Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

The medusa touch - La grande menace

Excellent (vieux) film, avec Lino Ventura et Richard Burton, que les amateurs du genre ne se lasseront pas de voir ou de revoir.  Entre autres particularités du film, on trouve les facultés télékinétiques (ou psychokinétiques) et médiumniques et Nina Kulagina en documentaire de fond.

Notre rubrique : psychokinésie

Lien Wikipédia : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Grande_Menace_(film,_1978)


Ne suis-je pas l'homme doué du pouvoir de provoquer les catastrophes ? 

John Morlar Brunel (Lino Ventura), un policier français exerçant temporairement à Londres, est désigné pour enquêter sur le meurtre du romancier John Morlar (Richard Burton).

Tandis qu'ils examinent le lieu du crime, les policiers découvrent que la victime est toujours en vie, en dépit de graves blessures.

Morlar est conduit à l'hôpital, où il est maintenu en vie avec une activité cérébrale à peine perceptible.

Avec l'aide du journal de Morlar ainsi que de sa psychiatre, le Dr Zonfeld (Lee Remick), Brunel reconstitue le passé de Morlar, rempli d'inexplicables catastrophes, incluant la mort brutale de plusieurs proches qu'il n'aimait pas ou qui l'avaient offensé.

Morlar se révèle être un médium avec de formidables pouvoirs télékinésiques.

Alors que son état semble s'améliorer à la grande stupéfaction des médecins, Brunel découvre bientôt que, dégoûté du monde qui l'entoure et totalement misanthrope, Morlar est responsable de deux accidents récents : l'écrasement d'un avion de ligne en plein cœur de Londres, et la perte d'un équipage d'astronautes.

De son lit d'hôpital, où son activité cérébrale s'emballe à nouveau, il tente de faire s'écrouler la cathédrale de "Minster" au moment d'une cérémonie avec la Reine.

Réalisant que c'est Morlar qui est à l'origine de toutes ces catastrophes, Brunel fonce à l'hôpital pour débrancher le respirateur de Morlar.

Apparemment agonisant et toujours dans le coma, Morlar écrit péniblement sur un bloc-notes le nom d'une centrale nucléaire britannique : "Windscale"... tandis que son activité cérébrale s'emballe à nouveau.