Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L'ail, épouvant(ail) du vampire!

Attention : l'article qui suit nous a été signalé par une égyptologue reconnue comme comportant des erreurs.  Nous prions donc nos lecteurs de ne tenir aucun compte des informations ici présentes tant que nous n'aurons pu y apporter les correctifs indispensables.  Merci de bien vouloir nous excuser.


Il est très connu, dans l'esprit populaire que l'ail constitue une excellente protection contre les vampires tant ceux-ci le détestent et puisqu'il représente un obstacle à sa progression (par exemple dans votre douillette chaumière).  Cependant, tous les auteurs ne s'accordent pas forcément sur ce point (il convient donc de se méfier) et l'ail ne propose de toute façon pas une protection suffisante, encore moins un moyen de l'anéantir.

Certains ont préconisé d'introduire une gousse d'ail dans la bouche d'un supposé vampire dont on voulait se débarrasser (comme si certains en faisaient collection!) et momentanément inactif dans son cercueil (autrement, ne vous attendez pas à ce qu'il accepte de son plein gré!) ou encore d'entourer complètement le caveau de ces bulbes odorants.

Mais d'où peut donc bien provenir cette histoire et cette supposée aversion du vampire pour l'ail?

L'origine de l'ail devrait être recherché à l'Est de la mer Caspienne et dans la plus haute antiquité.  L'histoire de sa diffusion passe par de nombreux peuples et nous n'allons pas la retracer ici dans sa totalité car la matière serait vaste.  Par contre il est intéressant de noter que dans l'Égypte ancienne, pays considéré comme ayant été l'un des berceaux des vampires, l'ail était très utilisé. Il était distribué gratuitement avec du pain aux bâtisseurs de pyramides. Très apprécié, ces derniers n'hésitaient pas à refuser de travailler si les rations étaient diminuées. L'ail était déjà reconnu pour la force et la protection contre les maladies qu'il confère. On en retrouve sur les sarcophages des pyramides, où il aidait le défunt à effectuer son voyage dans l'au delà. L'ail s'utilisait également pour la momification, et était reconnu pour son action puissante contre les morsures de serpent.

On remarque donc certains points qui ne plairaient que fort peu aux vampires.

Les hébreux durant l'Exode vers 1250 avant JC, considéraient l'ail comme le bien le plus précieux abandonné en Égypte. Dans le désert, suivant Moïse, certains n'hésitaient pas à se plaindre, selon le Livre des Nombres (quatrième des cinq premiers livres constituant la Torah): "Nous nous souvenons des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et de l'ail".

L'ail a été utilisé en guise de remède contre la grippe, la lèpre, la peste, la rage, les morsures, les vers, et même en cuisine!  En fait la liste de ses vertus curatives serait très longue, disons aussi qu'il peut servir contre l'excès de cholestérol, le diabète (hyperglycémie) et pour purifier le sang.  Par ailleurs, il est très riche en vitamines, antioxydants et autres produits particulièrement bénéfiques et constitue donc un excellent fortifiant.

Bref, tout ce qu'il ne faut pas, chez un vampire, pour qu'il puisse faire du "bon travail".  Pourtant, il existe une autre explication, plus scientifique ou médicale au rapport ail-vampire, celui de la porphyrie.

L'ail est, certes bien connu de par le monde, voyez toutefois ci-contre en ce qui concerne les différentes croyances qui s'y rapportent et qui ne concernent pas exclusivement les vampires !

L'ail aurait aussi des vertus diurétiques, anti-tumorales (anti-cancérigènes), anti-allergiques, et anti-bactériennes. 

Pline nota que l'ail éloignait les serpents ainsi que la folie.

En Sibérie, selon les croyances des Bouriates, l'approche des âmes des femmes mortes en couches, et qui reviennent la nuit persécuter les vivants, se reconnaît à l'odeur d'ail qu'elles répandent.

Les Bataks de Bornéo accordent à l'ail le pouvoir de retrouver les âmes perdues.

C'est parce que l'ail protègerait du mauvais oeil que l'on retrouve en Sicile, en Italie ainsi qu'en Grèce et en Inde, des bouquets de têtes d'ail attachés de laine rouge. En Grèce le simple fait de prononcer le mot ail conjure les mauvais sorts.

Les bergers des Carpates, avant de traire pour la première fois leurs brebis, se frottent les mains avec de l'ail béni, afin de protéger le troupeau contre les morsures de serpents.

De toutes les pratiques, l'ail se révèle un agent protecteur contre les influences néfastes ou les agressions dangereuses.

À Rome, l'entrée du temple de Cybèle était interdite à ceux qui venaient de consommer de l' ail. Comme il entrait dans la nourriture ordinaire des soldats romains, l' ail est devenu le symbole de la vie militaire.