Get Adobe Flash player
             
RECHERCHER
INSCRIPTIONS
Accès aux newsletters

Patrick Maréchal se confie sans censure !

Patrick Maréchal, l'auteur du canular de Petit-Rechain
se confie au CERPI et à La Porte du Temps !!!

AVERTISSEMENT IMPORTANT: Nous présentons ici l'épilogue, ou plutôt: "un premier épilogue" quant à l'affaire de la supercherie de Petit-Rechain.  Il était attendu avec impatience par nombre de nos membres, correspondants, abonnés partenaires et sympathisants.  Il sommeillait dans nos tiroirs depuis plusieurs jours.  Face aux développements actuels, nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre...  Nous présentons ici une lumière nouvelle sur toute cette affaire, largement de quoi la faire rebondir.  Et elle risque de sauter haut! (Lire notre avertissement en bas de page)

Magnifique travail d'équipe, preuve d'un partenariat réussi

Dès l'annonce du scoop de RTL sur la supercherie de Petit-Rechain, la grosse cylindrée du CERPI s'est mise en branle, rapidement notre partenaire de "La Porte du Temps" s'associait à ses efforts et, ensemble, nous arrivions à une superbe synergie que le Groupe Sud-Presse venait couronner dans la presse papier.  De longue date, nous connaissions le nom de famille de l'auteur du canular.  Pouvoir le localiser avec exactitude, entrer en contact avec lui, l'interviewer, faire en sorte qu'il se confie à nous et, par là, au monde entier, apporter des éléments nouveaux et parfois fracassants, était un autre défi.  Nous l'avons relevé et nous l'avons gagné!

Patrick M. lève son anonymat!

Désormais, nous parlons au fameux Patrick, jusqu'ici connu seulement comme étant "Patrick M.", comme certains parlent à leur voisin d'à-côté.  Mais avec notre intervention, comme vous allez pouvoir le voir sur notre montage (voir ci-dessous), Patrick acceptait de lever son anonymat - une première preuve de transparence - quant à son nom de famille.  Face à nos micros, devant témoins, en sachant parfaitement que cela allait être rendu public (et en ayant reçu la preuve de notre part que nous connaissions effectivement déjà bien son nom), il a confirmé pleinement la levée du mystère.  Il s'agit donc de Patrick Maréchal.

Cela s'est donc fait avec son autorisation complète, vous pourrez l'entendre dans notre montage vidéo.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

petit rechain jardinL'auteur de la maquette de frigolite de Petit-Rechain et de la supercherie du même nom s'est présenté à nous comme un personnage finalement plus attachant qu'on ne l'imagine.  Il a accepté de répondre avec sincérité à toutes nos questions, d'abord relativement pondérées (relayées dans notre vidéo commune) ensuite ("hors antenne"), il a essuyé un véritable bombardement en règle dont nous examinerons progressivement les différents points.  Il y a trop de matière et de compléments d'enquêtes en cours que pour pouvoir tout publier en une seule page. C'est dire que Patrick Maréchal a fait preuve de pas mal de patience et d'aplomb face à notre intervention digne du débarquement en Normandie! Attachant?  Les ufologues du monde entier auront certainement bondi en lisant ces mots à propos de Patrick Maréchal...  Certes, quelle déception! quel pavé dans la mare! quel coup dur pour la Vague Belge de 89-92! Mais au fur et à mesure que l'on commence à connaître Patrick, on se rend compte qu'il est très possible qu'il se soit fait abominablement manipuler, que l'on ait profité de sa gentillesse et de la naïveté de sa jeunesse de l'époque, bref: que sa simple plaisanterie de "potaches" se soit très mal terminée au niveau de l'un au moins des intermédiaires qui ont permis à la photo de paraître au grand jour.

On voit ci-contre Patrick Maréchal étant jeune, à l'époque des faits et là où il a pris la photo, à Petit-Rechain.

Les médias ont parfois saboté mes propos...

Bien souvent, les médias ont rapporté les propos en focalisant sur le trucage et en les mettant en rapport avec la Vague Belge comme si cela concernait l'ensemble de tous les témoignages.  ..."Moi - nous dit Patrick Maréchal -  je crois aux OVNI, je crois en l'ufologie et je sais bien que la vague belge a été réelle!  Elle a été bel et bien réelle et d'ailleurs j'ai basé la réalisation de ma maquette  sur ce que les gens avaient vu, mais pas l'inverse!  Ca n'a pas de sens!  On a dit aussi que j'avais fait décoller les F-16!  C'est évidemment absurde!  Les F-16 n'allaient pas décoller pour une maquette en frigolite!  Même chose pour les observations radar.  Parfois, j'ai eu un journaliste au téléphone, pendant à peine deux minutes.  Ce dernier a vraiment brodé sur le peu que je lui avais dit et cela n'avait plus rien à voir!  J'ai été souvent coupé lors des montages.  C'est notamment pour cela que j'ai accepté votre interview, afin de dénoncer ce comportement de certains médias qui disent tout et n'importe quoi.  On dirait qu'ils sont pressés de tourner la vague belge en ridicule, mais ce n'était pas du tout mon intention.  Ce n'est d'ailleurs même pas moi qui ai transmis la photo et, plus fort encore, je n'ai vraiment rien touché la dessus.  Du tout!  Pas un seul franc belge!  Alors, vous pensez bien que quand j'apprends que certains auraient pu gagner des millions là-dessus, cela interpelle!"...
On l'a donc bien compris désormais, Patrick Maréchal confirme complètement que son canular ne remet absolument pas la Vague Belge en question, il n'en a pas du tout été à l'origine, les dates ne correspondent d'ailleurs en rien puisque cette vague a commencé en 1989, le 29 novembre, et que le canular date d'avril 1990.
..."Dans un cas au moins, je trouve "dégueulasse" que l'on ait présenté les choses comme si M. Guy Mossay m'avait fait la charité, sous prétexte que mon ex et moi étions jeunes et sur le point de nous marier.  Tout cela est faux, archi-faux et super-faux.  D'ailleurs je n'avais pas besoin d'argent.  Mais c'est "dégueulasse" d'entendre dire des choses pareilles de la part de quelqu'un qui m'a peut-être grugé à mort et qui, en plus, a peut-être gagné des sommes fabuleuses grâce à quelque chose qui m'appartenait et qu'il s'est approprié en profitant de ce que je ne savais pas parce que j'étais jeune et que je faisais confiance."...

Justement, parlons un peu d'argent...

Tant à "La Porte du Temps", via Sergio, qu'au CERPI, via M. Vanbockestal, Patrick était évidemment "cuisiné" à propos des droits d'auteur sur la photo et du fait qu'il était supposé avoir touché de l'argent pour celle-ci.  Il est vrai qu'il semble invraisemblable - et cela n'a pas changé pour autant - qu'il n'ait strictement rien touché là-dessus, même au black.  Mais Patrick Maréchal explique:
..."A l'époque, je ne savais même pas que l'on pouvait toucher de l'argent pour les droits d'auteurs sur une photo!  Il ne faut pas oublier que j'avais à peine vingt ans... Ce n'est pas moi qui suis allé voir M. Mossay.  J'avais donné un duplicata à un collègue de l'usine où je travaillais, et lui connaissait ce monsieur que j'ai rencontré par la suite.  Ce professionnel a ensuite demandé à avoir l'original, "pour le montrer à d'autres personnes".  C'est ce que j'ai fait.  Ce que lui en a fait par la suite, je l'ignore totalement.  je ne savais d'ailleurs pas non plus que la diapositive était arrivée chez la SOBEPS par l'intermédiaire de Mme Demoulin, journaliste chez RTL.  On ne m'a que très peu informé.  Tout ce que je peux vous dire c'est que j'ai reçu un papier de M. Ferryn, qui à ce moment là travaillait à la SOBEPS, comme quoi ils avaient reçu ma photo en prêt et qu'ils s'engageaient à me la restituer dès que possible.  Mais je ne l'ai plus jamais revue.  Par contre, la SOBEPS m'a remis des doubles, mais jamais l'original.

recuFerryn

Quand la SOBEPS, ou l'ERM, je ne sais plus, m'a demandé pour avoir aussi mon appareil photo pour analyse, je l'ai donné aussi, comme ça, sans signer de papier.  Je ne l'ai plus revu non plus!  Sauf que, comme cela durait longtemps et que j'en avais besoin, j'ai demandé à M. Mossay de pouvoir le récupérer.  Il a fait le nécessaire et l'ERM lui a demandé de me donner un autre appareil que l'Ecole Royale Militaire lui rembourserait.  M. Mossay m'a donné un autre appareil qui était un peu mieux que le Praktica que j'avais - c'est la seule fois où j'y ai gagné un peu au change.  Pour le reste, comme d'habitude, je me suis toujours fait "entuber".

Dans notre interview, Patrick a tout ce que l'on voudra de sincérité dans la voix.  Il appartient à cette catégorie de personnes qui font confiance aux autres, sans trop se méfier.  Mais nous ne nous en laissons pas compter car, dès le début - désolés de devoir le rappeler - Patrick est affublé d'une étiquette de menteur compulsif.  C'est un peu normal quand tout commence par une supercherie qui dure plus de vingt ans et que l'on croit déceler des incohérences dans ses propos.  Nous lui signalons donc que tant les uns que les autres de l'ex-SOBEPS prétendent dur comme fer qu'il a reçu une certaine somme d'argent de la part de M. Guy Mossay pour ses droits d'exploitation.  Certains parlent de l'équivalent de 250 € (soit 10000 FB), d'autres, comme M. Lucien Clerebaut, l'ex-Secrétaire général de la SOBEPS que nous avons consulté, passent même au double, soit 20000 FB.  Certains anciens de la SOBEPS ont émis l'hypothèse qu'il aurait reçu de l'argent "en black".  Mais Patrick Maréchal ne confirme pas du tout et s'en tient fermement à ses positions: "Je n'ai rien reçu du tout.  Je ne sais pas pourquoi ces gens disent ça.  Si c'était vrai, j'aimerais bien voir la couleur de cet argent".

Oui mais, si vous l'avez reçu en black, peut-être craignez-vous que les contributions vous tombent sur le dos et cela vous empêche-t-il de l'avouer?

..."Hé bien non!  Je n'ai rien à avouer parce qu'il n'y a rien à avouer.  Je n'ai rien reçu du tout, même pas au black".

M. Guy Mossay aurait-t-il donc dit à la SOBEPS qu'il avait acheté les droits d'auteur à Patrick Maréchal alors qu'il ne l'aurait pas fait?  Sachant Patrick ignorant quant aux droits d'auteurs, il aurait négocié un contrat avec la SOBEPS afin de toucher un pourcentage sur les publications de "sa" photo?  Dans tout cela, la SOBEPS aurait donc aussi été bernée par M. Mossay?  Ce n'est qu'une hypothèse, pas une accusation de notre part.  Mais cela pourrait donc expliquer que certains anciens de la SOBEPS évoquent un contrat secret qui aurait été établi entre la SOBEPS et M. Mossay, sous les conseils de la société de droits d'auteurs, la SOFAM en l'occurrence.  L'affaire se complique!  Le plus simple serait donc que tant la SOBEPS (qui a hélas été dissolue en 2007) que M. Mossay (qui serait retraité - selon certains "fortune faite", dans le Languedoc-Roussillon) et la SOFAM, comparent les documents rédigés à ce propos.  Il devrait bien y avoir des archives!

Bougard_enteteDe son côté, Patrick ne peut qu'espérer que la SOFAM lui livre un papier stipulant que M. Mossay lui a bien acheté les droits d'auteur.  Mais comme il prétend ne rien avoir signé en la matière, ce serait alors un faux, c'est-à-dire qu'il y aurait eu imitation de sa signature.  A moins bien sûr qu'il ait vraiment signé ce document et ne s'en souvienne plus, par exemple.  Dans ce cas, une fois encore, ce sera un travail d'experts.  La SOBEPS n'aurait-elle pas vérifié si M. Mossay disposait bien des droits sur la photo avant de négocier et de signer à son tour?  Nous ne pouvons évidemment pas le dire puisque nous n'avons pas accès à ces documents.  Mais nous relevons, en guise de simple hypothèse toujours, que M. Mossay aurait pu prendre les droits à la SOFAM puisqu'il était détenteur de l'original.  D'autre part, il était bien placé pour savoir que Patrick Maréchal ne disposait même plus de son appareil photographique initial.  S'il en était ainsi, il pouvait se permettre, "en toute légalité" et d'une certaine manière, de négocier avec la SOBEPS.  Cette dernière n'avait guère de raisons de se méfier de M. Mossay puisqu'il était connu comme un professionnel travaillant en liaison avec l'Agence Belga, ce qui expliquerait à son tour que M. Lucien Clerebaut ait reçu la proposition de Mme Demoulin, via RTL?  C'est peut-être un peu étriqué comme hypothèse, mais finalement pas impossible nous semble-t-il.  Cela permettrait en tous cas de comprendre certaines incohérences dans les propos des uns par rapport à ceux des autres.  Nous rappelons ici une fois encore qu'il ne s'agit en aucune façon d'accusations de notre part, contre qui que ce soit, mais simplement d'une hypothèse de travail.  Par contre, une chose semble certaine, quelle que soit la façon dont on voit les choses, c'est que quelqu'un ment dans toute cette histoire.  Serait-ce Patrick, qui semble bien naïf mais pourrait bien avoir lui-même subi une belle manipulation? Serait-ce M. Mossay, que semblent accabler de nombreux ufologues qui vont parfois jusqu'à évoquer la possibilité d'une plainte au collectif, pour escroquerie - voire à titre particulier ou d'autres usagers qui ont remarqué son caractère parfois particulièrement désagréable en matière de droits d'auteurs et de perception des sommes "dues", plutôt costaudes dit-on (on parle même de sommes allant jusqu'à 350 € pour l'utilisation de la photo dans un livre!  "Rather expensive"!  Serait-ce la SOBEPS en sachant qu'un contrat est forcément bilatéral, mais en ne comprenant pas bien où se situeraient leurs intérêts?  Voilà autant de questions, qui ne constituent toujours pas des accusations, qui nécessiteraient des réponses argumentées, de préférence noir sur blanc, sur papier daté et signé, de préférence original.

De notre côté, nous disposons de moult documents qui tendraient à étayer notre hypothèse en la rendant parfaitement crédible, mais ils mériteraient d'être corroborés officiellement par leurs auteurs respectifs.  En attendant, suite au dossier que nous présentons ici dans son premier volet, M. Bougard a déjà réagi avec tout son charisme d'ex-Président de la SOBEPS.  Il ne nous semblait que normal que Le Groupe Sud-Presse et nous-mêmes lui cédions la parole puisqu'il était à l'époque bien mieux placé que nous, vous pourrez lire la suite de ce dossier dans La Gazette de ce 13/08/11.  Cette fois, ce sera le CERPI qui en sera la vedette!  Contentons-nous pour l'instant de reprendre ses termes: "C'est une possibilité parmi beaucoup d'autres. A l'époque, nous avions évoqué la question.  Mais nous n'avions pas creusé plus loin puisque rien ne nous laissait penser qu'il s'agissait d'un faux.  C'est donc l'une des nombreuses pistes qu'il nous faudra écarter". (M. Bougard - La Gazette du 12/08/11)

partiePatrick_petit

Quant à savoir si, au-delà de la question des droits d'auteurs, déjà bien assez épineuse puisque pouvant faire l'objet de sommes colossales, le photographe professionnel aurait pu, en plus, falsifier l'original afin de le rendre plus hermétique aux expertises (ce qui, bien entendu, aurait donné plus de retentissement à "sa" photo) c'est une autre question.  C'est une question sur laquelle nous reviendrons, cette fois très rapidement.  Comme le  disait Rudy Cambier, notre célèbre philologue d'Ellezelles concerné dans l'affaire du Trésor des Templiers, "quand le CERPI se lance, c'est un peu comparable à un destroyer qui avancerait à fond les turbines et en faisant feu de toutes ses pièces".  Nous avons pu constater que les ressources de notre partenaire "La Porte du Temps" étaient également loin d'être négligeables et les remercions de leur collaboration.

Conclusions:

corpstexteBougar_petitComme on s'en doute, le dossier est loin d'être clos.  Il y a encore beaucoup à dire sur cette affaire et certainement pas des sornettes!  Comme nous venons de vous le signaler, vous n'allez pas tarder à lire la suite qui risque d'être tout aussi costaude, voire explosive!  Dans l'immédiat, il convient de rappeler, une fois encore, les enseignements principaux à tirer de ce qui vient d'être dit: La Vague Belge n'est nullement remise en question!  La photo truquée de Petit-Rechain ne signifie en aucune manière que toute la Vague était une supercherie, certainement pas!
Deuxièmement, il faut cesser de juger hâtivement.  Les supercheries principales ne sont pas forcément là où on les imagine.  Il faut creuser plus loin, beaucoup plus loin.  En la matière, les "Dupont et Dupond" du CERPI, loin de susciter l'hilarité, se présentent plutôt en fins limiers au flair redoutable et aux possibilités insoupçonnées.  Ils n'ont pas fini d'étonner ou de faire des étincelles! Nous venons de soulever un lièvre, et un gros!  Mais il reste encore pas mal de zones d'ombre sur lesquelles nous allons faire la lumière.
En attendant, nous invitons les ufologues ou autres personnes qui pourraient se montrer trop vindicatives, à laisser le bénéfice du doute à Patrick Maréchal, de le laisser collaborer à notre enquête dans la recherche de la vérité et - bien entendu - de ne pas mettre leurs stupides menaces à exécution.  Patrick Maréchal a déjà reçu des menaces de mort, certains parlent de le pendre sur la place publique, c'est ridicule: Patrick a fait beaucoup de bêtises, c'est entendu.  Mais ce n'est pas un criminel.  ce n'est pas non plus un terroriste ni un serial-killer.  Peut-être même est-il lui-même victime.  En tous cas, il serait largement préférable de laisser l'enquête se dérouler en toute sérénité et de ne pas l'agresser.  Ce serait, rappelons-le encore une fois, complètement idiot.

Légende des photos:

1) Montage vidéo réalisé par la Porte du Temps, avec Patrick Maréchal, Sergio (LPT) et Michel Vanbockestal (CERPI)
2) Patrick Maréchal à Petit-Rechain, là où il a pris la photo, à l'époque.  (Il n'habite plus là maintenant).
3) Document de Patrick Ferryn, (SOBEPS) pour réception en prêt de la diapositive.
4) En première page de La Gazette du 12/08/11, l'en-tête de Michel Bougard (SOBEPS).
5) Annonce d'une prochaine contre-enquête de la part du COBEPS (La Gazette du 12/08/11)
6) Le corps du texte de Michel Bougard (La Gazette du 12/08/11, page 6)

Le CERPI remercie ici toutes les personnes, et elles sont nombreuses, qui ont aidé le CERPI dans ses recherches.  Nous n'avons aucun problème à remercier ouvertement Sergio, de "La porte du Temps" et à lui faire sa publicité.  C'est un véritable ami sur lequel on peut compter.
Il est vrai que "Le temps qui passe, c'est la vérité qui s'enfuit" (Edmond Locard, police scientifique de Lyon)

AVERTISSEMENT - RAPPEL : Bien que le CERPI et La porte du temps se basent sur des éléments de sources avisées, il est hors de question de comprendre nos propos comme autant d'accusations personnelles, lesquelles pourraient éventuellement être considérées comme diffamatoires.  Nous n'accusons donc PERSONNE, de quoi que ce soit.  Il ne s'agit que d'une hypothèse à mettre donc au conditionnel.

Note de Kronos : Je suis ravi d'avoir fait cet interview avec notre ami "Michel Vanbockestal" du C.E.R.P.I
avec qui nous allons de plus en plus loin de jour en jour !

Aussi, Athena et moi-même tenons à remercier chaleureusement Patrick Maréchal pour sa confiance et sa patience !

Aussi vous pouvez discuter avec Mr Maréchal Patrick sur le forum ==> ICI <==