Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Le château de Bran (3)

Avec ou sans Vlad Tepes, alias Dracula?

bran03Tout d'abord, pour répondre à la question de savoir si Vlad Tepes a possédé le Château de Bran, aucun document écrit ne le mentionne formellement.

Toutefois, l'histoire atteste plusieurs campagnes entreprises par Vlad Tepes pour punir les marchands saxes de Brasov qui n'obéissaient pas aux ordres du voïvode en ce qui concerne le commerce dans les marchés de Valachie. L'expédition de Vlad Tepes s'est faite par Bran, ce passage étant le plus approprié pour aller de Brasov à Targoviste, résidence du prince munténien.

Mais, l'histoire la plus connue serait celle liée à la période d'emprisonnement de Vlad Tepes en 1462 quand il aurait été enfermé par le roi Matei Corvin de Hongrie. Matei Corvin a capturé le prince roumain à proximité du château du Pont de Dambovita, près de Rucar, situé à environ 25 km de Bran et a enfermé Vlad Tepes au château de Bran pour environ deux mois. Bien qu'il n'existe aucun document attestant ce fait, des historiens soutiennent cette hypothèse.

Le vampirisme trouve-t-il sa fin avec Bran?

On n'aura probablement jamais le mot de la fin en ce qui concerne la présence de Vlad Tepes au château de Bran.  Mais, paradoxalement, tout en trouvant la mort en 1476, Dracula n'allait certainement pas tomber en même temps que le vampirisme, entendez par là les histoires de vampires ou assimilées, que du contraire! Il allait renaître de ses cendres, sous une autre forme bien plus terrible encore, mais en version féminine sous les traits de Erzebeth Bathory, surnommée "la comtesse sanglante". Ce n'est pas tant l'endroit qui est concerné par les faits en l'occurrence, mais n'anticipons pas.  Disons tout d'abord deux mots de cette fameuse et inquiétante comtesse sans en dire de trop car cela fera l'objet d'une autre rubrique.

Son blason se composait de trois dents de loup, d'un croissant de lune, d'un soleil en forme d'étoiles à six pointes, le tout entouré d'un dragon se mordant la queue. Bien qu'un peu passe-partout en matière de surnaturel, on ne peut s'empêcher de voir dans ce dragon une allusion au fameux voïvode. Elle est née en 1560, soit près de cent ans après la mort de Dracula, mais elle n'a pas tardé à se constituer une réputation terrifiante.  C'est que, à la longue, les habitants de la région firent un rapprochement inévitable entre le culte du saphisme de leur comtesse et la disparition de plus de six cents de leurs jeunes filles, vierges pour la plupart... Lorsque l'enquête aboutit, l'horreur était réellement au rendez-vous et n'avait pas grand chose à envier à Vlad Tepes, l'empaleur! 

Pour l'accomplissement d'un rituel dément en faveur de sa beauté, la comtesse saignait à mort ses prisonnières, non sans les avoir préalablement marquées au fer rouge alors qu'elles étaient enfermées dans des cages suspendues, leur avoir coupé les doigts un à un au sécateur afin de remplir sa baignoire de leur sang... Elle réservait d'autres traitements à ses détenues, lesquelles visitaient parfois aussi "la vierge noire". Il s'agit d'une espèce de sarcophage hérissé de pointes vers l'intérieur. Dès que l'on en refermait la porte, le sujet se trouvait embroché de toutes parts. Erzebeth Bathory finit emmurée vivante et il paraît que toute sa beauté avait effectivement été préservée. Voilà qui révolutionnerait à coup sûr l'industrie cosmétique tout en donnant beaucoup de travail aux pompes funèbres, le défaut de la technique résidant dans le fait de trouver des volontaires!

Mais outre ces turpitudes sanglantes et atroces à souhait, un détail nous intéresse: la comtesse sanglante était issue d'un mariage consanguin. Anna, sa mère, soeur d'Etienne Bathory, avec György Bathory son cousin, eut quatre enfants : Istvan un fou sadique, Erzébet et enfin deux filles, Sophie et Claire. Quelques uns de ses parents avaient des problèmes psychiatriques. Etienne Bathory, nommé prince de Transylvanie en 1571, mourut le 12 décembre 1586, épileptique... Istvan, illettré, menteur, faux monnayeur, finit ses jours dans le délire. Bref, la comtesse sanglante avait déjà incontestablement une lourde hérédité et il est difficile de se prononcer, si longtemps après, afin de déterminer si les violents maux de tête dont elle se plaignait et qui la plongeaient jusqu'aux convulsions à même le sol provenaient de crises d'épilepsie ou de crises d'hystérie à rapprocher d'une éventuelle possession démoniaque.  A moins qu'il ne faille rappeler que Vlad Tepes aurait fait un pacte avec le diable, lui garantissant l'immortalité et la victoire contre toutes sortes de cruautés extrêmes (ce point est évoqué sérieusement dans plusieurs sources!).  Il faut surtout dire, pour terminer, que Vlad Tepes et Erzébeth Bathory étaient probablement apparentés! Souvenez-vous: Vlad Dracula a eut trois femmes reconnues, Jusztina Szilagyi mère de Mihnéa Ier, Cnaejna Bathory de Transylvanie (probablement de la famille de Erzsébet Báthory) mère de Vlad IV Tepelus et Ilona Hunyade (Nelipic) de Valachie. (cf. Vlad Tepes 3)

Décidemment, le monde est petit, même chez les vampires!

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.