimiser l'aspect catastrophiste de la communication (mais rappelons que cela ne devait être que la première d'une véritable avalanche !) dans un esprit rationaliste, il était facile de se dire que, comme pratiquement tout le monde, l'individu avait conscience des manifestations de gilets jaunes qui allaient se produire à Bruxelles et à Paris, le souvenir des débordements récents vécus dans ces deux capitales et donc formuler ainsi une prédiction "facile", que n'importe qui aurait pu faire, même sans la moindre faculté extrasensorielle.  Un peu plus bizarre était l'autre phrase du médium qui m'invitait à la plus grande prudence car "mon intégrité physique était menacée".  A moins d'avoir eu vent - par un intermédiaire quelconque (car le médium en question n'a pas de connexion Internet) - des quelques informations que nous avons mises en ligne, il ne pouvait pas savoir que je venais de faire l'objet d'un accident de travail et que je souffrais d'une côté cassée.  A moins d'en être l'instigateur (ce que je me refuse de croire un seul instant), mon interlocuteur ne pouvait pas non plus être au courant des différentes attaques dont je fais l'objet et sur lesquelles je ne m'étendrai pas ici".  Mais finalement, ce message, premier d'une longue série, était encore très bénin.  On a vu bien pis au CERPI !  Réfléchissons toutefois un instant au problème des gilets jaunes...

Les gilets jaunes en question...

Disons-le avant toute chose : nous ne faisons pas de politique, nous n'avons rien à voir avec les gilets jaunes et n'évoquons absolument pas ce sujet dans une optique de récupération pour le référencement.  C'est seulement une question de contexte.  Il n'est pas non plus question pour nous d'inviter à des comportements révolutionnaires, d'inciter à la violence ni quoi que ce soit du genre.  Par la même occasion, nous déplorons les agissements des casseurs qui se sont manifestés à Bruxelles et à Paris.
Toutefois, s'il existe incontestablement une intrication de deux mouvements indépendants, dont l'un a tendance à décrédibiliser l'autre, en revanche nous peinons à croire que tous les casseurs n'aient été là que dans le seul but de pratiquer leur "sport" favori, consistant à détruire aveuglément, sans but précis.  Il nous semble clair qu'il existe une forme de parallélisme entre ces agissements imbéciles (qui nuisent d'ailleurs aux particuliers qu'ils prétendent défendre) et la grogne populaire, très généralisée, même si celle-ci ne s'exprime pas toujours aussi concrètement, par pondération ou par lâcheté, par laxisme ou fatalisme.
Les informations/révélations/affirmations (à vérifier et nous invitons donc à la prudence !) qui ont été diffusées de sources diverses entre les deux duos d'actions musclées pourraient (remarquez qu'il s'agit donc ici d'un conditionnel !) mettre le feu aux poudres de manière à générer un mouvement d'une ampleur sans précédent dont il faut redouter la puissance.  Nous avons ainsi vu (cela, au moins, est sûr), un gilet jaune projeté par le jet d'une auto-pompe avec une force disproportionnée contre une bordure, ce qui l'aura très certainement blessé.  Par contre, nous ne pouvons pas juger des circonstances ni de ce qui aurait pu justifier la réaction policière, mais il reste que l'image est bien présente dans les esprits, elle est marquante.  C'est une image qui peut impressionner et dissuader, certes, mais elle peut également avoir l'effet inverse et métamorphoser les plus pacifiques en guerriers très belliqueux !  Des témoignages que nous avons entendus, mais dont nous ne pouvons garantir l'authenticité, il y aurait eu des canalisations arbitraires et des comportements policiers qui, à tout le moins, posent question : de jeunes gens (prétendument innocents) mis à genoux et gazés sans raison (si ce n'est peut-être dans l'optique d'anticiper sur toute velléité ultérieure, ce qui s'apparenterait alors au délit d'intention).  D'autres documents feraient (remarquez toujours le conditionnel) état d'attaques ou de charges policières contre des gilets jaunes pourtant calmes, se trouvant simplement dans un restaurant ou un établissement public et ne constituant donc apparemment aucune menace ni aucun trouble.  Nous pourrions donc formuler la même remarque que précédemment à ce propos.
Mais d'autres images qui nous ont été rapportées (et qui se devraient donc d'être vérifiées avant de prendre position) évoqueraient des faits révoltants, comme celle de cette vieille dame rouée de coups de matraques par cinq agents de police !  Si cette information devait être vraie, il conviendrait alors d'admirer le courage héroïque des représentants de la loi qui auraient pris le risque insensé de s'attaquer à un élément aussi dangereux, alors qu'ils étaient inférieurs en nombre (ils n'étaient que cinq alors qu'elle était seule !), en étant pratiquement sans défenses (si l'on excepte leurs matraques alors qu'avec un peu de chance leur adversaire devait disposer au moins d'une prothèse dentaire !)  Voilà pour ce zeste d'humour dans un monde de brutes, à propos d'un fait peut-être sans fondement, mais dans le cas contraire gageons que cela pourrait considérablement échauffer les esprits !  S'il était vrai aussi que les forces de l'ordre se seraient attaquées à des enfants, il deviendrait difficile de ne pas se souvenir de la marche blanche qui avait rameuté près d'un demi-million de manifestants (heureusement pacifistes), mis par la même occasion nos politiciens dans leurs petits souliers et de ne pas imaginer un bis repetita beaucoup plus explosif !  S'il devait encore s'avérer vrai que les forces anti-émeutes auraient fait usage de snipers autorisés à tirer à balles réelles, il y aurait alors de quoi susciter la plus profonde indignation car, dans ce cas, le terme de guerilla urbaine ne serait plus du tout exagéré et il serait permis d'imaginer que les manifestants de demain aient tiré les leçons de cette information, mais également avec un esprit... euh... très frappeur ! (C'est de la déformation professionnelle, pardon !)  Mais les éventuels snipers de la police, s'ils ont existé, n'étaient-ils pas là afin de neutraliser des casseurs qui auraient eux-mêmes été remarqués en possession d'armes à feu ?  Le souci d'objectivité impose de poser la question.
Disons-le clairement, nous sommes opposés à toute forme de violence et persuadés qu'il reste possible d'obtenir gain de cause au terme de négociations, et que, même si celles-ci devaient être animées, elles n'en demeureraient pas moins verbales.  Ce qui pose sans doute problème c'est qu'en face il n'y ait pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, des personnages qui ont des yeux mais ne voient pas, mais surtout qui se sont depuis trop longtemps habitués à une passivité sans faille.  Il s'agit d'un mélange détonant que tout cela.  Mais, pour en revenir à ce qui nous intéresse, de là à provoquer l'apocalypse, il y a un pas que nous nous garderons bien de franchir.  Dans l'état actuel des choses, il nous semble totalement invraisemblable d'imaginer un seul instant que les gilets jaunes pourraient provoquer une fin du monde.
Il y a toutefois un petit bémol à ajouter à ce qui précède.  C'est en effet qu'en utilisant bien souvent le terme "apocalypse" à tort et à travers et en le traduisant abusivement par "fin du monde", beaucoup de gens ignorent ou perdent de vue que la signification réelle est plutôt "révélation" (divulgation ?)

Et c'est ici que les choses prennent potentiellement une toute autre tournure...

Imaginons !  Mais nous le disons bien : imaginons !  Imaginons donc que les choses tournent très mal dans nos rues (les mobilisations de gilets jaunes ne concernent maintenant plus que la Belgique et la France, mais également l'Allemagne et la Hollande, sans compter peut-être encore quelques autres pays assez inattendus desquels nous avons pourtant reçu des échos - lesquels ne figurent étrangement pas dans la presse officielle...)  Imaginons que la population excédée, poussée à bout par une politique outrancière du pressage de citron et de la suppression des droits acquis, en vienne carrément à déclencher une révolution...  Après tout, ce que l'on a vu dernièrement à Paris en avait un air de famille !  Les villes sont à feu et à sang, les bureaux des détenteurs du pouvoir sont mis à sac, pillés, vandalisés mais aussi... fouillés !  Et, par hasard (car il arrive que ce dernier fasse très bien les choses) imaginons que l'on y trouve des documents aux contenus très compromettants...

Par exemple :  "Depuis belle lurette, nos gouvernements savent très bien qu'il est parfaitement possible de se passer du pétrole mais que son exploitation reste soumise au diktat des lobbies qui leur permettent d'ailleurs d'engranger de considérables bénéfices".  Ce serait un vol, scandaleux, irresponsable car cela compromettrait en même temps la santé de notre planète via une pollution parfaitement évitable.  Ce serait un vol perpétré depuis peut-être des décennies.  Gageons que, confrontés à pareille révélation, les révolutionnaires déjà déchaînés deviendraient alors fous furieux et incendieraient aussitôt Elysée, 16 rue de la loi et autres hauts lieux pour se lancer ensuite dans une guerre incontrôlable et sans merci contre tout ce qui symboliserait encore les injustices vécues depuis trop longtemps !

Ce scénario serait-il invraisemblable ?

A priori, il le semble.  Complètement.  Mais qui peut savoir jusqu'à quel point on nous cache des choses, là où tout le monde s'accorde pour dire qu'il est sûr que l'on nous en cache ?  Science-fiction ou rumeurs à bon marché, nous tenons de personnes très crédibles que certains individus auraient développé des systèmes de propulsion non seulement indépendants du pétrole mais également bien plus économiques tout en étant respectueux de l'environnement.  Leur aventure auraient pour certains été très brève, se terminant sans gloire au cimetière, car un accident est vite arrivé.  Pour d'autres, sans que l'on en sache le pourquoi, le destin aurait été plus favorable : ils vivraient désormais dans une superbe villa avec une gigantesque piscine.  Dans leur énorme garage se trouverait une grosse américaine et ils n'auraient rien à craindre des fins de mois.  Quant au brevet de leur invention, on n'en parlerait bien entendu plus du tout, celui-ci s'étant volatilisé contre espèces sonnantes et trébuchantes.  Et il y aurait encore un petit hic à la situation : les intéressés seraient vivement "invités" à profiter du carpe diem, à se montrer muets comme des carpes, faute de quoi on se chargerait illico de s'assurer de leur silence.  Définitif.

Mais peut-être nous-a-t-on menti avec ces histoires, que nous ne pouvons hélas pas vérifier non plus.  Peut-être aussi a-t-on exagéré les choses ou trop extrapolé en prétendant que Tesla, Nicolas pour les intimes, se proposait de rendre l'énergie gratuite pour tous les habitants de la planète !

Mais bof !  Faut-il le rappeler : tout cela n'est qu'imagination.

Il nous restait à examiner tous les autres avertissements que nous avons reçus lors de cette même soirée.  Mais avant de vous faire patienter jusqu'à notre prochaine publication, nous allons tout de même vous proposer quelques petits éléments...

D'une manière ou d'une autre, quelques décennies et puis "couic" !

Ce n'est pas nous qui le disons mais la NASA : l'Humanité n'en aurait plus que pour quelques décennies avant de s'éteindre, en mourrant de faim, de soif et de la pollution...  Voilà en effet des années que notre Humanité vit au-dessus de ses moyens, épuisant ses réserves, celles de notre bonne vieille terre, bien avant la fin de l'année en cours.  Par conséquent, il semble logique que le déficit s'accroisse forcément au fil du temps tandis que, de l'autre côté, l'expansion démographique ne cesse d'exploser.  En gros, le nombre total d'habitants ne cesse d'augmenter mais leurs frigos se vident inexorablement.  Viendra forcément le jour, pas si lointain, où l'on pourra dire : "Tu as faim ?  Mange ta main, et garde l'autre pour demain !
Cependant, nous ne pensons pas que ce verdict puisse s'avérer ni inexorable ni irrémédiable.  Il faudrait cependant trouver des solutions passant vraisemblablement par des dispositions draconiennes (mais la population pourra-t-elle l'accepter ?) ou une intervention quelconque règlant très efficacement le problème de la surpopulation (l'un des systèmes couramment employé jusqu'ici à résidé dans les guerres.  La dernière guerre mondiale a déjà ressemblé furieusement à un début de fin du monde, que serait la suivante ?  Or, il se fait que de gros bruits de bottes se font entendre de ci de là...) à moins bien sûr que l'on imagine d'autres procédés qui, quelque part, auraient aussi un air de famille avec les comportements génocidaires...
Tout cela est très joyeux, n'est-ce pas ?
Il y a malgré tout moyen de se rassurer un peu : cela ne devrait arriver que d'ici quelques décennies seulement.  Il faut traduire par moins d'un siècle, sinon on n'aurait pas parlé de décennies.  Par contre il faudrait commencer à s'occuper du problème tout de suite.
Mais si l'on parle en termes d'imminence d'une fin du monde, il faut avouer que l'on se trouve hors sujet.

D'une seconde à l'autre...

L'un des éléments que l'on aurait pu nous avancer aurait été l'éruption du Yellowstone.  En effet, si ce volcan, pardon : ce super-volcan, devait entrer en éruption, alors l'Humanité pourrait totalement disparaître de la planète en seulement quelques dizaines de jours (pour ceux qui ne seraient pas morts tout de suite).  Or, il se fait que l'on connaît la fréquence d'activité du volcan en question et que d'après ces chiffres il pourrait se réveiller d'une seconde à l'autre.  N'importe quand.  Maintenant.  Demain.  La semaine prochaine.  Ou peut être aussi seulement dans 300 ans. Quoi qu'il en soit, au moment présent, cet ogre fait toujours dodo.  Laissons-le donc bien tranquille !  Et retenons donc aussi que dans les opérations connexes que nous avons évoquées plus haut, il conviendrait de ne pas se montrer trop remuants, faute de quoi nous pourrions nous-mêmes être très remués !

Première conclusion de ce qui précède, pratiquement aucune de ces affirmations ne correspondait aux prédicitions alarmistes que nous avons reçues.  Bien qu'indirectement elles puissent y contribuer comme nous l'avons expliqué.  Nous allons toutefois tout doucement en venir aux choses sérieuses, comme si le reste n'avait été que broutilles... Des broutilles au milieu desquelles nous avons oublié le cirque nucléaire que chacun a pu suivre avec, sur la piste aux étoiles, un dictateur prêt à faire usage de l'arme ultime sur les Etats-Unis (ce qui aurait pu réveiller le Yellowstone !) et de l'aure un clown prompt à la surenchère, envisageant ni plus ni moins que de rayer la Corée du Nord de la carte !

Il faut bien avouer que, vu sous cet angle, avec ou sans extraterrestres, le substrat sur lequel nous évoluons est déjà très favorable à un très gros "feu d'artifice"...


Suite du dossier - précédent