Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

L'origine "bulgare" des vampires (11)

plumesangLe terme de "vampire" (ou "vampyre" issu du "oupir" russe) a fait sa première apparition officielle dans les années 1725-1726 en Hongrie, dans un rapport fait par les autorités autrichiennes à propos d'un paysan nommé Peter Plogojowictz, accusé d'être réapparu après sa mort et d'avoir causé le décès de huit personnes dans son village natal de Kizilova.

Peter Plogojowitz: En 1725, les cadavres retrouvés dans le village de Kislova en Slovénie firent naître de bien nombreuses questions. L'armée fut même sollicitée pour intervenir face à une panique partagée entre tous les villageois. L'affaire commença avec la mort naturelle de Peter Plogojowitz à soixante-deux ans. Un de ses voisins fut retrouvé mort la nuit suivante, vidé de son sang; une trace de morsure marquait son cou. Chaque soir, on retrouvait une victime dans le voisinage de Peter Plogojowitz morte dans les mêmes circonstances. L'idée qu'un vampire sévissait parmi les vivants traversa l'esprit des habitants de Kislova; pour s'en assurer, le capitaine du détachement envoyé au village décida d'ouvrir la tombe de Plogojowitz. On découvrit son corps couvert de sang, ses yeux paraissant être ceux d'un vivant. Le capitaine s'empara d'un pieu qu'il enfonça dans le coeur du cadavre; ce dernier fut ensuite incinéré.

En France, c'est en 1732, à la suite d'une autre affaire similaire, le cas d'Arnold Paole accusé des mêmes maux, que le terme de "vampire" (orthographié jusqu'ici : "vampyre") apparaît officiellement dans un article de la revue franco-hollandaise, Le Glaneur, traitant de ces deux cas.

Arnold Paole: L'affaire d'Arnold Paole vers 1726, consignée par le Visum et Repertum de Johann Flückinger (1732) a véritablement fait connaître le vampire dans toute l'Europe occidentale:

dracula"Ayant entendu dire à plusieurs reprises que dans le village de Medwegya, en Serbie, les soi-disant vampires faisaient mourir un grand nombre de personnes en leur suçant le sang, j'ai reçu l'ordre d'enquêter avec l'appui d'officiers et de deux Unterfeldscherer. Il y a environ cinq ans un Heiduque du pays, nommé Arnold Paole, se brisa le cou en tombant d'une charrette de foin; ledit Arnold Paole aurait raconté à plusieurs reprises au cours des années précédentes avoir été victime d'un vampire près de Cassowa, dans la Perse Turque. C'est pourquoi il aurait lui-même mangé de la terre dans la tombe d'un vampire, se serait frotté du sang de celui-ci afin (comme il est courant) de se libérer de son action maléfique. Pourtant, vingt ou trente jours après sa mort, des gens se plaignirent que le nommé Arnold Paole venait les tourmenter et qu'il avait fait mourir quatre personnes. Pour mettre fin à ce danger, le Heiduque conseilla aux habitants de déterrer le vampire, ce qui fut fait et on le trouva en parfait état de conservation, les chairs non décomposées, les yeux injectés de sang frais qui lui sortait également par les oreilles et par le nez, salissant sa chemise et son linceul. Les ongles de ses mains et de ses pieds s'étaient détachés et d'autres repoussaient à leur place, d'où l'on conclut qu'il était un archi-vampire. Aussi, selon la coutume de là-bas, on lui enfonça un pieu à travers le coeur. Mais tant qu'on se livrait à cette action : Il poussa un grand cri et une forte quantité de sang jailli de son corps. On brûla celui-ci le jour même et les cendres furent jetées dans le tombeau. Mais les gens prétendent là-bas que tous ceux qui sont victimes d'un vampire en mourant le deviennent à leur tour. C'est pourquoi il fut décidé d'exécuter de la même manière les quatre corps cités ci-dessus. L'affaire ne s'arrêta pas là, car on était persuadé que ledit Arnold Paole avait attaqué non seulement des gens mais aussi du bétail."

 


NB1

New Belgaria, le premier portail belge vers la Bulgarie (et par extension vers les pays de l'Est) est forcément notre premier grand partenaire.  Il est issu de l'ancien réseau "Belgasites" (aujourd'hui disparu) et nous assure de précieux contacts avec les pays de l'Est et notamment la Russie, la Bulgarie et la Tchéquie, entre autres.