Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le château de Bran (2)

Bran02Construit en 1378 sur le sommet d'un rocher, le Château de Bran  visait un but défensif et de contrôle en ce qui concerne la route commerciale qui relie la Transylvanie à la province de Valachie.  Il a aussi été point de douane, résidence royale et aujourd'hui musée d'histoire et d'art féodal.  Le mur de défense est construit en pierre de calcaire brute, mais suite aux restaurations successives, certaines parties sont désormais en briques.
Entre 1920 et 1930, le château a abrité la résidence royale. Les modifications et les nouveaux aménagements ont été réalisés avec très bon goût.  On y trouve des portes sculptées valant à elles seules le détour.  Dans le parc situé en contre bas du château, un musée à ciel ouvert présente les habitations paysannes et annexes des métiers traditionnels des villages de la région de Bran.

La véritable histoire du château?

Le premier château aurait été construit par les Chevaliers Teutoniques au début du XIIIe siècle pour contrôler la passe Rucar-Bran, une route commerciale stratégique importante. Ce château initial était en bois et la garde permanente était constituée de soldats locaux et de quelques chevaliers de la ville voisine de Christian, construite aussi par les Chevaliers Teutoniques. La tour de garde en bois fut assiégée et brûla totalement en 1242 lors de l'invasion des Mongols.  On est donc loin, ici de l'histoire préconisée par certains, attestant d'un travail de forçat imposé par le "vampire".

En 1377 le roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg, gouverneur de Transylvanie, missionne le bourg de Braşov pour construire une nouvelle forteresse de pierre au sommet du Rocher de Dietrich, pour établir une position défensive sur la passe. Il s'agit aussi de collecter les droits de douane des marchands qui l'empruntaient. Une fois achevé, le château et ses environs sont gouvernés par un homme (nommé castellan) payé par la Chambre du Conseil de Braşov. A l'origine, la garnison est composée d'archers anglais. Durant la période médiévale, le château passe plusieurs fois aux voïvodes de Valachie, comme Mircea I l'Ancien (Mircea cel Bâtrăn) ou son petit-fils Vlad III l'Empaleur (Vlad Ţepeş).  De ce côté, c'était donc vrai et Vlad Tepes aurait donc fait bien plus que d'y passer seulement une nuit.  Malheureusement, d'autres sources prétendent qu'il n'en existe aucune preuve sérieuse...
Il est amélioré et des tours sont ajoutées. En 1663, la Tour poudrière explose et endommage gravement le côté ouest du château, mais elle est reconstruite.

Pendant le règne des Hohenzollern sur le trône de Roumanie, le château est amélioré et transformé en résidence d'été. La reine Marie aime tellement le lieu qu'elle souhaite que son cœur soit enterré après sa mort dans la colline faisant face au château.  Ainsi, il aurait plutôt été question d'un voeu personnel que d'une sombre affaire!

En 1927, pendant le règne de la reine Marie, on découvre le célèbre passage secret. Le passage relie deux étages du château et on suppose qu'il avait été installé pour espionner ou pour évacuer les lieux plus facilement. Un tunnel secret est aussi mis au jour, qui relie la fontaine du jardin intérieur à la base du château, le jour où un gamin tombe dedans accidentellement.  N'y voyons toutefois pas trop de mystère car il était fréquent, à l'époque, que l'on aménage des passages secrets dans les châteaux.  Le but était évidemment de permettre une sortie, une fuite ou évasion lors d'un siège éventuel, bref toutes sortes de trafics.  Mais dans le contexte qui nous intéresse, cela ouvre aussi la porte à toutes les spéculations...

Le château est transformé en musée national et est ouvert aux visiteurs dans les années 1950.

Le 26 mai 2006, le château de Bran a été restitué à son propriétaire, Dominique de Habsbourg, le petit-fils de la reine Marie, 58 ans après avoir été confisqué par les communistes. Cet architecte de 68 ans, vivant aux États-unis, a conclu une entente assurant que le château restera un musée durant au moins trois années supplémentaires. L`avenir du château suite à ces trois années est aujourd'hui indéterminé mais il est possible que Dominique de Habsbourg décide soit de le garder, soit de le vendre à la Roumanie dans les trois prochaines années.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.