Centre d'Études et de Recherches

sur les Phénomènes Inexpliqués

Soucoupes volantes et petits bonshommes verts

Ou les idées reçues sur l'ufologie...

Même de nos jours, il existe hélas encore trop de gens pour se moquer des ufologues et autres amateurs d'objets volants non identifiés. Si vous en doutez, tentez donc l'expérience d'aborder le sujet dans une discussion de salon et, à moins d'être confronté à des passionnés, vous aurez tôt fait de remarquer les réactions. Pensez-vous donc qu'à une époque où "toutes ces sornettes" sont bien révolues au nom d'une sacro-sainte science, il soit encore de bon ton d'évoquer les manifestations d'une hypothétique "vaisselle flottante", l'existence de petits bonshommes verts ? Et, cela dit, il y en aura toujours bien l'un ou l'autre à tendre le petit doigt, façon "David Vincent et les Envahisseurs", en guise d'ironie.

Le vocable (très surfait) de "soucoupes volantes" a été lancé par Kenneth Arnold en 1947 (Flying saucers) à défaut de pouvoir mieux décrire ce qu'il voyait au moment de son observation, le mot est resté. Il a toutefois été remplacé depuis (pour ceux qui l'ignoreraient encore !) par celui d' OVNI qui désigne donc des "Objets volants non identifiés" (UFO en anglais pour "Unidentified flying objects") ou encore PAN (Phénomène aérospatial non identifié). Kenneth Arnold n'était pas un imbécile, ni un illuminé et si vous n'y connaissez rien en la matière il serait tout indiqué de faire d'abord un tour par notre article sur le sujet, histoire de revoir votre opinion.

Il faut surtout se rappeler que 1947 est une année plutôt riche en ce qui concerne l'ufologie puisque c'est aussi en cette année qu'éclata la fameuse affaire de Roswell, que Pierre, Paul et Jacques ont tôt fait de ranger elle aussi au placard sous prétexte d'histoire complètement bidon. Aujourd'hui, les choses ne sont pas si évidentes qu'elles n'ont pu paraître à une certaine époque et même l'armée américaine a plusieurs fois dû faire machine arrière et avouer qu'en certains points du moins, elle avait menti. Ce qui est certain en revanche, c'est qu'il demeure bien des points d'ombre dans cette histoire et que l'on y trouve pas une anguille sous la roche, mais bien toute une famille !

Même le célèbre Adamski a souvent été vertement décrié et traité d'imposteur, cela n'a pas empêché que, des années durant, des centaines, des milliers de personnes continuent de voir des engins du même type dans toutes les contrées du monde. Il s'agit d'engins dont on retrouve d'ailleurs certaines caractéristiques dans la fameuse vague belge, une autre affaire qui défraya la chronique, dans laquelle des personnes très terre à terre, des gendarmes, des militaires, des haut gradés, des personnes assermentées, etc. firent exactement les mêmes observations, à très peu de temps d'intervalle, dans une logique et une chronologie parfaites. Il serait sot de se baser sur certaines différences dans la morphologie des engins observés pour la simple raison que nous savons fort bien que nos propres appareils, évolution oblige, subissent eux aussi de fortes modifications avec le temps et les progrès technologiques.

Ce qui, assurément, nuit à l'image de l'ufologie et la discrédite, c'est d'une part la multitude de productions de science fiction dans lesquelles on a attribué toutes sortes d'apparences ou de pouvoirs, d'intentions à d'éventuels visiteurs de l'espace. Ce sont bien sûr les "petits bonshommes verts", les insectes géants de la galaxie PRU-233, des films humoristiques du style "Ma belle-mère est une extraterrestre" ou plus agressifs tels que "Mars attack". Des interventions telles que celle d'Orson Welles ont également causé des cicatrices cruelles dans la crédibilité de l'étude. Notre propre conquête spatiale s'est aussi évertuée à démontrer qu'il n'y avait aucune vie dans notre système solaire ce qui, avec la classique manie anthropocentriste a abouti à la conclusion qu'il n'y en avait nulle part ailleurs que sur terre. Ben voyons ! (Fort heureusement, les choses évoluent et les exoplanètes se comptent maintenant par milliers.) De ce côté là aussi, on voit de plus en plus de rapports qui stipulent que les choses sont loin d'être aussi tranchées. Le fait est que l'Homme a toujours eu (plus que) tendance à se croire une exception et que tout tournait autour de sa petite personne. Il a surtout souvent démontré qu'il avait encore beaucoup à apprendre, que la terre n'était pas plate et que le soleil ne tournait pas autour de la terre par exemple.

Une autre pierre d'achoppement réside dans le fait que l'être humain est naturellement très limité et habitué à ces limites. Il a beau savoir, s'imaginer que l'univers est grand, très grand, et même encore plus que cela, il serait la plupart du temps incapable - pour le commun des mortels en tous cas - d'imaginer une échelle de comparaison. Un exemple ? Combien de personnes pourraient, selon vous, imaginer que si l'on réduisait l'échelle des distances cosmiques, par exemple si l'on considérait que la distance entre la terre et le soleil (soit 150 millions de kilomètres ou 8 minutes-lumière) ne faisait plus qu'un millimètre (or donc, à cette échelle 1 mm = 150 000 000 km), la terre apparaîtrait comme une poussière frôlant l'écorce d'une orange (le soleil) et les étoiles les plus "proches", telles qu'Alpha du Centaure seraient alors dispersées à environ 300 mètres ! Notre galaxie, toujours vu sous cet angle, serait un immense nuage composé de 300 milliards d'oranges et faisant 6000 kilomètres de bout en bout. Quant à Andromède, la galaxie la plus proche de nous, se situerait à 200 000 kilomètres... Voilà qui devrait être plus fatigant que de se taper la route jusqu'à Lloret de Mar... On devrait donc pouvoir comprendre que dans une telle immensité, la probabilité de l'existence d'autres êtres vivants (dans notre acceptation du terme) est pratiquement une évidence. A cela quelques personnes érudites rétorqueront qu'il leur serait néanmoins impossible de venir jusqu'à nous pour des raisons non moins évidentes : paradoxes temporels, carburant, durée du déplacement, etc. C'est assez vrai, mais il faudrait y ajouter : "selon notre entendement", c'est-à-dire que ce serait vrai si l'on considérait que ces êtres auraient le même niveau de développement scientifique, technologique, etc. que nous. Or ne peut-on pas imaginer au contraire qu'ils soient bien plus avancés ? Est-ce que cela devrait choquer à ce point nos susceptibilités ?

Dans le même ordre d'idées, pour les détracteurs de l'ufologie, il est éminemment suspect que ces êtres ne soient jamais entrés en contact avec nous, qu'il n'y ait aucune communication, pis : que l'on ne détienne aucune preuve matérielle, ce qui leur fait dire que les OVNI doivent avoir un sacré service technique pour disposer ainsi d'engins qui ne tombent jamais en panne, n'ont besoin d'aucune pompe, etc.
Pour en revenir à l'affaire Roswell, il est très possible que des crashs d'OVNI aient déjà eu lieu, que des contacts aient déjà été établis et même, peut-être, que nous ayons déjà profité d'un savoir supérieur. Mais il faut également pouvoir imaginer la difficulté de maîtriser une langue intersidérale, de comprendre des concepts technologiques en avance de plusieurs milliers d'années. Ne serait-ce pas, toutes proportions gardées bien entendu, un peu comme d'espérer qu'un dauphin comprenne la loi de la relativité ? Par ailleurs, on relate aussi certaines rencontres rapprochées du troisième type et certaines personnes prétendent avoir fait l'objet d'enlèvements à des fins d'expériences de laboratoire, par exemple.

Il y aurait beaucoup de choses à expliquer à ceux qui ironisent facilement. Non, les OVNI ne sont pas une histoire récente, vieille de seulement quelques décennies : elle est au contraire séculaire ! On dispose de témoignages datant du moyen âge et même bien plus anciens encore. Non cela ne se passe pas exclusivement aux États-unis, on en voit dans tous les pays du monde ! Non, ce ne sont pas seulement des imbéciles, des demeurés ou des faibles d'esprit qui en aperçoivent mais aussi des ingénieurs, des scientifiques, des médecins, des avocats, des dentistes, des gendarmes, des militaires, des agents de sécurité et des... radars. Ils ont encore tout faux s'ils croient qu'il ne s'agit que de phénomènes naturels. Cela peut arriver effectivement, les confusions sont toujours possibles mais on ne peut bien évidemment en aucune façon généraliser et les manifestations sont clairement d'un autre type. Un nuage ne reste pas stationnaire pour démarrer ensuite en trombe sans qu'il n'y ait le moindre souffle de vent. Un nuage n'émet pas des lumières puissantes, de différentes couleurs disposées triangulairement et ne présentent pas de hublots... Ce ne sont que des exemples, bien sûr.

Évidemment, il existe aussi quantité de petits plaisantins qui se sont mis en tête de récupérer l'ufologie afin de développer autant de sectes, phénomène également dévastateur. D'autres ont cru bon d'apporter leur petit grain de sel en réalisant d'habiles ou de grossiers trucages, lesquels n'ont fait qu'apporter de l'eau au moulin des plus sceptiques. Une fois encore, l'incapacité de la science à pouvoir tirer une conclusion définitive sur ces manifestations tend à les reléguer parmi les élucubrations les plus farfelues. Bref, vous l'aurez compris, Monsieur-tout-le-monde a beau jeu de se moquer.

Pourtant, pour reprendre la même idée que dans le scénario de David Vincent et ses envahisseurs, que nous évoquions plus haut, si les extraterrestres devaient représenter un danger pour l'Humanité, ne serait-il pas question de faire plus de cas de l'ufologie ? Évidemment, on pourrait argumenter que si nos visiteurs étaient animés d'intentions hostiles on ne verrait pas la raison pour laquelle nous n'aurions pas déjà du en découdre manu militari. S'ils étaient sur terre en vue de nous communiquer un message, depuis le temps qu'ils sillonnent nos cieux il faudrait conclure que nous sommes plutôt durs à la détente, à moins qu'ils ne s'expriment fort mal... Si nous comprenons encore mal les intentions de ces éventuels visiteurs, on peut toutefois s'inquiéter du manque de réaction des autorités. Comment admettre que des puissances militaires aussi tatillonnes que les États-unis, la Russie, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Asie, le Japon, par exemple, ne se soucient apparemment que fort peu du viol de leurs espaces aériens ? Que dire de Cuba, espace particulièrement sensible, qui reçoit pourtant les mêmes visites ? Voilà une question qui est peut-être mal formulée, car des réactions ont déjà eu lieu et se sont soldées par des échecs parfois très cuisants, frôlant le ridicule (cf. la bataille de Los Angeles) mais ce ridicule ne se situait pas du côté des ufologues !

Manque de réaction de la part des autorités, rétention des informations de la part d'ufologues frileux ou craignant pour leur réputation, expériences historiques marquantes et malheureuses, impact de la littérature de fantaisie ou de science-fiction, débordements cinématographiques invraisemblables et abus malicieux, manque de preuves tangibles et excès de canulars ou d'impostures pour la frime, il n'en fallait pas tant pour mettre l'étude des OVNI en très fâcheuse posture. Voilà qui est éminemment regrettable ! Tout ceci contribue d'ailleurs grandement à isoler les efforts, voire les décourager, en tous cas à les affaiblir. Pour peu, ne se rangerait-on pas du côté des amateurs de la théorie du complot qui avancent que tout cela est savamment orchestré par des instances supérieures qui auraient tout intérêt à ce que l'on en sache le moins possible, des intérêts qui se chiffreraient en (très) nombreux billets verts, entre autres...

L'ufologie mérite bien mieux !

Que dirait le peuple s'il était avéré que ces mêmes autorités sont au courant, depuis belle lurette, de ce qui se trame en coulisses ? Oui, que dirait-il s'il savait qu'on lui ment depuis des décennies, tout comme l'armée américaine n'a pas hésité à le faire ? Quel scandale si les connaissances reçues de la part d'êtres beaucoup plus évolués pouvaient permettre de bouleverser l'économie mondiale en réduisant plus que confortablement le prix des carburants, tout en boostant les performances, le confort et la sécurité ? Quel danger par contre pour le trésor si les progrès de la médecine devaient permettre de vivre nettement plus vieux, surtout à une époque où l'on parle de supprimer les pensions ! Ne poursuivons pas inutilement la liste des révolutions possibles : on sait bien qu'il ne s'agit que d'hypothèses fumantes. En tous cas, c'est peut-être aussi ce que l'on a bien réussi à nous faire croire.
D'ailleurs, si tout cela devait être vrai - contre toute attente - en dépit de toutes les précautions prises certains finiraient par être au courant et l'on peut supposer qu'ils ne feraient pas long feu. Or personne n'a jamais vu ni entendu parler de ces Men in black, issus de la seule imagination populaire, elle-même née de vulgaires bandes dessinées. Il est bien connu aussi que les accidents de la route, les crashs d'avions, les crises cardiaques soudaines, etc. cela n'arrive qu'aux autres.
On imagine mal aussi qu'il soit réellement possible de museler toute la grosse machine de l'information publique, elle qui se revendique de cette sacro-sainte liberté de la presse : non ! Le monde a le droit de savoir, c'est sûr. Et la liberté de la presse est devenue chose bien relative.
Pour être tout à fait exact, chacun a aussi par moments au moins la vague impression qu'on ne lui dit pas tout. Chacun a déjà constaté que par l'utilisation de savantes nuances et de figures de rhétorique on pouvait arriver à énoncer de fausses vérités qui ne ressemblent pas trop à de véritables mensonges. Mais tout comme pour le manque de preuves concrètes, on ne peut évidemment pas se baser sur de simples impressions, même si elles semblent parfois bien cruellement fondées.
Il doit également s'agir d'une simple impression si nous nous mettons en tête que nos journaux ont la furieuse tendance à se moquer des témoignages d'observations d'OVNI et à traiter les témoins d'alcooliques, de la parano à la sauce ufologique sans doute. C'est d'ailleurs probablement en vertu de ce même principe et pour ne pas perdre leur job que des journalistes ne relatent pas un mot de leurs propres observations, effectuées en plein jour, dans le centre névralgique d'une capitale importante, une vingtaine de quidams à leurs côtés et une vedette du show business parmi eux pour constituer la cerise sur le gâteau.

Mais laissons-là ces considérations auxquelles personne ne croit, pas plus qu'aux OVNI. Même si, pourtant, beaucoup sont convaincus que des modes de propulsion nettement plus économiques existent de longue date, parfaitement au point et fiables, mais commercialement non rentables : cela ne contribue qu'à raviver un certain malaise dont tout le monde est néanmoins plus ou moins conscient. En dépit de tout cela, l'ufologie est une "presque science" qui mérite bien mieux que cette piètre mascarade, ce dédain parfois calculé. On ne pourra jamais prétendre le contraire : l'ufologie est à tout le moins un passe-temps, au même titre que la philatélie (les deux ne sont pas incompatibles !), qui permet de s'instruire énormément, d'acquérir de solides connaissances générales dans une foule de domaines. Il s'agit d'un "amusement", d'une étude, éventuellement grave et sérieuse, qui se ramifie en une myriade de domaines plus passionnants les uns que les autres et qui, telle une formidable bombe à retardement, pourrait aboutir à des conceptions révolutionnaires.
Si ce n'est pas déjà fait.

Pour bon nombre de gens, les ufologues resteront sans doute de doux rêveurs le nez toujours perdu dans les étoiles, à la recherche de vaisseaux spatiaux habités par de petits bonshommes verts fabuleusement évolués qui leur permettront des prodiges (vaincre les maladies les plus tenaces qui résistent à nos dons répétés depuis des années et des années - à croire qu'on le fait exprès ou que nos scientifiques soient tous des incapables - à moins bien sûr que tout cet argent ne soit détourné et ne serve d'autres desseins, sait-on jamais ? abolir les guerres, résoudre les grands problèmes mondiaux) et qui apporteront amour, paix et savoir.
Est-ce vraiment plus ridicule que de croire qu'un jour l'Homme marchera enfin sur la lune ?
Mais cela n'a pas de sens, me direz-vous !
Cela reste à méditer car, voyez-vous, à une époque où certains peuvent encore douter de ce premier pas historique sur notre satellite (mais nous aurait-on menti aussi à propos de la lune ?), d'autres n'ont aucune peine à croire que dès 2006, un engin humain se déplaçait à plus de 15 milliards de kilomètres de notre planète. Ils acceptent sans vergogne que la sonde Voyager puisse "rebondir" de planète en planète par l'effet d'assistance gravitationnelle (ce qui, évidemment, facilite grandement les choses !), que l'on découvre des volcans ailleurs que chez nous, une atmosphère beaucoup plus dense que la nôtre sur Titan et des geysers sur Triton, on admet de même que l'on puisse trouver des océans souterrains sur Europe (sonde Galiléo) et donc de l'eau... Tout ceci est parfaitement assimilé au même titre que l'on peut désormais converser avec quelqu'un qui habite à l'autre bout de la planète à l'aide d'un téléphone sans fil. Malgré cela, l'existence de vies intelligentes sur une autre planète, dans une autre galaxie, leur paraît très illusoire ! C'est que, voyez-vous, dans toute cette immensité cosmique que nous n'arrivons même pas à imaginer, ou à grand peine, il est bien clair que l'Homme soit l'Exception. C'est une évidence ! Par ailleurs, si contre toute attente nous devions avoir des alter ego quelque part dans l'espace, il est bien entendu que l'Homme devrait être le premier à avoir vu le jour et, par conséquent, le plus évolué ! N'avait-on pas parlé de "doux rêveurs" ?

Mais nous faisons ici grand cas de la théorie extraterrestre qui détient certes un très grand nombre de partisans, au détriment d'autres possibilités. Celles-ci paraissent tout aussi invraisemblables aux "gens bien pensants" ou, si vous préférez, aux plus terre à terre. L'Atlantide est un autre sujet qui fait sourire et avouons qu'il y a de quoi lorsque l'on apprend que certains l'auraient même localisé en mer du Nord et que jamais le commandant Cousteau n'a pu remarquer quoi que ce soit qui ressemble sérieusement à des vestiges d'une civilisation engloutie. On rit un peu moins quand on prend connaissance de l'énorme activité tectonique qui, c'est le moins que l'on puisse dire, pose de gros problèmes du côté du triangle des Bermudes (Haïti, vous connaissez ?), de l'effet Hutchinson qui pourrait se manifester dans ces régions en vertu des particularités magnétiques qui y règnent, de la certitude inavouée par les milieux scientifiques de ce que l'Humanité soit bien plus ancienne qu'on ne veuille nous le dire, que la réalité du déluge ne soit pas seulement biblique mais repose sur un véritable tsunami (avec des vagues pouvant atteindre 250 mètres de haut) réellement survenu dans la plus lointaine antiquité, ayant peut-être même donné naissance à la Mer Noire, ce qui justifierait historiquement les traces de l'arche fantastique que l'on aurait retrouvées (bien que cela demeure à prouver et donc à confirmer).

Les bedaines s'agitent aussi frénétiquement sous l'effet du fou rire lorsque l'on évoque les mondes parallèles. Mais c'est ignorer les expériences de physique quantique qui démontrent leur existence, au moins sur le plan théorique. C'est également passer sous silence les travaux des frères Bogdanov qui, aux confins de l'imagination et des mathématiques les plus ardues, expliquent qu'il s'agit de bien plus que d'une théorie.

Même si les œuvres de Jules Verne font désormais figure d'amusettes destinées à la jeunesse d'antan, on se souviendra de ses incroyables talents de visionnaire et notamment de son "Voyage au centre de la Terre", lequel ne peut que rappeler une autre théorie fantastique (et difficile à digérer), celle de la terre creuse. D'ailleurs, Newton lui-même place l'argument en porte à faux car selon ses lois gravitationnelles, si des individus devaient vivre au centre de la terre, ils se trouveraient alors placés en apesanteur. Gênant !
Seulement voilà, si les lois de Newton ont très bien fonctionné en physique industrielle et même en astronomie pendant plus de deux siècles, il reste qu'il a aussi commis certaines erreurs qui pourraient tout changer.
D'autre part, on peut mettre en rapport cette autre théorie (assez peu connue) qui veut que Hitler, qui vouait un certain intérêt à l'ésotérisme, aurait été en contact avec des êtres issus du centre de la terre. Il s'agit certainement d'une théorie très osée et donc particulièrement sujette à caution mais on remarquera quand même que les nazis ont développé des engins particulièrement semblables aux fameuses "soucoupes volantes", les performances et la fiabilité en moins.  Sauf si des dizaines de sites Web se sont donné le mot pour nous inventer des balivernes car il est vrai que l'on ne dispose d'aucune preuve formelle à ce sujet.  Mais ne serait-il pas étonnant qu'ils aient poussé le bouchon jusqu'à nous livrer quantité de photos (qu'il faudrait donc supposer toutes truquées), allant jusqu'à citer les noms des modèles, celui des constructeurs, les numéros de série des engins, leurs caractéristiques, avantages et inconvénients compris, leurs dates de début et de fin de leur fabrication, s'ils ont volé ou s'ils sont au contraire restés au stade expérimental ou à l'état de plans ? On peut au moins se poser la question.  Il est vrai que dans le contexte de développement rapide (et même urgent !) d'armes secrètes, l'Allemagne nazie a été prise de court et disons... sérieusement perturbée ! Une œuvre inachevée, fort heureusement pour nous ?
Il ne faudrait en effet pas perdre de vue que le développement technologique et scientifique qui a surgi dans cette Allemagne et à cette époque demeure, sous certains aspects, un fait assez extraordinaire. Pour ne citer qu'un exemple, un certain Von Braun fut récupéré par les Américains à l'issue de la seconde guerre mondiale et ce dernier n'est pas étranger à l'histoire de la conquête spatiale !

Tant qu'on y est, citons aussi cette théorie selon laquelle les OVNI pourraient en fait être autant de "machines à remonter le temps". Dans ce cas, on pourrait supposer, en raison des paradoxes temporels, que l'absence de contact ou de preuves concrètes aurait quelque chose d'assez logique. Jusqu'ici, tout ce qui nous entoure tend à démontrer que les voyages temporels sont une absurdité : on ne peut pas remonter le temps, c'est une ineptie ! (tout au plus peut-on remonter une horloge...) On peut tout de même aussi rappeler l'affaire de Gernon, dans le contexte de ce même triangle des Bermudes que nous évoquions plus haut, qui prétend que ce dernier aurait "sauté" 10 minutes en passant dans une sorte de tempête magnétique (un sujet que l'on retrouve d'ailleurs dans le film et le roman "Nimitz, retour vers l'enfer", avec Kirk Douglas), mais cela aussi reste à prouver.
Il n'empêche que, de nos jours, il semble que l'on devienne moins catégorique quant à l'impossibilité totale de tels "voyages". Le futur nous renseignera sur le sujet, mais c'est dès maintenant qu'il faut y travailler.
A moins que cela ne soit déjà fait.

Il y a des différences entre ce que l'on nous dit et la réalité. Et la réalité d'aujourd'hui n'est pas celle de demain.

Inintéressante, l'ufologie ? Absurde, illusoire, échevelé ? Nous pensons avoir fait la démonstration de ce que c'est loin d'être le cas.

NDLR : les images de cette page qui concernent les armes secrètes allemandes émanent du site :

 http://dilidou.com/2009/04/10/le_dveloppement_darmes_secrtes_par_lallemagne_nazie_40_photos.html Elles ne sont donc pas notre propriété et nous n'en revendiquons aucunement la paternité (cf. Disclaimer) En cas de litige, merci de contacter le webmaster.

Légende : photo du haut : ces drôles d'avions n'ont-ils pas une forme qui vous rappelle quelque chose et ne paraissent-ils pas anachroniques ?
Photo du milieu : un engin en forme de cigare, comme il en a souvent été question dans les observations d'OVNI
Photo du bas : un "Vril". Les Allemands de la guerre 40-45 ont tenté de produire ce type d'engins et il en a existé de différents modèles. Ici, la forme est révélatrice et s'apparente clairement aux "soucoupes". Rappelons-le, tous ces engins n'ont pas été produits en série et constituent même plutôt des exceptions. Ils sont souvent restés au stade expérimental ou sous la forme de plans, mais certains ont effectivement volé, avec des fortunes diverses mais généralement d'assez piètres résultats.