Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le Chevalier Noir

Non, il n'est pas question ici d'une nouvelle série d'Alexandre Astier, ni d'un roman de cape et d'épée : mais bien d'un sujet qui a fait couler beaucoup d'encre, depuis des décennies, et dont nous parle Thierry (l'un des nouveaux correspondants du CERPI), que nous remercions par la même occasion.  Laissons lui "la parole" :

Je tenais à partager l'information à propos du "Chevalier noir", ce satellite en orbite à qui on a prêté une origine extra-terrestre et une datation d'au moins 13.000 ans... Il s'agirait en fait d'une couverture thermique lâchée par un astronaute lors d'une sortie dans l'espace.  Il est vrai que la photo peut prêter à confusion et a fait couler beaucoup d'encre depuis de nombreuses années.  Le plus étonnant c'est ce que l'on peut trouver comme informations à ce sujet !   En voici un exemple : "Selon les agences de surveillance à travers le monde, le Chevalier Noir transmet des signaux radio depuis plus de 50 ans.  Les Etats-Unis et l’Union Soviétique ont démontré un intérêt particulier pour cet « objet spatial non-identifié ».  Depuis sa découverte, ce satellite a intéressé des pays comme la Suède et les passionnés de par le monde.  L’un d’entre eux est un opérateur radio qui apparemment a décodé une série de signaux reçus du satellite OVNI et les a interprétés en tant que plan stellaire concentré sur le système solaire d’Epsilon Bootis, et que le Chevalier Noir est venu de ce système il y a 13 000 ans...

Si cet objet est en orbite depuis plus de 50 ans et s'il émet des signaux radio comme certains l'affirment, pourquoi n'a-t-on jamais envoyé une mission (pas forcément habitée) pour s'en approcher et voir de quoi il en retourne exactement ?

Alors, couverture thermique ou "épave" extra-terrestre ?  Personnellement je pense que la couverture est la bonne explication et non une tentative de cover-up.

L'avis du CERPI

Comme nos lecteurs assidus le savent à présent, le CERPI n'est pas prompt à décréter mystérieux le premier truc venu mais se montre plutôt méfiant, sinon sceptique et, en tous cas, tente toujours de privilégier les explications rationnelles (sans toutefois d'apriorisme, mais comme le disait le regretté Jean-Marie Tesmoing : "vouloir faire abstraction des apriorismes est déjà un apriorisme !"  Or donc, il s'agit de privilégier le plus simple et le plus vraisemblable).
Qu'est-ce-à-dire ?

Avant de répondre à cette question, nous allons vous inviter à prendre connaissance, en guise d'illustration aux propos de Thierry, de cette vidéo.  Elle est réalisée par un amateur qui s'excuse d'ailleurs de ses petits défauts, mais... enfin : voyez plutôt !  (Il est possible de régler les sous-titres en français !)  Lire aussi (cliquez ici)

chevaliernoirComme on peut le voir dans le document accessible ici, l'affaire du Chevalier Noir a en effet délié beaucoup de langues, mais celles-ci se sont parfois exprimées à tort et à travers.  En effet, à moins que nous ayons sauté une étape, l'article en question pointé par notre lien délivre nombre d'informations mais en omettant soigneusement d'évoquer la couverture thermique.  Le cas échéant, ce serait un peu gênant pour qui se voudrait aussi exhaustif.  Par contre, le youtubeur "novice" propose bien, quant à lui, une vidéo du larguage accidentel de l'objet en question.  Cela n'explique peut-être pas tout (il reste apparemment les signaux radio) mais déjà une bonne partie.  Quant aux signaux, même si cela ne constitue pas non plus une explication, on capte régulièrement des tas de signaux sans pour autant les attribuer immédiatement à déventuels extraterrestres !
Il reste, bien entendu, la question "subsidiaire" que pose Thierry à juste titre : pourquoi n'est-on pas allé voir ce qu'il en était, afin d'en avoir le coeur net ?  Nous pensons simplement que le jeu n'en vaut pas la chandelle.  D'après ce que l'on croit comprendre, l'objet émanerait du UK et non des USA et ce serait donc à nos amis limitrophes à se charger de l'opération.  Quoi qu'il en soit, le coût de l'opération serait-il justifié par son intérêt puisqu'il semble certain qu'il ne s'agisse que d'un objet égaré, comme il en existe des centaines ?  le cas échéant, il resterait toujours possible, pour les conspirationnistes, de prétendre que l'on ne nous dirait pas toute la vérité, que l'on occulterait le résultat de la démarche, que ce serait un fake de plus, la NASa ne proférant que des mensonges.  Sur ce point, évidemment, nous resterons pondérés sans en penser moins !

La photo ci-contre nous a été livrée par Thierry.  Nous n'en revendiquons pas la paternité et la protégeons par le "copyright" classique, destiné - en fait - à éviter le hotlinking.