Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Vlad Tepes (1)

BroimpLorsque l'on parle du "tristement célèbre" Vlad Tepes, ou Vlad Drakul, on parle en fait de Vlad III l'Empaleur (Draculea en roumain) Prince de Valachie en 1448, 1456-1462 et 1476. Il est né en décembre 1431  à Schässburg/Sighisoara.  Son père était Vlad II le Dragon (Vlad Dracul).  Il serait mort en 1476 à Bucarest à une date qui n'est pas connue avec exactitude (?)

Les célibataires n'ayant pas bon caractère retrouveront courage en apprenant qu'il fut marié trois fois.  Sa première épouse fut Jusztina Szilagyi, la deuxième Cnaejna Bathory de Transylvanie  et la troisième Ilona Hunyade (Nelipic) de Valachie.
 
Vlad, était issu de la famille des Basarabi (Basarab), qui a donné quantité de personnages importants en Valachie, et en Transylvanie,

Son surnom resté dans les chroniques occidentales, écrites bien après sa mort, est Tepes (« l'Empaleur » en roumain), qui signifie celui qui mène au pal, du nom de sa méthode favorite d'exécution. Les chroniqueurs turcs eux-mêmes l'ont appelé Kaziglu Bey, ce qui signifie «Le Prince Empaleur». Ce nom n'a jamais été utilisé par les contemporains de Vlad (on se demanderait bien pourquoi!), et on le trouve pour la première fois dans une chronique de Valachie de 1550, soit un siècle après sa mort.

Sa vie et ses actions s'inscrivent dans le contexte extrêmement mouvementé du milieu du XVe siècle pour l'Europe de l'est. Le Saint-Empire romain germanique et les pays chrétiens d'Europe de l'ouest, en particulier les royaumes d'Autriche, de Hongrie et de Pologne sont sérieusement menacées par la poussée de l'Empire ottoman, qui vient de faire tomber définitivement l'Empire Byzantin avec la chute de Constantinople le 29 mai 1453. Les régions qui se situent entre les deux empires constituent le dernier rempart de la Chrétienté (catholique et orthodoxe) contre les Musulmans, et sont le théâtre de batailles acharnées. Les sultans consolident leur contrôle sur Constantinople, renommée Istanbul et assiègent les Balkans, jusqu'à se rendre maîtres de la plus grande partie de cette région, futurs États modernes comme la Serbie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, l'Arménie, et la Grèce, pour être finalement arrêtés aux portes de Vienne.

On l'a aussi surnommé Dracula. Ce nom est celui de sa famille, les Draculea, issus de la dynastie des Basarab. Le premier à avoir porté ce nom est son père, Vlad II le Dragon (Vlad Dracul). En roumain, dracul se traduit directement par «le dragon» ou «le diable» (dans les langues européennes, le mot qui désigne le dragon et le mot qui est un des noms sous lequel on désigne le Diable, ont la même origine). Le blason des Draculea porte la figure d'un dragon, sorte d'animal totémique de la famille.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.